Psychologie

Québec se donne une charte pour une image corporelle saine

Québec se donne une charte pour une image corporelle saine

IStock Photographe : IStock Auteur : Coup de Pouce

Psychologie

Québec se donne une charte pour une image corporelle saine

La charte, signée par la ministre responsable de la Condition féminine, Christine St-Pierre, à la mi-octobre 2009 ne prévoit pas de pénalités légales. Elle reste donc un engagement moral et volontaire. Ses signataires espèrent toutefois contribuer à changer les choses dans le milieu de la mode, de la publicité et dans l'image des femmes dans les médias en général.

La Charte énonce sept principes, comme la promotion d'une diversité d'images corporelles comprenant des tailles, des âges et des proportions variés. Les signataires reconnaissent notamment que les idéaux de beauté basés sur la minceur extrême peuvent nuire à l'estime personnelle, particulièrement chez les filles et les femmes. Et que les comportements alimentaires et les pratiques de contrôle du poids sont influencés par des facteurs tant biologiques que psychologiques, familiaux et socioculturels.

L'idée de cette charte est née à la suite d'une pétition lancée par deux jeunes filles. Jacinthe Veillette et Léa Clermont-Dion demandaient au gouvernement du Québec d'intervenir face aux images de minceur et aux images irréalistes de femmes projetées dans les médias.

Une initiative bien reçue

L'initiative a été bien accueillie par l'Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) et l'Association québécoise d'aide aux personnes souffrant d'anorexie nerveuse et de boulimie (ANEB Québec). Cette dernière a tenu à rappeler aux instances concernées l'importance d'adhérer à cet engagement volontaire.

L'ANEB estime que le manque de diversité corporelle dans les médias « contribue à nourrir l'obsession de la minceur, prédisposent les gens à développer des insatisfactions corporelles et des troubles alimentaires ». Selon l'association, près de 80 % des femmes n'aiment pas leur silhouette ou sont insatisfaites de leur poids.

Dans les pays industrialisés, 3 % des jeunes femmes souffrent de troubles alimentaires sévères, et 10 % sont constamment préoccupées par leur poids, selon des données du Dr Howard Steiger, chef du Programme des troubles de l'alimentation à l'Institut universitaire en santé mentale Douglas.
Les 7 principes de la Charte
1) Promouvoir une diversité d'images corporelles comprenant des tailles, des proportions et des âges variés.

2) Encourager de saines habitudes autour de l'alimentation et de la régulation du poids corporel.

3) Dissuader les comportements excessifs de contrôle du poids ou de modification exagérée de l'apparence.

4) Refuser de souscrire à des idéaux esthétiques basés sur la minceur extrême.

5) Garder une attitude vigilante et diligente afin de minimiser les risques d'anorexie nerveuse, de boulimie et de préoccupation malsaine à l'égard du poids.

6) Agir à titre d'agents et d'agentes de changement afin de mettre de l'avant des pratiques et des images saines et réalistes du corps.

7) Faire connaître la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée auprès de nos partenaires, de nos clientèles et de nos relations professionnelles tout en participant activement à l'adhésion à ses principes et à leur respect.

  

Signez la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée.

Source

Ministère de la Condition féminine du Québec

 

Commentaires

Partage X
Psychologie

Québec se donne une charte pour une image corporelle saine

Se connecter

S'inscrire