Travail
23 nov. 2010

Party de bureau: 5 règles à suivre

Par Marie Vaillancourt et Annie-France Charbonneau

Auteur : Coup de Pouce

Travail
23 nov. 2010

Party de bureau: 5 règles à suivre

Par Marie Vaillancourt et Annie-France Charbonneau
Cet article fait aussi partie des dossiers :

1. On se présente. Le party de bureau, c'est le moment de l'année où nos patrons nous disent merci et nous donnent l'occasion de nous amuser dans un contexte plus décontracté. C'est aussi le prolongement de nos activités reliées au travail et, dans cette optique, notre absence soulèvera des questions auprès de nos employeurs. Choisir de ne pas se présenter peut démontrer un manque d'intérêt envers notre entreprise, notre travail ou nos collègues.

On s'assure d'arriver à l'heure pour éviter de se faire remarquer par notre retard. Et si on n'est vraiment pas une adepte de ce genre de soirée, on peut choisir de se présenter uniquement au souper et de partir en fin de repas.

2. On porte une tenue appropriée. On oriente notre choix vestimentaire en fonction du domaine d'activité dans lequel notre entreprise évolue. Si on hésite, on s'informe auprès des organisateurs du code vestimentaire à adopter pour la soirée. On évitera d'être trop habillée ou, à l'inverse, de ne pas être assez chic! Chose certaine, une tenue sexy, trop serrée ou un décolleté plongeant seront totalement inappropriés, peu importe le domaine de l'entreprise. Qu'on le veuille ou non, on sera toujours jugée sur notre habillement, alors mieux vaut prendre les précautions pour éviter de subir les conséquences de nos choix.

3. On évite de passer toute la soirée avec le même groupe. Cette soirée est aussi l'occasion d'échanger avec les collègues qu'on connaît moins ou avec lesquels on n'est pas en lien direct dans le cadre de nos tâches quotidiennes. On en profite pour se mêler aux autres et se présenter aux collègues pour faciliter les échanges. On s'assure que notre téléphone cellulaire est en mode vibration pour éviter l'impolitesse de mettre fin abruptement à une conversation pour répondre à un appel.

Si on souhaite gravir les échelons dans l'entreprise, c'est une des rares occasions qu'on a de discuter avec les patrons dans un contexte moins officiel. On en profite alors pour se présenter et échanger sur nos champs d'intérêt et compétences afin de se faire connaître davantage.

 

À consulter: Le guide Coup de pouce pour les fêtes. 

4. On modère notre consommation d'alcool. Pour chaque verre d'alcool consommé, on s'assure de boire un verre d'eau. On se limite à quelques consommations pour la soirée, même si c'est le patron qui paie la note. On garde en tête qu'on est dans un événement professionnel et que nos collègues et nos patrons seront témoins de nos comportements, les bons comme les mauvais. En ayant toute notre tête, on évitera d'alimenter les ragots avec une conduite inappropriée ou des rapprochements trop intimes entre collègues. On n'oublie pas qu'on reverra tout le monde au bureau le lendemain devant la machine à café, alors mieux vaut se remémorer une soirée sans faille!

On essaie aussi de calmer nos ardeurs au buffet. Inutile de trop manger, car on aura du mal à digérer et on se sentira inconfortable. Si on sert un repas à table, on attend que tout le monde soit servi avant d'entamer notre plat.

5. On remercie avant de partir. On s'assure de remercier notre patron immédiat et même son supérieur, si l'occasion se présente, en soulignant que nous avons apprécié la soirée. On n'oublie pas que ce sont eux les hôtes de cette réception. On remercie également les organisateurs de l'événement.

À consulter: Le guide Coup de pouce pour les fêtes.  

Party de Noël: 5 petits malaises à détourner

1. Un invité reste en retrait

On lui demande si tout va bien, s'il souhaite un autre verre, etc. Si on le sent très discret, on peut l'approcher seule à seule, en le complimentant, le questionnant sur ses passions, tout en cherchant à le mettre en valeur. Pour l'intégrer au groupe, on lui demande son avis sur le sujet discuté ou on l'invite à partager une anecdote qu'on sait d'à-propos.

2. Une collègue prend toute la place

Si on est proche d'elle, on lui dit en riant d'arrêter de parler un peu, qu'elle ne laisse personne placer un mot. On peut également profiter du sujet en cours pour attirer l'attention sur une autre personne en disant, par exemple: «Parlant de voyages, dis donc, Suzanne, tu ne devais pas partir dans le Sud?»

3. Une amie a des problèmes et a vraiment besoin de se confier

Si la situation ne se prête pas aux confidences, on l'invite à nous aider à la cuisine et on lui offre d'aller prendre un café le lendemain pour en parler plus longuement. Si, au contraire, on se retrouve entre meilleures copines, on peut l'aider à s'ouvrir en abordant le sujet ouvertement: «Vous savez, les filles, la soirée tombe à point. Marie vit des choses difficiles...»

4. Le ton monte entre deux invitées

On intervient en faisant valoir le positif dans le point de vue de chacune. On leur demande si c'est bien le moment pour discuter de ce sujet. Pour désamorcer, on attire l'une d'elles vers la cuisine pour nous aider au service, ou on change la dynamique en attirant l'attention sur une autre. À la blague, on peut aussi les inviter à régler ça dans la cour à la récré... Ça devrait faire son effet.

5. Quelqu'un a trop bu

L'idéal est de prévenir en observant le rythme de consommation de nos invitées, en n'hésitant pas à leur rappeler, le cas échéant, qu'elles conduisent et en offrant de l'eau entre les services. Si la personne a atteint le point de non-retour, le mieux est de la faire raccompagner. Si nos fêtes sont généralement bien arrosées, on prévoit quelques places à coucher pour celles qui ne se seraient pas en mesure de rentrer.

 

Annie-France Charbonneau, Coup de pouce, décembre 2010

À consulter: Le Guide Coup de pouce pour les fêtes.

Partage X
Travail

Party de bureau: 5 règles à suivre