Argent et consommation

Devrait-on faire un testament biologique?

Devrait-on faire un testament biologique?

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Argent et consommation

Devrait-on faire un testament biologique?

Un testament nous permet d'indiquer à qui l'on souhaite transmettre et comment on veut disposer de nos biens à notre mort; mais pour dicter nos dernières volontés en matière de soins médicaux, on doit plutôt se tourner vers le testament biologique, également connu sous le nom de testament de vie, directives de fin de vie ou directives anticipées.

Le testament biologique est un document de référence pour nos proches et le personnel médical, dans l'éventualité où nous serions incapables d'exprimer nos volontés concernant les soins de derniers recours. Il permet de préciser ce que nous acceptons et refusons comme traitements médicaux, ainsi que nos intentions en matière de dons d'organes.

Quelle forme doit-il prendre?

Au Québec, le testament biologique n'a pas de forme imposée par la loi. Il peut tenir dans une simple lettre, datée et signée. Il n'est pas non plus nécessaire d'avoir recours à un notaire. L'Association québécoise pour le droit de mourir dans la dignité (AQDMD) recommande toutefois de le faire signer par deux témoins. Elle suggère également de le revoir aux cinq ans et d'en donner une copie à notre conjoint, à notre médecin traitant et à l'administration de l'hôpital, s'il y a lieu.

Nos volontés de fin de vie peuvent-elles être intégrées à notre testament? « Pas vraiment », répond la notaire Véronique Blain. « S'il fallait qu'on ouvre le testament de notre vivant, tout le monde saurait ce qui va se passer à notre mort. Par contre, notre testament biologique peut être intégré à notre mandat en cas d'inaptitude. On y ajoute alors des clauses concernant notre volonté à s'opposer à tout acharnement thérapeutique, comme les techniques de gavage, de réanimation ou encore le recours au respirateur pour être maintenu en vie », explique-t-elle.
 

Un testament à valeur morale

« Le testament biologique est un bon complément au mandat en cas d'inaptitude, mais sa valeur n'est que morale pour ceux qui le respectent », précise la notaire. « Le médecin et l'hôpital n'ont aucune obligation légale de respecter nos directives de fin de vie, surtout s'il n'est pas notarié et s'ils ne savent pas s'il s'agit du dernier en liste. »

Pour être notarié, le testament biologique doit être intégré au mandat en cas d'inaptitude, qui lui-même est inscrit à la Chambre des notaires du Québec. Rappelons que le mandat en cas d'inaptitude a une portée beaucoup plus grande que le testament biologique. Il peut englober l'administration de nos biens et la protection de notre personne, en désignant une personne qui exercerait nos droits civils. Le mandat notarié permet de bénéficier des conseils d'un professionnel pour clarifier nos demandes, en plus d'être reconnu comme étant authentique, facile à retracer et inaltérable.

Le testament biologique, qu'il soit ou non intégré au mandat en cas d'inaptitude, offre l'avantage de ne pas avoir à être homologué par la Cour. Comme l'homologation prend un certain temps, nos volontés risqueraient de ne pas pouvoir être respectées si notre santé se détériorait rapidement.


Ressources

 

À LIRE: Le mandat en cas d'inaptitude, un document précieux

Commentaires

Partage X
Argent et consommation

Devrait-on faire un testament biologique?

Se connecter

S'inscrire