Cette année, je m'affirme!

Istockphoto.com Photographe : Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Pour avoir une vie qui nous ressemble, il faut savoir dire non, établir nos priorités et développer nos talents. Selon Sylvie Boucher, psychologue et coach de vie, l'affirmation de soi exige qu'on pose une série de gestes significatifs. «Elle est la base pour construire l'estime de soi. Souvent, on attend d'avoir confiance en soi pour s'affirmer, mais la confiance se construit dans l'action. Il faut accumuler des expériences qui nous permettront de nous sentir compétentes. Parce qu'on l'aura déjà fait, on aura confiance en nous et on s'affirmera davantage.»

On peut avoir de la difficulté à s'affirmer par crainte d'être rejetée ou de blesser l'autre. C'est pourtant nécessaire pour avoir une vie harmonieuse et équilibrée. «C'est une façon d'entrer en relation. Si on ne prend pas notre place, l'autre sera en relation avec notre ombre ou avec ce qu'il veut qu'on soit. C'est très malsain», ajoute la psychologue.

S'affirmer, mais comment? Cet automne, nous avons fait un appel à tous, via notre page Facebook, pour recruter des lectrices intéressées à affermir leur confiance en elles. Une cinquantaine ont accepté de jouer le jeu.

Affirmation 101

On commence par s'affirmer à soi-même. On assume nos qualités, nos goûts, nos valeurs et nos intérêts.

1. Accepter un compliment

Fini, les phrases du genre: «Ça? C'est juste un vieux chandail!» ou «Oh! Non, ce n'est rien!» On dit merci, tout simplement.

Verdict

«Quand on m'a dit: "Le patron a aimé ton document", j'ai répondu merci! Mais quand on m'a dit: "T'es belle", ma réponse a été: "Hein? J'ai 42 ans et j'ai pris six livres." J'ai encore du travail à faire!» Isabelle

«Cela a été un peu difficile de ne pas répondre: "Mais non, je suis là pour ça!" Mais le fait de dire un simple merci est beaucoup plus gratifiant. On se sent plus importante.» Nadya

«En général, je remercie et je relance mille qualités à mon interlocuteur en me demandant si j'en ai fait assez. Accepter un compliment? Je n'ai pas encore réussi.» Françoise

«Moi qui justifie toujours mes succès, j'ai accepté un compliment. Cela a changé ma manière d'être! J'ai même eu droit à une rencontre spéciale où l'on m'a félicitée pour mon attitude du dernier mois.» Karine

«On me lance souvent des compliments sur ma façon de faire les choses et d'être avec les gens. Avant, j'aurais dit: "Mais non, tu exagères." Maintenant, je suis contente de voir que mes efforts sont reconnus!» Julie

2. Changer de look

On rêve d'avoir des mèches de couleur flash, de porter du rouge ou des talons hauts (même si on dépasserait notre chum d'une tête)? On ose!

Verdict

«J'ai toujours rêvé d'être blonde. Mon coiffeur m'a encouragée, en me prévenant que je pourrais entendre des commentaires négatifs. Je peux maintenant expérimenter le côté glamour de ma personnalité. Je suis fière d'avoir osé!» Nico

«Je me suis acheté des bottes à talons, moi qui ne porte que des souliers de course. Mon chum me trouve superbe. Une fois la surprise passée, mon entourage m'a adressé des compliments.» Guylaine

«J'ai osé porter la jupe achetée sur un coup de tête. Cela m'a donné le goût de me maquiller un peu. Mes employés m'ont complimentée. J'en ai profité pour accepter un compliment!» Valéry

«J'ai changé de tête. Résultat? Très excitant! Les commentaires de mon entourage ont été flatteurs et personne n'a osé dire quoi que ce soit de négatif!» Karine

3. Bloquer une soirée pour soi

Une fois par semaine ou par mois, on s'oblige à faire quelque chose pour nous, comme suivre un cours de tango ou prendre un abonnement au théâtre.

Verdict

«J'ai bloqué trois soirées: deux pour des cours de zumba et une pour le power yoga! Après 20 ans de travail autonome, enfermée à la maison, j'ai décidé de penser à moi et de m'investir à fond dans des activités nouvelles. J'adore!» Françoise

«Presque toutes mes soirées sont occupées à faire le taxi pour les activités des enfants, mais j'ai commencé à me réserver un matin par mois pour déjeuner avec des amies. Ces rencontres me permettent de ventiler et de rire de mes petites et grandes aventures. Je ne m'en passerais plus!» Ariane

«Je me suis inscrite à un cours d'aquaforme. Je souhaitais bouger un peu, mais cela ne se réalisait jamais: trop fatiguée, trop froid, juste envie d'être en pyjama... Maintenant, je me sens parfois coupable de laisser à mon conjoint le soin des petites, mais avoir une activité inscrite dans l'agenda me permet de prendre ce temps.» Anne

 

On s'affirme ouvertement

Après avoir assumé ce qu'on est, on va un peu plus loin: on s'affirme vis-à-vis des autres.

1. Dire non

Notre belle-soeur nous supplie d'assister à sa présentation Tupperware? L'école cherche une maman pour accompagner les enfants à une sortie et ça ne nous tente pas? On dit non gentiment.

Verdict

«Après deux ans au conseil d'établissement de l'école, cinq ans au conseil de patinage artistique et cinq ans au conseil de hockey mineur, j'ai réussi à dire non pour d'autres mandats. Je me suis sentie coupable, mais je réalise que je ne suis pas indispensable.» Diane

«Je donne des ateliers de scrapbooking avec une associée. Au début, on se pliait aux demandes des clients et on faisait des ateliers à perte. Pour la première fois, j'ai pris la décision d'annuler une activité où il n'y avait pas assez d'inscriptions. À partir de maintenant, je vais être plus ferme et... on fera peut-être plus d'argent!» Marie-France

«Une amie voulait que je garde ses enfants à coucher, alors que j'avais une activité familiale prévue pour le lendemain. J'ai réussi à dire: "Désolée, mais j'ai déjà quelque chose au programme." J'ai aussi commencé à dire non au bureau, et on me considère davantage. On tente moins de me refiler les dossiers qui n'intéressent personne.» Karine

2. Amorcer un rapprochement

C'est toujours lui qui entame les ébats amoureux? On a le béguin pour quelqu'un? On prend les choses en main!

Verdict

«J'ai proposé à mon conjoint d'aller au sex-shop. Il fallait voir la surprise sur son visage! Si je réussis à m'aimer davantage, à me sentir plus femme et sexy, cela aura un impact sur ma confiance en moi.» Marie-Andrée

«Un collègue a quitté son emploi et j'avais peur de perdre contact. Avant son départ, je lui ai donné mes coordonnées et, depuis, nous échangeons chaque jour via les réseaux sociaux.» Julie

3. Qui m'aime me suive!

On aimerait skier, mais notre conjoint et nos ados ne veulent pas? On y va seule ou avec ceux qui en ont envie!

Verdict

«Adolescente, je faisais du ski alpin et j'adorais ça! Pour des raisons financières, j'ai cessé à l'université. Je voulais reprendre depuis des années, mais je ne trouvais personne pour m'accompagner. J'ai décidé de cesser d'attendre les autres et j'ai acheté un équipement usagé.» Nathalie

 

Pour les expertes

Avec ces actions, on pousse l'exercice un peu plus loin pour encore plus de bien-être.

1. S'affirmer face à nos parents

Quand notre mère nous donne son opinion sur notre façon d'éduquer nos enfants, on ne se justifie plus. Et on prend des décisions sans consulter nos parents.

Verdict

«Quand j'ai acheté ma voiture, je savais que mon père ne serait pas d'accord avec mon choix. Il ne jure que par les voitures américaines et j'ai opté pour un modèle européen. Chez le concessionnaire, je l'entendais argumenter dans ma tête. J'ai choisi la voiture que je voulais et je ne le regrette pas.» Pascale

«Ma mère me dit que c'est terrible que je ne repasse pas les chemises de mes garçons. Au début, j'essayais de le faire. J'ai fini par lui dire que je détestais repasser et que je n'avais pas le temps ni l'énergie. Elle ne m'en a plus reparlé.» Anne

2. Abandonner une responsabilité ou un rôle

On complète cette phrase: «Dans la famille, c'est toujours moi qui...» Et on annonce nos couleurs: «Dorénavant, je ne m'occuperai plus de...»

Verdict

«J'ai organisé une petite fête pour mon anniversaire. Au début, je voulais inviter des membres de ma famille, mais comme nous sommes trois à fêter notre anniversaire en même temps, cela devenait compliqué. Finalement, je n'ai invité que des amies. J'ai pensé à moi, sans essayer de plaire à tout le monde.» Marie-Andrée

«J'attendais que mon chum fasse le ménage de lui-même. J'ai réussi à ne rien faire pendant cinq semaines! Il a fini par se décider parce que nous recevions à souper. Mieux vaut tard que jamais!» Caroline

3. Prendre la parole

Qu'il s'agisse d'une réunion de travail ou du comité social, on surmonte notre gêne et on donne notre point de vue.

Verdict

«Lors de la réunion des parents à l'école, je suis intervenue à quelques reprises, alors que d'habitude, je rumine ce que j'aimerais dire. J'étais fière d'avoir pu m'exprimer.» Émilie

«Les responsables d'un congrès auquel j'étais invitée m'ont demandé de faire une petite présentation. J'ai accepté. Après, j'ai regretté, mais je me suis dit qu'il fallait oser. S'affirmer, c'est aussi sortir de notre zone de confort.» Marie-France

4. Imposer une limite

On ne se laisse plus envahir par la belle-famille, les amies, les enfants ou le travail.

Verdict

«J'ai quitté mon emploi en disant à mon patron que ses insultes à mon endroit, c'était terminé! Tout le monde a droit à l'erreur. Il faut se faire respecter même quand on se trompe.» Josianne

«Je demande toujours à mon mari de me soutenir et j'aimerais m'affirmer seule. Je l'ai fait sur Facebook: une personne de ma famille m'a apostrophée sur une chose qui ne la regardait pas. Je lui ai dit poliment, mais fermement ce que j'en pensais. Elle n'est jamais revenue sur le sujet.» Marie-Andrée

Ce que nos lectrices ont retenu de l'expérience

«Une volonté plus forte de m'affirmer, de me faire plaisir et d'aller au bout de ce dont j'ai envie. Des petits pas feutrés qui ne veulent déranger personne, mais qui avancent.» Caroline

«Quand on s'oblige à vivre une expérience et à rendre des comptes, nos souliers sont un peu plus robustes. C'est ce que Coup de pouce m'a donné: des souliers magiques pour traverser des forêts enchantées. L'affirmation de soi, c'est un beau cadeau.» Françoise

«Je me suis séparée en début d'année, après 13 ans de mariage. Je suis maintenant chef de famille et propriétaire. Pendant des années, je me suis coulée dans un rôle de mère et de femme derrière l'homme. Je sors de l'ombre et je m'affirme.» Émilie

«Accepter un compliment est un premier pas qui peut nous mener plus loin qu'on ne le pense. Je poursuis mon défi!» Carmen

Envie d'essayer? Voici 7 autres idées pour tenter de nous affirmer.

1. Choisir le menu du souper sans consulter la famille

2. Éliminer un irritant On n'a jamais osé revendiquer le côté gauche du lit ou le fauteuil le plus confortable? On dit à notre chéri: «J'ai réfléchi et c'est mon tour de...»

3. Adresser une demande au patron Pour obtenir une journée de congé ou faire du télétravail, on le rencontre avec confiance et on présente nos points de manière objective.

4. Se présenter à une nouvelle personne Lors d'un 5 à 7 ou d'une réunion de parents, on n'attend plus d'être présentée. On se dirige vers notre interlocuteur, on le regarde dans les yeux et on tend la main: «Salut! Je suis Caroline, la maman d'Étienne. Et vous?»

5. Créer un coin pour nous dans la maison Chéri a son garage et les enfants, leur salle de jeu? On se réserve un endroit pour lire, bricoler, faire du yoga ou travailler à l'ordinateur.

6. Mettre un terme à une obligation sociale Chaque mois, la rencontre du club de lecture nous pèse? On annule une fois sur deux sans arriver à dire qu'on n'y trouve plus de plaisir? On arrête!

7. Fini, le temps supplémentaire! On en fait sans être rémunérée? On choisit de partir à la même heure chaque soir (sans traîner du travail chez nous) et on prend notre heure de lunch.


Retour au dossier Relever des défis

Commentaires

Partage X
Psychologie

Cette année, je m'affirme!

Se connecter

S'inscrire