Psychologie

Partager la route entre cyclistes et automobilistes

Partager la route entre cyclistes et automobilistes

? Istockphoto.com Photographe : ? Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Psychologie

Partager la route entre cyclistes et automobilistes

Entre 15 et 20 cyclistes, 70 piétons et 350 automobilistes meurent chaque année au Québec. Depuis 2003, près de 2 500 cyclistes sont victimes de la route annuellement. D'où l'importance d'être vigilant et de respecter certaines règles de partage de la route.

Les cyclistes soumis aux mêmes règles

Les cyclistes ont les mêmes droits et les mêmes obligations que les automobilistes. Cependant, trop de cyclistes et d'automobilistes l'ignorent ou n'en tiennent pas compte. Des études démontrent que la négligence et la distraction sont en cause dans la majorité des accidents.

Ainsi, les cyclistes sont tenus de s'arrêter au feu rouge, aux panneaux d'arrêt et de respecter les voies à sens unique. L'article 487 du Code de la sécurité routière les oblige à «circuler à l'extrême droite de la chaussée et dans le même sens que la circulation, sauf si cet espace est obstrué ou s'il s'apprête à effectuer un virage à gauche.»

L'article 486 du Code stipule pour sa part que «les conducteurs de bicyclettes qui circulent en groupe de deux ou plus doivent le faire à la file. En aucun cas, la file ne peut comporter plus de 15 cyclistes.» Et lorsque le «chemin public comporte une voie cyclable, le conducteur d'une bicyclette doit l'emprunter», peut-on lire à l'article 492.

L'amende associée à chacun de ces articles est de 15 $ à 30 $ et peut être assortie de points d'inaptitude. Quant au port d'un baladeur ou d'écouteurs, il peut valoir des amendes de 30 $ à 60 $, tant aux automobilistes qu'aux cyclistes.

La part des automobilistes

Les automobilistes ont leur part de responsabilité pour assurer la sécurité des cyclistes sur la route. Outre le fait de signifier leurs intentions avant de tourner, ce que beaucoup oublie, les automobilistes doivent s'assurer de laisser un espace suffisant aux cyclistes lorsqu'ils les dépassent. L'article 341 du Code de la sécurité routière indique «qu'un véhicule routier ne peut dépasser une bicyclette à l'intérieur de la même voie de circulation que s'il y a un espace suffisant pour permettre le dépassement sans danger». L'automobiliste peut cependant empiéter dans la voie inverse si cette manœuvre peut être effectuée sans danger, pour dépasser une bicyclette, précise l'article 344.

Ces articles s'adressent autant aux automobilistes qu'aux cyclistes en leur rappelant qu'ils ont le droit de rouler sur la chaussée sans se sentir agressés par les véhicules motorisés. Ils font aussi appel à la courtoisie des automobilistes pour assurer le partage de la route. L'amende prévue pour les conducteurs qui coincent les cyclistes de trop près va de 200 $ à 300 $.

Les accidents fréquents

- une portière s'ouvre brutalement devant un cycliste. Le Code de la sécurité routière dit qu'il est de la responsabilité de l'automobiliste de s'assurer que la voie est libre avant d'ouvrir sa portière. Il est cependant recommandé aux cyclistes de rouler à un mètre de distance des voitures stationnées afin de se donner assez d'espace pour manœuvrer pour réagir et de ralentir devant les voitures où le conducteur est derrière le volant.

-  un cycliste veut continuer sa route au carrefour, alors que l'automobiliste veut tourner à droite. Ce dernier ne laisse pas la priorité, tourne et heurte le cycliste. Aux intersections, il est recommandé aux cyclistes de s'assurer que l'automobiliste derrière eux les a vus et, lorsque le feu est rouge, de s'arrêter à droite de la voiture, légèrement devant, sans empiéter sur le passage piéton, de façon à ce que l'auto tourne derrière eux.

-  avant de dépasser un cycliste ou une voiture stationnée en double, mieux vaut jeter un œil par-dessus son épaule, souligne Vélo-Québec. On évite ainsi beaucoup d'accidents.

-  le contact visuel est important. Lorsque les cyclistes traversent une rue, ils devraient chercher le regard de l'automobiliste pour s'assurer que ce dernier les a vus et qu'il respectera la priorité du cycliste.

Se faire voir

De nombreux accidents sont également dus au manque de visibilité des cyclistes. Ce facteur intervient dans environ 20 % des accidents mortels. C'est pourquoi le Code prévoit que toute bicyclette doit être équipée de réflecteurs, ce qui permet au cycliste d'être mieux vu des automobilistes.

La nuit, les cyclistes risquent davantage d'avoir un accident fatal; en effet, le taux de décès atteint 7 %. S'ils circulent le soir ou la nuit, les cyclistes doivent donc ajouter à leur équipement de base un phare blanc à l'avant et un feu rouge à l'arrière.

Quelques chiffres :
  • Les blessures à la tête demeurent la première cause de décès chez les cyclistes. Elles sont les plus sévères et causent 60 % des décès et 30 % des blessures graves;
  • Environ le quart des victimes sont âgées de 15 ans ou moins;
  • Environ 85 % des accidents se produisent en milieu résidentiel ou commercial, principalement dans les zones de 50 km/h ou moins;
  • Environ 55 % des accidents mortels sur le réseau routier ont lieu ailleurs qu'aux intersections;
  • Un accident sur dix se produit sur une chaussée mouillée;
  • La négligence du cycliste ou l'inattention (du conducteur ou du cycliste) représentent la première cause des accidents mortels.

Voici d'autres éléments pouvant causer un accident :

  • Ne pas s'arrêter à un panneau d'arrêt, à un feu rouge ou ne pas céder le passage lorsqu'un panneau en indique l'obligation;
  • Ne pas être bien vu des autres usagers de la route;
  • Ne pas respecter le sens de la circulation.

Lire aussi: La sécurité des enfants à bicyclette

Sources

Société de l'assurance automobile du Québec

Vélo Québec

SDV*MAG

 

Commentaires

Partage X
Psychologie

Partager la route entre cyclistes et automobilistes

Se connecter

S'inscrire