Psychologie

Petit manuel du bon gourou

Petit manuel du bon gourou

� Istockphoto.com Photographe : � Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Psychologie

Petit manuel du bon gourou

Entre 1978 et 1997, trois sectes religieuses ont connu des fins sanglantes: le People's Temple de Jim Jones en Guyana (913 morts), les Davidiens de Waco au Texas (86 morts), et l'Ordre du temple solaire (OTS) au Québec et en Suisse (74 morts). 1 073 personnes «suicidées» ou assassinées, dont 306 enfants.

 

Au Québec, on ne parle plus beaucoup du drame de l'OTS et les sectes ne font pas régulièrement les manchettes. Pourtant, dans plusieurs pays, des lois ont dû être votées contre les manipulateurs qui profitent de la vulnérabilité des gens en quête de spiritualité ou de connaissance de soi pour asseoir leur emprise psychologique¿ et financière.

 

Gourou charismatique, adepte fragile

«Le pouvoir ne rapporte pas à celui qui sait; il va à celui qui croit qu'il sait et est capable de persuader les autres», disait John Kenneth Galbraith dans l'Anatomie du pouvoir. Comment des personnes comme vous et moi décident-elles de s'abandonner complètement à un homme ou à une femme, simplement parce qu'il ou elle déclare être en possession de l'unique Vérité? Ce phénomène s'explique par quelques lois élémentaires de psychologie humaine.

 

Le regretté Jean-Yves Roy, psychiatre, dépeignait le gourou «berger» comme un «séducteur charismatique, mystique ou mystificateur, fanatique ou paranoïde, mégalomane ou antisocial, imposteur ou prédateur, mais parfois aussi consciencieux et obstiné, besogneux ou illuminé.»

 

Quant à l'adepte, il cherche, plus ou moins consciemment, une vérité, un sens à sa vie, une solution à ses problèmes, un soulagement à ses maux physiques et/ou psychiques, dans une quête mystique, relationnelle ou thérapeutique. La très grande majorité des adeptes ne souffrent pas de problèmes psychologiques. Mais ils sont forcément vulnérables aux différentes techniques de manipulation employées par les sectes. Ainsi donc, vous pouvez être intelligent et normalement équilibré, mais influençable et naïf.

 

Les six techniques de manipulation

Il y a quelques années, l'organisme Info-Secte révélait six techniques de manipulation utilisées par les sectes. Ces techniques, les gourous ne les ont pas inventées, mais elles font généralement leur fortune:

L'isolement
est la technique favorite du gourou pour fragiliser son «disciple». Les parents, les amis et les collègues de travail deviennent suspects sous le regard de la secte, car ils pourraient mieux voir le piège se refermer sur l'adepte et vouloir l'en prévenir. Lorsque les règles et les liens sociaux qui guidaient sa conduite et ses aspirations perdent leur pouvoir, l'intimé doit céder la place à un nouveau schème de pensée. Le nouveau messie vient ainsi injecter du sens là où il fait maintenant cruellement défaut.

La pression du groupe vise à briser les doutes du nouvel adepte pour qu'il adhère sans contester aux croyances de la secte.


La culpabilisation fait que l'adepte est encouragé à développer une vision négative de lui-même. Il acceptera alors de se transformer selon la volonté du gourou.


La peur oblige l'adepte à respecter toutes les règles de la secte; le gourou distribue ainsi menaces physiques et spirituelles, sanctions et restrictions de toutes sortes. La plus utilisée est sans nul doute la menace d'exclusion que l'adepte bien endoctriné perçoit comme une mort spirituelle et la perte de la promesse de vie éternelle qui y est très souvent rattachée.


La robotisation consiste à affaiblir l'esprit critique et d'analyse de l'adepte par le travail incessant, le manque de sommeil, l'absence ou la réduction des moments passés en solitaire.


La surveillance et la dénonciation empêchent toute contestation de l'autorité absolue du gourou.

Marche à suivre

Ces techniques de manipulation sont fondées sur la vulnérabilité de l'adepte. Le gourou identifie et exploite à volonté ses besoins. C'est là le b-a-ba du gourou, sa manière d'assurer sa propre domination.

Dans la secte, le gourou est considéré comme un être divin, un prophète ou une personne qui après maintes recherches théologiques, médicales ou scientifiques, a découvert la vérité. Le critiquer revient à émettre des doutes sur la Vérité elle-même!

 

Les sectes de Salem

Si les sectes doivent éveiller notre vigilance, elles ne doivent pas pour autant nourrir notre intolérance. Croire et clamer que la société est mauvaise, que la médecine et la science sont dangereuses pour la santé, que les hommes politiques veulent contrôler les vies personnelles ne fait pas nécessairement des «appelés» des fanatiques. Tout le monde a droit à ses idées, à ses excentricités, à ses transgressions. Tant que la liberté d'être et la liberté de l'autre ne sont pas menacées. Vouloir prévenir les pièges des sectes, oui, d'accord. Mais que ce ne soit pas un appel à la chasse aux sorcières!

 

Sources

Roy, J-Y Le syndrome du berger. Essai sur les dogmatismes contemporains, Boréal, Montréal, 1998, 276 pages.

 

Durkheim, E. Le suicide, France, P.U.F., 1973.

Commentaires

Partage X
Psychologie

Petit manuel du bon gourou

Se connecter

S'inscrire