Psychologie

VISAGES régionaux du Québec: pour préserver l'environnement

VISAGES régionaux du Québec: pour préserver l'environnement

M�lanie Dor� Photographe : M�lanie Dor� Auteur : Coup de Pouce

Psychologie

VISAGES régionaux du Québec: pour préserver l'environnement

«On est encore loin de pouvoir crier victoire, dit Simon. Mais il s'agit d'un élan citoyen qui témoigne de la vivacité d'une portion de plus en plus grande de la population qui croit que militer pour le bien commun en vaut la peine.» Simon parle de la campagne «Coule pas chez nous», mise sur pied en 2014 afin de sensibiliser la population à l'enjeu pétrolier et aux raisons pour lesquelles on devrait refuser son transport sur notre territoire.

Simon fait partie du groupe de citoyens engagés issus du mouvement Stop-Oléoduc qui travaillent activement à cette campagne. Créé en 2013, Stop-Oléoduc a été la réponse spontanée de plusieurs personnes qui s'opposaient au projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada. «Je suis convaincu que nous allons arriver à bloquer ce projet et, du même coup, freiner l'expansion du pétrole le plus polluant de la planète: celui des sables bitumineux», soutient le jeune homme. Une nature sensible aux injustices et aux enjeux environnementaux a motivé Simon dans ses nombreuses implications sociales. C'est aussi ce qui a favorisé sa rencontre, il y a cinq ans, avec Marie-Ève Arbour, elle aussi fortement conscientisée par les problèmes environnementaux. Entre autres. «J'ai commencé à m'impliquer lorsque j'étais au cégep, au moment de la grève étudiante de 2005, celle qui a débuté suite aux coupures annoncées de 103 millions de dollars dans les programmes de prêts et bourses, explique-t-elle. Des gens bougeaient autour de moi, revendiquaient des choses. Ça m'a fait prendre conscience que moi aussi, je pouvais le faire.» Et des choses, elle en a fait bouger! D'ailleurs, ses nombreuses initiatives - une place au sein de la délégation québécoise qui a assisté à la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement durable au Brésil en 2012, sa présence à plusieurs forums sociaux, entre autres - ont valu à la jeune femme d'être nominée parmi les 12 femmes d'influence en développement durable au Québec en 2013 par Équiterre. Le projet V.I.S.A.G.E.S. régionaux, mis sur pied avec Simon, fait également partie des raisons de cette nomination. Projet qui a aussi valu à la jeune femme de décrocher la bourse Laure Waridel en 2010.

Grâce à cette bourse, le couple a sillonné pendant quatre mois plusieurs régions du Québec à bord d'un camion roulant à l'huile végétale recyclée afin de répertorier et documenter différentes initiatives sur trois volets: l'autonomie alimentaire, l'habitation écoresponsable et la participation citoyenne. «Pour le moment, V.I.S.A.G.E.S. est avant tout un répertoire d'initiatives, explique Simon, qui travaille aussi comme charpentier-menuisier dans une entreprise d'écoconstruction. Mais Marie-Ève est en train de développer un volet de service-conseils, pour les gens qui ont un projet sociétal.» La jeune femme est également coordinatrice pour la Fédération de la relève agricole du Québec. «Essentiellement, on travaille à faciliter l'accès des jeunes à la terre, chose rendue ardue en raison des coûts élevés impliqués», explique-t-elle.

Toujours très impliqués dans les causes qui leur tiennent à coeur, Marie-Ève et Simon se laissent toutefois un peu distraire depuis quelque temps. C'est que l'arrivée de la cigogne est prévue pour le début du mois de mai. «Cet enfant-là, je suis sûre qu'il est déjà très conscientisé!» lance en riant la future maman.

Infos: coulepascheznous.com, visagesregionaux.org.

Retour au dossier Implication sociale

 

À lire aussi: Les magasins-partage : aider les plus démunis

 

Commentaires

Partage X
Psychologie

VISAGES régionaux du Québec: pour préserver l'environnement

Se connecter

S'inscrire