Sexualité

VPH : 10 faits à connaître sur le virus du papillome humain

Par
VPH : 10 faits à connaître sur le virus du papillome humain

Sexualité

VPH : 10 faits à connaître sur le virus du papillome humain

Par

Aussi connu sous le nom de VPH, le virus du papillome humain est une infection transmissible sexuellement qui touche particulièrement les femmes de 18 à 45 ans — mais pas que ! En effet, il peut aussi être contracté par les hommes et les femmes d’âge plus mûr.

C’est d’ailleurs l’infection qui est à l’origine de presque tous les cas de cancer du col de l’utérus au Canada. Malgré tout, on connaît très mal ce virus et les manières de le prévenir, comme le vaccin GARDASIL® 9.

Voici dix faits à retenir sur le VPH.

1. Il s’agit de l’infection transmise sexuellement la plus courante au monde.
La famille du VPH compte plus de 100 types de virus, dont environ 40 sont transmissibles sexuellement. Ce qui veut dire que si vous êtes infecté à travers un type de VPH, vous pouvez tout de même être infecté par un autre.

2. Près de 100% des cas de cancer du col utérin sont causés par le VPH.
Non traité, le virus peut s'aggraver et des cellules précancéreuses peuvent se développer à travers le temps. Parmi les types de VPH, on retrouve les VPH à faible risque de cancer dont certains causent des condylomes, et les VPH à risque élevé susceptibles de causer le cancer.

3. Bon an mal an, environ 1500 nouveaux cas de cancer de l’utérus sont diagnostiqués au Canada.
Les cellules pouvant causer le cancer se forment près de l’utérus. Ces nouveaux cas de cancer peuvent apparaître chez les femmes âgées entre 20 et 40 ans. À cet effet, le manque de temps chez le médecin et le manque d’informations au sujet du vaccin GARDASIL®9 peuvent nuire à leur prévention.

4. Jusqu’à 3 Canadiens sexuellement actifs sur 4 contracteront au moins une infection au VPH dans leur vie.
Une personne peut être infectée par plus d’un type de VPH au cours de sa vie. Elle peut aussi être infectée plus d’une fois par le même type de VPH. Il suffit d’un seul partenaire infecté pour contracter le virus.

5. Un partenaire sexuel stable ne vous protège pas du VPH.
Quiconque est sexuellement actif est à risque de contracter le VPH puisque l'infection ne présente souvent aucun signe ou symptôme. Vous ne pouvez donc être en mesure de dire si votre partenaire ou vous êtes infectés. Que vous soyez en union stable depuis plusieurs années ou que vous ayez eu des enfants, il est tout de même possible de contracter le VPH.

6. Une infection au VPH ne sera pas toujours détectée grâce au test de Pap.
Lorsqu'une femme est infectée par certains types de VPH et que le virus ne se résorbe pas seul, des cellules précancéreuses peuvent se développer près du col de l'utérus. Les tests de Pap identifient ces cellules anormales. Dans le cas où elles ne sont pas détectées tôt puis traitées, un pré-cancer et un cancer du col de l'utérus peuvent se développer.

7. De tous les cancers détectés chez les Canadiennes âgées entre 20 et 40 ans, celui de l’utérus est le troisième le plus commun.
Malgré le fait que le nombre de patientes infectées par le VPH augmente au Canada, beaucoup de femmes dans ce groupe d’âge n’éprouvent pas le besoin de parler de GARDASIL®9. Or, même si elles sont en union stable avec le même partenaire, le virus peut tout de même être en dormance depuis plusieurs années chez l’une des personnes du couple.

8. Les estimations suggèrent qu’environ 4 cas du cancer de l’utérus sont diagnostiqués quotidiennement au pays.
Il est possible de prévenir le cancer de l’utérus grâce à un vaccin. Une vaccination avec GARDASIL®9 offre une protection efficace et reconnue. Cet agent de prévention est simple et accessible.

9. Le cancer de la vulve, le cancer vaginal et le cancer anal peuvent être causés par le VPH.
Si le virus du VPH n’est pas traité, des cellules précancéreuses peuvent se développer à travers des organes autres que l’utérus et causer d’autres types de cancer graves à plus long terme.

10. Il existe un vaccin pour se protéger du VPH et d’autres types de cancer causés par celui-ci.
En plus d’offrir une protection contre 9 types de VPH responsables d’environ 90% des cas de cancers de l'utérus, le vaccin GARDASIL®9 prévient 2 types de VPH causant 90% des types de verrues génitales. Si vous avez été infecté par l’un des types de VPH, GARDASIL®9 peut tout de même vous aider à vous protéger contre les 8 autres types.

Prenez le temps de discuter avec votre médecin du VPH et des solutions efficaces pour le prévenir, comme le vaccin GARDASIL®9. Après tout, c’est de votre santé dont il est question!

Partage X
Sexualité

VPH : 10 faits à connaître sur le virus du papillome humain

Se connecter

S'inscrire