Couple

La thérapie de couple: Pour qui? Pourquoi?

La thérapie de couple: Pour qui? Pourquoi?

Auteur : Coup de Pouce

Couple

La thérapie de couple: Pour qui? Pourquoi?

La thérapie de couple gagne en popularité pour surmonter les difficultés de la vie à deux. Mais pourquoi demander de l’aide? Lumière sur ce qui se passe dans le bureau du thérapeute.

Pourquoi suivre une thérapie de couple?

Quand la communication est rompue, que les disputes se multiplient, qu'on a l'impression de répéter les mêmes conflits, que nos efforts pour trouver un compromis restent vains, que l'ennui mine notre couple ou que l'on reproche à l'autre d'être la cause de notre souffrance, il est peut-être temps d'envisager une thérapie. «Les gens décident souvent de consulter lorsqu'ils croient que la séparation est imminente. C'est la dernière chance», souligne Tania Muzik, psychologue et sexologue clinicienne.

La psychologue et thérapeute conjugale et familiale, Louise Roberge, constate quant à elle que les couples font appel à un thérapeute à des étapes charnières de la vie: l'arrivée d'un premier bébé, le départ des enfants devenus adultes, l'arrivée à la retraite... Des passages qui nécessitent beaucoup d'adaptation de la part du couple. «Les gens consultent quand il y a une insatisfaction dans la relation, qu'ils ont l'impression qu'un fossé s'est creusé entre eux. Et rarement à cause de l'infidélité», précise la spécialiste.

Les principaux motifs de consultation? Le manque de communication, les disputes fréquentes, les relations conflictuelles avec la belle-famille, les difficultés financières ou les conflits à propos des enfants. Quant aux difficultés sexuelles, elles sont le plus souvent la conséquence de problèmes relationnels. Si ce n'est pas le cas, l'aide d'un sexologue pourrait être indiquée.

 À lire: On a échangé nos tâches pendant 2 semaines

 

Comment fonctionne la thérapie de couple?

En agissant comme médiateur, le thérapeute permet aux deux conjoints d'exprimer leurs points de vue, leurs attentes et leurs besoins par rapport à leur relation. Le but: aider les conjoints à cerner leurs problèmes et à rétablir le dialogue. «À la différence de la thérapie individuelle qui vise à transformer des aspects dans le fonctionnement de la personne, la thérapie conjugale se concentre sur la relation entre les deux conjoints, tout en permettant l'exploration des composantes individuelles qui ont créé à leur insu les impasses conjugales», explique Louise Roberge.

Néanmoins, il n'existe aucune recette miracle et les thérapeutes ont chacun leur façon de fonctionner. Dans une présentation à l'Association francophone pour le savoir (ACFAS), la psychologue Erika Salima Mamodhoussen, distingue quatre modèles d'intervention:

1. Approche systémique: tente de comprendre et de changer les règles d'interaction et de communication dans le couple et la famille.

2. Approche psychodynamique: cherche à aider les deux conjoints à mieux comprendre l'influence des expériences de leur enfance sur le choix de leur partenaire et de leurs conflits actuels.

3. Approche axée sur les émotions: vise le relâchement des réponses émotives et interactionnelles rigides ainsi que le développement d'un lien d'attachement sécurisant entre les conjoints.

4. Thérapie cognitive comportementale: se concentre sur les stratégies sociales inefficaces, en particulier en ce qui concerne la communication, l'expression de l'affection et de la sexualité, la résolution de problèmes et la gestion de la colère.

Quelle que soit l'approche du thérapeute, la première rencontre vise à dresser un portrait de la relation conjugale. Le thérapeute demande aux deux conjoints d'exprimer leurs insatisfactions par rapport à la relation - et non par rapport à l'autre -, leurs attentes, leurs besoins et les blessures d'enfance qui les font toujours souffrir. Il peut ainsi voir comment les conjoints se parlent, s'ils s'écoutent et s'ils se respectent. «Je leur sers de miroir. Je leur montre ce que je vois de leur relation», explique Tania Muzik. C'est la première étape d'un processus de collaboration où le couple se fixe un objectif commun. Au terme de cette évaluation, la majorité des thérapeutes vont donner leurs impressions de la situation et proposer une démarche thérapeutique se déroulant généralement au rythme d'une rencontre par semaine.

À lire: Partage des tâches : où en sommes-nous

Une thérapie de couple, ça dure combien de temps?

«Ça dépend du désir de changement des conjoints. Certains seront satisfaits si leurs chicanes deviennent moins fréquentes ou moins intenses alors que d'autres exigeront davantage», dit Louise Roberge. Plus les changements attendus sont profonds, plus longue sera la démarche. Une thérapie conjugale peut ainsi durer trois mois ou se poursuivre sur plus d'une année. «Les couples qui viennent consulter ont vraiment essayé de régler leurs problèmes et ils sont dans une impasse. C'est illusoire de penser qu'on peut tout dénouer en quelques entrevues. Si c'était simple, les conjoints auraient déjà réglé la situation», poursuit-elle.

Une thérapie de couple, est-ce que ça marche?

À partir du moment où les deux conjoints veulent se donner une chance de continuer ensemble, la moitié du travail est fait! En revanche, la thérapie a toutes les chances d'échouer quand le couple est allé trop loin dans la blessure réciproque ou quand un des deux conjoints a trop changé et qu'il désire une chose que l'autre ne peut lui donner. Comme le souligne Tania Muzik, le but n'est pas de sauver le couple à tout prix, mais d'aider les conjoints à comprendre les raisons de leurs difficultés. «Je n'ai pas de souvenir de couples qui n'ont pas récolté de bénéfices d'une thérapie», affirme Louise Roberge. Pour certains, ce mieux-être peut cependant vouloir dire de se séparer. Et comme l'indiquent les thérapeutes, certains couples vont même consulter un thérapeute dans le but avoué de se quitter sans trop de dommage.

Choisir un thérapeute

Le choix du thérapeute est important. Les deux conjoints doivent se sentir en confiance. Pour ce faire, il ne faut pas hésiter à «magasiner». Parmi les critères à prendre en considération? L'âge du thérapeute. «Pour un couple de 60 ans, consulter quelqu'un de 25 ans n'est peut-être pas l'idéal», illustre Tania Muzik. Le couple doit aussi décider s'il préfère consulter un homme ou une femme. La proximité géographique, le tarif, l'approche utilisée et l'appartenance à un ordre professionnel sont aussi à considérer. À noter: ce dernier critère peut influer sur le remboursement des consultations par nos assurances.

On peut trouver un thérapeute conjugal en consultant l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec. Il est aussi possible de consulter un psychologue offrant des services aux couples (Ordre des psychologues du Québec).

 

À LIRE: Quatre gestes pour prendre soin de son couple

Commentaires

Partage X
Couple

La thérapie de couple: Pour qui? Pourquoi?

Se connecter

S'inscrire