Soins beauté

Risquées, les injections contre les rides?

Risquées, les injections contre les rides?

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Soins beauté

Risquées, les injections contre les rides?

De plus en plus de femmes ont recours au Botox et à d'autres substances pour atténuer ou supprimer leurs rides. Ces méthodes sont-elles sans danger pour la santé? Et est-ce que ça marche vraiment? Le point sur la question.

Que ce soit pour adoucir l'expression du visage ou atténuer les rides, les injections de Botox ou d'autres substances semblent faire des miracles. En Amérique du Nord, plus de 500 000 personnes ont déjà utilisé le Botox. Plusieurs le préfèrent à la chirurgie esthétique. «Le face-lift est une opération d'une durée de deux à quatre heures et il implique un arrêt de travail de deux semaines. On a des bleus et des enflures», explique le Dr Gilles Frenette, chirurgien plasticien. En comparaison, le Botox et les autres injections apparaissent comme des solutions moins radicales et suscitent l'intérêt d'un nombre croissant de femmes. Reste que, comme pour toute intervention esthétique, il faut être bien informée avant d'y avoir recours. Voici ce qu'il faut savoir sur le sujet.



Comment fonctionne le Botox?
Le Botox, nom commercial de la toxine botulinique de type A, est une protéine créée en laboratoire à partir du Clostridium botulinum, une bactérie qui provoque une intoxication alimentaire très grave, souvent mortelle. Lorsqu'elle est administrée en quantité microscopique dans certains muscles, elle bloque l'influx nerveux envoyé par le cerveau jusqu'à ces tissus. Les muscles ne reçoivent plus le message qui leur indique de se contracter (ce qui forme à la longue les rides d'expression). On l'utilise surtout pour la partie supérieure du visage, car s'attaquer à la partie inférieure est délicat en raison de la complexité des mouvements faciaux.

Comment se fait un traitement au Botox?
On parle souvent du Botox comme d'un traitement «d'heure du lunch». C'est parce qu'il se pratique sans anesthésie et dure à peine 5 minutes. La piqûre, qu'on ressent comme celle d'un insecte, provoque peu ou pas d'effets secondaires. «Après la première et la deuxième séance, on peut sentir une pression autour de la tête, comme si on avait porté une casquette trop serrée pendant une journée ou deux», dit le Dr Alain Dansereau. On peut aussi se retrouver avec une ecchymose. Selon le Dr Guy Sylvestre, dermatologue spécialisé en esthétique, cela n'arrive que dans 1 cas sur 1 000. «Cela se produit particulièrement autour de l'oeil, où il y a beaucoup de vaisseaux sanguins», précise-t-il.

Quels sont les risques pour la santé?
On ne risque pas d'être intoxiquée par le Botox. Il agit et se décompose rapidement dans le muscle où il a été injecté. Utilisé à des fins esthétiques, il n'a jusqu'à présent provoqué «aucune complication systémique sur la santé générale et ce, sur un suivi de 10 ans», souligne le Dr Dansereau.

Combien ça coûte?

Entre 350$ et 500$ pour un traitement. L'effet étant temporaire, il faudra recommencer régulièrement si on souhaite le préserver.

Combien de temps l'effet dure-t-il?

Environ quatre mois lorsqu'il est injecté pour la première fois. Au fond, cet inconvénient a du bon puisque, si le produit est mal injecté et que notre paupière ou notre sourcil s'affaisse, notre visage retrouvera son aspect initial en quelques mois. Il faut également savoir que le produit ne commence à agir que trois à sept jours après l'injection et qu'il faut deux semaines avant qu'il soit pleinement efficace. Au fil des traitements, le Botox agit plus longtemps (jusqu'à six ou même huit mois) parce que le patient perd l'habitude d'utiliser ses muscles.Quelles sont les autres injections contre le vieillissement de la peau?
Le Botox n'est pas la solution à tous les problèmes de vieillissement de la peau. Avec l'âge, le derme (la couche interne de la peau qui supporte l'épiderme) subit une perte de collagène, d'acide hyaluronique (une sorte de gélatine dans laquelle baigne le collagène et qui sert de transport aux fluides) et de fibres élastiques, notamment en raison du vieillissement, de l'exposition au soleil et de l'expression du visage. Les sillons creusés dans la peau en témoignent.

Pour les atténuer, on utilise les injections de remplissage, qui comblent les rides qui forment des parenthèses de chaque côté de la bouche, les ridules autour des lèvres et les sillons profonds du front ou du contour des yeux. Ces substances, nommées fillers dans le jargon esthétique, sont à base de collagène ou d'acide hyaluronique. Présentes à l'état naturel dans le derme, elles donnent du volume et soutiennent l'épiderme.

Les substances à base d'acide hyaluronique (Hylaform, Restylane, Perlane et Juvéderm) sont pratiquement devenues la norme. D'abord parce qu'elles comportent peu de risques d'allergie (seulement 1 patient sur 1 000 y est allergique). «Si on a une réaction, il s'agit simplement d'une petite bosse à peine rouge», précise le Dr Wayne Carey, directeur du département de chirurgie dermatologique à l'hôpital Victoria, à Montréal. Autre avantage: leur action dure plus longtemps que celle du collagène (de six mois à deux ans).

On doit parfois appliquer une crème anesthésique de 30 à 60 minutes avant d'effectuer une injection d'acide hyaluronique. «Comme le produit est acide, cela chauffe un peu», explique le Dr Sylvestre. Il peut y avoir des réactions comme une sensibilité, un gonflement ou une ecchymose. Deux à cinq seringues (450$ chacune) peuvent être nécessaires pour un traitement, selon le Dr Carey.

Le collagène (Zyderm et Zyplast) n'est pratiquement plus utilisé au Canada. C'est que le produit, d'origine bovine humaine.

Les injections comblantes à effet prolongé (Artecoll et Dermalive) sont composées de microsphères d'hydrogel acrylique (la matière utilisée pour la fabrication des verres de contact) enrobées de collagène bovin ou d'acide hyaluronique. «Ces petites particules stimulent la production de collagène, explique la Dre Mathieu Serra. L'organisme produit du collagène pour entourer le corps étranger, pour mettre à l'écart cette particule.» L'implant de microsphères, qui coûte le double du prix de l'injection temporaire, est permanent (elles ne se désintègrent pas), mais la correction des rides dure entre 7 et 10 ans. On n'y échappe pas: comme la peau continue de s'user et de vieillir, une retouche peut être nécessaire. Le coût de ce traitement: entre 800$ et 850$ par seringue (de une à cinq seringues seront nécessaires, selon le nombre et la profondeur des rides).

Les injections comblantes à effet prolongé comportent peu de risques. Une petite rougeur et un oedème peuvent apparaître après l'injection. Ils disparaissent habituellement en quelques heures ou quelques jours. Selon le Dr Danserau, dans 1 cas sur 5 000, un granulome peut se former un an après l'implantation des microsphères. Il cause une inflammation, une enflure et une irritation dans l'implant.

Commentaires

Partage X
Soins beauté

Risquées, les injections contre les rides?

Se connecter

S'inscrire