Argent et consommation

8 mythes entourant les REER et CELI

Istockphoto.com Photographe : Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Argent et consommation

8 mythes entourant les REER et CELI

1. Le CELI est un compte d'épargne. «En raison de son nom, plusieurs prennent encore le CELI pour un compte d'épargne, déplore Boyan Ivanov, planificateur financier chez BMO. En réalité, le CELI est plutôt comme une boîte. On peut y déposer n'importe quel placement autorisé, en fonction de nos besoins.»

2. Le REER s'adresse surtout aux investisseurs âgés. «Plus on investit tôt dans notre REER, plus on profitera de l'intérêt composé», indique Martin Pépin, conseiller en placement et planificateur financier chez Gestion de patrimoine TD.

3. On peut piger dans notre CELI sans conséquence. «Oui, il est permis de retirer des sommes, mais le but de l'exercice est plutôt de faire croître notre épargne et les revenus générés à l'abri de l'impôt, rappelle Martin Pépin. Il faut donc laisser notre argent assez longtemps pour que les retombées soient intéressantes. De plus, les sommes retirées ne pourront être réintroduites dans le CELI qu'à compter de l'année suivante.»

4. Il faut investir un montant important pour que le CELI soit intéressant. Martin Pépin insiste: il n'y a pas de montant trop petit pour le CELI. «Il n'est pas nécessaire d'atteindre le plafond annuel permis [5500 $ en 2016]. Même si on a seulement 1000 $, il est toujours préférable de l'épargner dans un CELI que de le dépenser.»

5. Le REER ne paie pas. Le REER peut être payant... à condition de faire de bons choix! «Les gens ayant une faible tolérance au risque choisissent parfois des certificats de placement garanti, explique Boyan Ivanov. Si ces placements ont leur place dans un portefeuille équilibré, surtout si on est sur le point de prendre notre retraite, ils ne sont pas indiqués en début de carrière. Au contraire, ce genre de placement peut même éroder notre pouvoir d'achat à long terme, en raison de l'inflation.»

6. Les retraits d'un CELI sont imposables. On n'a aucun impôt à payer lorsqu'on retire des sommes d'un CELI, puisqu'on n'a obtenu aucune réduction d'impôt au moment de la cotisation, contrairement au REER.

7. Le REER est seulement pour la retraite. «On peut profiter de notre REER dans d'autres occasions, rappelle Boyan Ivanov. En plus du régime d'accession à la propriété (RAP), qui facilite l'achat d'une première propriété, le REER peut permettre un retour aux études via le régime d'encouragement à l'éducation permanente (REEP).»

8. Le REER convient à tout le monde. «Pour environ le tiers des gens, le REER n'a aucune utilité et peut même nuire, explique Boyan Ivanov. Le REER n'est pas la meilleure solution si nos revenus seront similaires ou plus élevés à la retraite que durant notre vie active, par exemple si on a des immeubles locatifs qu'on aura fini de payer une fois à la retraite. Le CELI serait alors plus avantageux.»

À LIRE AUSSI: REER ou CELI, lequel choisir?

 

Retour au dossier Finances personnelles

 

Commentaires
Partage X
Argent et consommation

8 mythes entourant les REER et CELI

Se connecter

S'inscrire