Thinkstock Auteur : Coup de Pouce Crédits : Thinkstock

On part découvrir ce métier plus en détail avec Nancy Marsolais, de Deux-Montagnes, qui est acupunctrice depuis 3 ans.

Comment avez-vous choisi votre métier?

J'y avais songé il y a plusieurs années, mais ça demandait beaucoup trop de stabilité pour une jeune de 18 ans qui avait la bougeotte et l'envie de voyager. J'ai donc opté pour les sciences infirmières. C'est 15 ans plus tard que l'idée m'est revenue. J'avais envie de plus d'autonomie et d'une approche plus naturelle envers mes patients.

À quoi ressemble votre journée-type?

Je prépare mes dossiers et ma salle de traitement. Je révise la littérature afin de bien me préparer à accueillir les nouveaux patients. Une fois avec le patient, je fais mon interrogatoire et j'évalue son bilan de santé, puis je l'installe confortablement et je procède au traitement. J'utilise les aiguilles, bien sûr, mais aussi le moxa et les ventouses selon les indications. Après, je lui donne des petits conseils: exercice, relaxation, alimentation... Ensuite, je suis prête à accueillir un autre patient.

Qu'est-ce qui vous passionne et vous rend fière d'exercer ce métier?

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) est un territoire tellement vaste, je n'aurai pas assez d'une vie pour tout explorer. J'adore la façon poétique de nommer les pathologies. En MTC, quand on a un rhume, on dit qu'on a un Vent-Froid. Ça me fait penser à ma grand-mère, qui me disait, lorsqu'il faisait froid et venteux: «Couvre-toi bien, sinon tu vas être malade!» En médecine occidentale, les virus sont à l'origine des rhumes, pas le vent ni le froid. En MTC, c'est plausible! Vraiment! Et puis, c'est une telle satisfaction de voir revenir un patient qui a éprouvé un soulagement de sa douleur ou qui a mieux dormi, de prendre le temps de l'écouter, de sentir qu'on peut faire une différence dans sa vie. C'est un métier très gratifiant.

Si vous aussi, vous souhaitez nous parler de votre métier, écrivez-nous !

Qu'est-ce que les gens ne savent pas à propos de votre métier?

Que l'acupuncture est efficace pour traiter plusieurs problèmes de santé. Que les médecins réfèrent de plus en plus leurs patients à des acupuncteurs. Que les acupuncteurs sont intégrés dans des hôpitaux du Québec, entre autres à l'unité familiale des naissances de l'hôpital Lasalle. Les Acupuncteurs associés en grossesse et accouchement (AAGA) y prodiguent des soins durant l'accouchement, et y supervisent des stages cliniques d'acupuncture obstétricale en milieu hospitalier.

Qu'aimeriez-vous que les gens sachent?

Que, depuis 1995, les acupuncteurs sont régis par l'Ordre des professions du Québec, donc on ne s'improvise pas acupuncteur. Après les études, nous devons réussir un examen, et nous sommes périodiquement inspectés par l'Ordre des acupuncteurs du Québec. C'est une protection pour les patients.

Quel conseil donneriez-vous aux gens qui voudraient faire ce métier?

De se préparer à bûcher durant leurs études! En effet, elles sont très exigeantes, mais ça vaut le coup!

Si vous aussi, vous souhaitez nous parler de votre métier, écrivez-nous !

Commentaires
Partage X
Travail

Votre métier en 5 questions: Acupuncteur

Se connecter

S'inscrire