Soins beauté

Spa: pour en profiter au maximum

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Soins beauté

Spa: pour en profiter au maximum

Les soins dans les spas sont en vogue, pour notre plus grand bien! Voici quelques conseils pour en profiter au maximum.

1. Un spa, c'est quoi?
Spa est le nom d'une très ancienne station thermale belge, mais aussi la contraction des mots latins sanitas per aquas, qui signifient: la santé par les eaux. Ce sont les Romains qui ont inventé la notion de spa avec les thermes, où on se détendait dans une eau chauffée grâce à un système d'aqueduc et un four en briques. Le mot désigne aujourd'hui un établissement dédié au bien-être et à la remise en forme, et, par extension, la baignoire à remous dans laquelle on se prélasse. Les spas doivent disposer d'une piscine et offrir des soins sous l'eau ou dans l'eau, même si on peut également y recevoir des soins esthétiques ou des massages.

2. Quelle est la différence entre un spa, un centre de santé, un relais-santé, un spa détente, etc.? Au Québec, il n'existe pas de réglementation pour l'utilisation du mot spa, pas plus que du mot santé. En théorie, il n'y a donc pas de différence entre ces appellations. La seule qui se distingue, c'est «Spas Relais Santé du Québec», réservée exclusivement aux membres de l'association du même nom.

3. Est-ce que tous les spas sont dans des auberges?
Non. Il y a des spas de jour (sans hébergement), de villégiature (dans un centre de villégiature ou une auberge) et de destination (comme le Spa Eastman, dans les Cantons-de-l'Est, le seul du genre au Québec), où on séjourne plusieurs jours pour suivre un programme de remise en forme plus poussé.

4. Comment choisir un bon spa?
L'appartenance à une association professionnelle est un bon gage de qualité. Par exemple, l'association Spas Relais Santé du Québec s'est donné des normes, un code d'éthique et un guide des contre-indications mis à jour régulièrement. Pour en faire partie, ses membres doivent répondre à plusieurs critères. Quelques exemples: le personnel doit avoir reçu une solide formation (un minimum de 1 000 heures pour les massothérapeutes); l'établissement doit employer une ou plusieurs réceptionnistes et offrir une salle de détente où relaxer entre deux soins et au moins cinq salles de soins. L'évaluation des membres se fait tous les deux ans de façon anonyme.Il existe d'autres regroupements dont les membres s'engagent à un haut niveau de qualité des soins et des services, dont Leading Spas of Canada, qui regroupe environ une centaine de spas haut de gamme au pays. Au Québec, il y a aussi la bannière Hôtellerie Champêtre, qui regroupe 19 auberges de charme avec spa (certains de ces établissements font aussi partie des Spas Relais Santé).

Que penser des spas qui ne sont membres d'aucun regroupement? Pour se faire une idée, on se fie au bouche-à-oreille, on interroge nos connaissances et on pose beaucoup de questions lorsqu'on appelle pour réserver et s'informer. Quelle formation ont reçue les thérapeutes? Dans un spa de villégiature ou de destination: combien d'activités sont comprises dans les tarifs (yoga, tai chi, ateliers divers)? Les pourboires et le service sont-ils inclus? En dehors des horaires de soins, peut-on se promener librement et faire des visites dans la région? Dans un spa de jour: une collation est-elle offerte? Peut-on prendre une douche sur place après les traitements? Des réponses claires montrent que l'établissement désire bien répondre à nos besoins. Le professionnalisme se repère en général dès le premier contact avec la standardiste.

Dans un bon spa...
on se sent écoutée. «Un bon thérapeute, c'est quelqu'un qui fait preuve d'empathie et qui écoute, dit Lynn Boisvert, de la firme Interspa Consultant, qui propose aux spas d'ici et d'ailleurs des services d'aide au développement, de marketing, de mise en marché et de formation. J'aime bien les thérapeutes qui demandent: "Qu'est-ce que vous aimez? Qu'est-ce qui vous dérange?" Ça prouve qu'ils sont à l'écoute.»

l'ambiance est sereine. «Dans un bon spa, on ne se sent pas pressée parce que d'autres clients attendent, dit Lynn Boisvert. L'accueil est courtois et chaleureux. L'ambiance est calme. Si on entend le personnel jacasser dans les couloirs, ça augure mal!»

les lieux sont d'une propreté impeccable. «Les salles doivent être impeccables (on ne devrait pas voir de serviettes traîner dans les coins), et le thérapeute est tenu de se laver les mains avant de commencer un soin, poursuit Lynn Boisvert. À l'eau chaude, parce que les mains froides sur la peau, on ne peut pas dire que ça détend!»je suis claustrophobe. On se fait décrire les soins avec précision et, au besoin, on demande que le thérapeute ou l'esthéticienne ne nous laisse pas seule dans la pièce. Mieux vaut éviter les bains fermés où l'on flotte en eau salée, les soins incluant un masque sur tout le visage et les saunas ou cabines de sudation, qui pourraient nous donner l'impression de suffoquer. Si on redoute le sentiment d'immobilisation pendant un enveloppement, on peut demander à garder nos bras libres par-dessus la couverture.

je suis pudique. L'idée de se retrouver nue devant une personne inconnue est en effet intimidante! Mais il faut savoir qu'on n'est jamais complètement découverte pendant un soin. Pendant un massage, seule la partie massée est dénudée. Lorsqu'on doit se tourner, le massothérapeute prend soin de lever les couvertures sans dénuder le corps brutalement. Si on le préfère, on peut garder notre petite culotte. Lors des enveloppements, où la nudité est nécessaire, les seins et les parties sexuelles sont recouverts d'une serviette (on peut aussi nous donner une culotte jetable). Dans tous les cas, on n'hésite pas à le dire si on est gênée: les thérapeutes sont habitués à ce genre de problème et peuvent trouver des façons de nous mettre à l'aise. En prenant le rendez-vous, on peut également demander que nos soins soient donnés par des femmes si cela nous rend plus à l'aise.

Conseils de pros
Exprimer nos goûts et nos besoins
Aller dans un spa, c'est entrer dans une bulle et mettre le quotidien entre parenthèses. On a le droit d'être exigeante, surtout pour un massage (le soin le plus donné). «Il ne faut pas être gênée d'expliquer qu'on aime moins telle chose, sinon on peut passer à côté des bienfaits d'un soin», dit Jocelyna Dubuc, propriétaire des deux Spas Eastman, dans les Cantons-de-l'Est et à Montréal. On aime les pressions appuyées ou, au contraire, douces? On le précise lors de la réservation pour être dirigée vers le thérapeute adéquat, puis on le rappelle à celui qui nous prodiguera le massage.

Tester différents soins Pour une première expérience au spa, Yves Savard, président de l'association Spas Relais Santé du Québec, conseille de choisir un forfait découverte avec deux ou trois soins (facial, bain thérapeutique, pédicure, pressothérapie, etc.) afin de se faire une idée des soins classiques. Ce forfait est offert dans la plupart des spas. Si on aime, on pourra ensuite choisir d'autres soins plus spécialisés (massage aux pierres chaudes, enveloppements, etc.).

Choisir un environnement qui nous convient Puisqu'on va au spa pour se détendre et sortir de notre quotidien, il est conseillé de porter une attention particulière à l'environnement dans lequel se trouve l'établissement qu'on choisit. «L'environnement fait partie du traitement, dit Yves Savard. C'est important de sentir une harmonie dans le lieu, une ambiance paisible, ressourçante.» On réfléchit à ce qui nous plairait: un spa urbain, dans la nature ou à la campagne? On visite ensuite les sites Internet des endroits qui nous tentent et on pose des questions au téléphone pour se faire une bonne idée du lieu. «Si on le peut, on demande à visiter le spa, même brièvement, avant de prendre rendez-vous», ajoute Lynn Boisvert. Et on consulte notre entourage pour savoir si quelqu'un est allé dans cet établissement: on lui demande son avis sur le lieu et les soins.
  • On arrive au moins 15 minutes avant notre rendez-vous pour avoir le temps de remplir le bilan de santé et de se préparer tranquillement.

  • En principe, peignoir, pantoufles et casier avec cadenas pour nos effets personnels sont fournis gratuitement dans les spas de jour ou de villégiature. Ce n'est pas le cas pour les spas où on paie un accès journalier (sauna, bains nordiques, etc.). On apporte notre maillot de bain pour les soins donnés en piscine et pour aller dans un spa nordique.

  • Le pourboire est à la discrétion du client. En général, des enveloppes sont à notre disposition à la réception. On y inscrit le nom de notre thérapeute et on y glisse le pourboire (environ 10 $ par acte).

  • Non, les algues et la boue ne sentent pas aussi fort que dans la nature! Quant aux bains thérapeutiques, ils sont à base d'huiles essentielles pures comme le pin ou l'eucalyptus. Pas de risque de sentir la marée!

  • Un petit verre vin ou de bière peut très bien accompagner un menu santé. Envie d'une cigarette? C'est permis à condition d'aller fumer dehors.

  • Menu santé ne veut pas nécessairement dire trois graines à picorer entre deux soins! La plupart des spas où l'on séjourne offrent trois choix de menus: traditionnel (plutôt gastronomique), végétarien et santé (moins de gras et de sucre, aliments riches en vitamines, etc.).Les établissements doivent nous informer des effets indésirables possibles de certains soins. Par exemple, à cause du choc thermique, les bains nordiques sont contre-indiqués si on a des problèmes cardiaques. On aura également à remplir un court bilan de santé à notre arrivée: un massothérapeute ne nous prodiguera pas le même massage si on est enceinte, si on a des varices ou si on a subi une opération au dos. Et si on est allergique à l'iode, on nous conseillera un bain à la tourbe ou à la boue plutôt qu'aux algues.

    Pour en savoir plus
    Spas Relais Santé du Québec
    Leading Spas of Canada
    Hôtellerie champêtre
  • Commentaires
    Partage X
    Soins beauté

    Spa: pour en profiter au maximum

    Se connecter

    S'inscrire