Santé
9 oct. 2010

Préserver sa santé à 30 ans

Par Julie Leduc, Coup de pouce, octobre 2010

Auteur : Coup de Pouce

Santé
9 oct. 2010

Préserver sa santé à 30 ans

Par Julie Leduc, Coup de pouce, octobre 2010
Cet article fait aussi partie des dossiers :

On a entre 30 et 40 ans? On lit ce qui suit pour connaître les bons gestes à poser et les tests clés pour rester en santé.

Notre état de santé à 30 ans

Notre santé est bonne, avec peu de risques de contracter une maladie grave, à moins d'avoir des antécédents familiaux. Les possibilités de devenir enceinte sont bonnes à 30 ans. Depuis plusieurs années, l'âge moyen de la première maternité se situe à quelques mois de 30 ans, ce qui fait que plusieurs femmes porteront un ou des enfants principalement durant cette décennie.

Les trentenaires sont généralement très actives. La conciliation travail-famille bat son plein. «Les femmes de ce groupe d'âge ont tendance à s'oublier, observe la Dre Daoust. À la clinique, elles viennent pour leurs enfants, mais rarement pour elles-mêmes. Il y a des risques de surmenage, d'anxiété et de dépression. Elles doivent être attentives à des signes comme un manque de concentration, une perte d'intérêt pour ce qu'elles aimaient ou des commentaires de personnes de leur entourage qui disent qu'elles n'ont pas l'air bien.»

Même si l'époque des partys qui durent toute la nuit est terminée, c'est à 30 ans qu'on aurait tendance à intégrer l'alcool dans notre quotidien. Un petit verre de blanc en rentrant, un 5 à 7 avec les copines, un café arrosé: les occasions se multiplient sans qu'on y fasse trop attention. Des études ont montré que la consommation modérée d'alcool apporte une certaine protection contre les maladies cardiovasculaires, notamment parce qu'elle augmente le taux de bon cholestérol et diminue le risque de formation de caillots sanguins. «Mais consommer de l'alcool en trop grande quantité peut accroître les possibilités de développer certaines maladies, notamment le cancer, la cirrhose du foie et certains troubles psychologiques, dit la Dre Blais. Les femmes qui prennent plus de 14 verres d'alcool par semaine souffrent souvent d'insomnie, manquent d'énergie, observent une baisse de rendement au travail ou rencontrent des problèmes relationnels.»

Autre point à suvreiller: «Entre 30 et 35 ans, les femmes perdent de 0,5 % à 1 % de leur masse osseuse par année, poursuit la Dre Blais. C'est peu, mais il est important de s'en soucier pour maintenir notre densité osseuse.»

 

La santé à 30 ans: les bons gestes à poser

  • Manger sainement en suivant les recommandations du Guide alimentaire canadien. La Dre Blais suggère d'adopter le régime méditerranéen, riche en fruits, légumes, produits céréaliers, noix, légumineuses et poissons, avec peu de viande rouge.

  • Consommer quotidiennement 2 portions de lait ou de produits laitiers pour leur apport en calcium et en vitamine D.

  • Demeurer active en faisant au moins 30 minutes d'exercices par jour. Les bienfaits sont nombreux: on a plus d'énergie, c'est bon pour le moral, on se protège contre la perte de densité osseuse et on réduit nos risques de maladies cardiaques. Des études ont aussi montré que les femmes actives courent de 20 % à 30 % moins de risques de souffrir du cancer du sein que celles qui sont sédentaires.

  • Se garder du temps pour nous. «C'est très difficile, surtout avec de jeunes enfants, mais c'est bénéfique, notamment pour la santé mentale. On peut sortir marcher pendant 30 minutes, aller prendre un café avec une amie, faire une activité physique, etc.», explique la Dre Daoust.

  • Réduire ou limiter notre consommation d'alcool. «Ce qui est considéré non nocif pour la santé, c'est un seul verre d'alcool par jour avec un maximum de neuf verres par semaine pour les femmes», note la Dre Blais.

 

La santé à 30 ans: les tests clés

  • Examen gynécologique avec test Pap aux deux ans, ou annuellement si on a plusieurs partenaires.

  • Test pour déceler les maladies transmises sexuellement, s'il y a lieu.

  • Prise de la tension artérielle. «C'est une bonne idée de la faire évaluer annuellement à partir de 30 ans, soutient le Dr Honos. L'hypertension artérielle est le facteur de risque le plus impliqué dans les maladies cardiovasculaires et c'est un mal silencieux. Le seul moyen de la diagnostiquer, c'est la prise de la pression.»

  • D'autres tests selon nos antécédents familiaux. «Par exemple, si un de nos parents a un taux élevé de cholestérol, on effectuera une analyse sanguine annuelle pour vérifier notre taux. S'il y a des cas de cancer du sein précoce dans notre famille proche (mère, tante), on nous fera passer une mammographie annuellement», explique la Dre Blais.

 

Pour en savoir plus, on consulte le Guide des tests médicaux selon les âges.

Partage X
Santé

Préserver sa santé à 30 ans

Se connecter

S'inscrire