Psychologie

Profession: père au foyer!

Profession: père au foyer!

� Credit Photographe : � Credit Auteur : Coup de Pouce

Psychologie

Profession: père au foyer!

Charles Thouin a choisi il y a longtemps d’être père à temps plein et de se consacrer à ses enfants : Gabriel, 25 ans, Olivier, 23 ans, Catherine, 21 ans, et Isabelle, 15 ans. Il nous raconte son expérience dans un rôle encore plus souvent associé aux femmes.

SV: Qu'est-ce qui vous a amené à devenir papa à temps plein?

C.T.: J'ai rencontré ma femme à l'époque où j'étais encore étudiant. Je travaillais comme préposé dans un hôpital où elle était infirmière. Avant même la naissance de Gabriel, on avait dans l'idée que c'était moi qui allais rester à la maison. On voulait offrir de la stabilité à nos enfants et se simplifier la vie. Économiquement, c'était aussi plus facile alors: les allocations familiales étaient plus généreuses.

SV: Comment votre choix de vie a-t-il été accueilli par votre entourage?

C.T.: Il y a 25 ans, c'était très rare de voir des couples prendre cette décision. Un collègue de travail m'a même déjà demandé: «Coudon, es-tu rendu tapette?» Ma belle-mère, elle, avait l'impression que j'exploitais sa fille. Quant à mes voisines, qui me voyaient étendre le linge du bébé sur la corde en pleine journée, elles croyaient que j'avais perdu mon emploi! (rire)

SV: À quoi ressemblait votre quotidien?

C.T.: C'est moi qui m'occupais de tout: les tâches ménagères, la cuisine, les devoirs, les enfants, etc. Ma conjointe et moi avons toujours été très heureux de cet arrangement. Elle pouvait partir au travail l'esprit tranquille, et lorsqu'elle rentrait, tout était fait. En réalité, mon quotidien ressemblait pas mal à celui des femmes qui font le choix de rester à la maison.

SV: Qu'est-ce que vous avez trouvé le plus difficile dans votre rôle de père au foyer?

C.T.: La grande pression sociale: il faut être un parent parfait. Tu te demandes: «Est-ce que j'ai bien agi? Qu'est-ce que j'aurais dû dire ou faire autrement?» etc. On se questionne tout le temps sur sa façon d'élever ses enfants.

SV: Comment c'était, pour les vôtres, d'avoir un papa au foyer?

C.T.: Ils n'ont pas connu autre chose. Pour eux, il n'y avait rien d'original à ce que ce soit leur père plutôt que leur mère qui reste à la maison. La plupart de leurs amis allaient à la garderie tandis qu'eux venaient dîner à la maison. Et quand ils rentraient de l'école, il y avait quelqu'un qui les attendait. C'était leur réalité.

SV: Quelle est votre relation avec vos enfants aujourd'hui?

C.T.: Je ne suis pas devenu leur confident. Je suis leur père et non leur ami, et je trouve ça bien ainsi. Les trois plus âgés sont partis; ils ont leur propre vie et sont autonomes. Ils ne sont pas intéressés à reproduire le modèle qu'ils ont eu à la maison, et c'est correct comme ça. Mon plus vieux va bientôt devenir papa à son tour. C'est un grand bonheur pour ma femme et moi. Si on avait à recommencer notre vie aujourd'hui, on referait exactement la même chose. (sourire)

SV: Maintenant que votre progéniture vole de ses propres ailes, à quoi consacrez-vous votre temps?

C.T.: Je m'occupe de ma tante âgée de 99 ans et de mon père. Je bricole beaucoup et je fais du bénévolat pour le Club Optimiste ainsi que pour un club de patinage de vitesse. J'ai encore plus à faire aujourd'hui que quand j'avais des bébés! (rire) Cela dit, ma réalité est bien différente. Avant, j'étais surtout à la maison. Maintenant, je suis le plus souvent à l'extérieur de chez moi.

  

Suggestion de lecture

jeunepapa.com

Suggestion de lecture

Enquête de paternité, Geneviève Landry et Sébastien Raymond, Éditions de l'Homme, 232 pages, 2009.

 

Commentaires

Partage X
Psychologie

Profession: père au foyer!

Se connecter

S'inscrire