Psychologie

Journée de prévention du suicide: conseils d’une intervenante

Journée de prévention du suicide

iStock Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Psychologie

Journée de prévention du suicide: conseils d’une intervenante

Un proche ne va pas bien du tout et on craint vraiment pour sa vie? Une spécialiste en prévention du suicide nous donne ses meilleurs conseils.

Depuis quelque temps, notre frère n'a pas le moral du tout. Son humeur ombrageuse et ses propos inquiétants nous font craindre pour sa vie. Comment aborder le sujet avec lui? À l'approche de la 13e Journée mondiale de prévention du suicide, le 10 septembre prochain, Lucie Pelchat, conseillère à la formation pour l'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), prodigue quelques conseils relatifs à cette délicate question.

Utiliser les vrais mots

«Penses-tu au suicide?» est une question lourde de sens qui peut faire peur à quiconque la pose. «Dans ce contexte, il ne faut pas avoir peur des mots», mentionne d'emblée Lucie Pelchat. «Ça peut paraître difficile de soulever le sujet de façon aussi directe parce qu'on ne veut pas que la personne envisage cette possibilité. Toutefois, si c'est le cas, le fait de mentionner ouvertement la question aura plutôt un effet salvateur dans la majorité des cas.»

On craint de faire un faux pas? «Normal», rassure la conseillère. Pourtant, «il y a peu de gestes ou de paroles qui viendraient empirer la situation. Le plus important, c'est d'être là, d'être soi-même et à l'écoute de l'autre», renchérit-elle.

Se confier

Craindre pour la vie d'un proche qui songe au suicide est exigeant sur le plan émotionnel. «Il faut éviter de garder ces confidences pour soi et savoir établir ses limites. On n'hésite donc pas à se confier avec discrétion à un proche en qui on a confiance et à aller chercher de l'aide auprès de ressources adéquates, même si la personne qui s'est confiée nous a demandé de garder le silence sur la situation», suggère Lucie Pelchat.

On ne sait pas vers qui se tourner? La ligne sans frais 1 866 APPELLE, accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, permet de discuter avec un conseiller en toute confidentialité. Ce dernier nous permettra de faire le point sur la situation et nous orientera vers les ressources en prévention du suicide de notre région.

D'autres ressources d'aide

Les CSSS ainsi que les hôpitaux de notre région, en collaboration avec leur réseau local de services, offrent des services en prévention du suicide. Le lien suivant en fait le recensement: www.sante.gouv.qc.ca/systeme-sante-en-bref/csss/

Les centres de prévention du suicide offrent de nombreux services aux personnes en détresse, à leurs proches ainsi qu'aux endeuillés. Pour identifier les ressources de notre région, on consulte la liste offerte sur le site de l'AQPS: http://aqps.info/besoin-aide-urgente/#liste-cpsregionaux

Pour plus de renseignements et de conseils, consultez le site de L'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS).

À lire : Dans 3 secondes, quelqu'un tentera de se suicider

Commentaires

Partage X
Psychologie

Journée de prévention du suicide: conseils d’une intervenante

Se connecter

S'inscrire