Santé

La chlamydiose, l'ITS la plus commune au Québec

La chlamydiose, l'ITS la plus commune au Québec

Istockphoto.com Photographe : Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Santé

La chlamydiose, l'ITS la plus commune au Québec

Sans doute la plus connue des ITS, l’infection à Chlamydia touche un nombre impressionnant de personnes, en particulier des jeunes. Comment la prévenir, la détecter et la traiter? On lit ce qui suit.

C'est quoi?

La chlamydiose est causée par une bactérie et représente l'ITS la plus fréquente au Québec: on dénombre quelque 15 000 nouveaux cas chaque année dans la province. Elle touche surtout les femmes de 15 à 24 ans et les hommes de 20 à 24 ans, selon l'Institut national de santé publique. De manière générale, l'infection à Chlamydia provoque une inflammation des organes génitaux et de ses annexes (dont certaines glandes).

Comment se transmet-elle?

La chlamydiose se contracte par contact génital avec une personne infectée. Elle peut aussi se transmettre de la mère à son bébé lors de l'accouchement.

Symptômes

Les personnes infectées sont souvent asymptomatiques. Lorsqu'ils sont présents, les symptômes peuvent consister, chez la femme, en une sensation de brûlure en urinant (dysurie), en des douleurs abdominales basses accompagnées parfois de fièvre et de frissons, en des douleurs lors des relations sexuelles (dyspareunie) et en des saignements vaginaux. Chez l'homme, on pourra observer un écoulement ou des picotements à l'urètre, de la dysurie ainsi que de la douleur et de l'enflure aux testicules. Une infection anale entraînera des douleurs rectales, des saignements et des écoulements muco-purulents.

Les nouveau-nés infectés par la mère lors de l'accouchement peuvent contracter une conjonctivite ou une pneumonie.

Complications

Une chlamydiose non traitée chez la femme peut entraîner une atteinte inflammatoire pelvienne, des abcès internes, des douleurs pelviennes persistantes et une cicatrisation des trompes de Fallope, ce qui peut causer l'infertilité et augmenter les risques d'une grossesse ectopique. Chez l'homme, l'infection peut occasionner une cicatrisation de l'urètre, ce qui rendra la miction difficile, et une inflammation de la prostate.

Dépistage

On détecte la maladie en isolant la bactérie qui en est responsable à l'aide d'une culture ou en confirmant la présence du microbe dans un échantillon vaginal ou urinaire. Chez la femme, il est important de procéder à un examen vaginal afin d'examiner le col de l'utérus et d'effectuer un prélèvement des sécrétions. On ne doit cependant pas se fier à la cytologie pour rechercher une infection à Chlamydia. Chez l'homme, un test d'urine remplace désormais le prélèvement douloureux par l'urètre.

Comment la traite-t-on?

Le traitement de la chlamydiose repose sur l'utilisation d'un antibiotique. L'azythromycine ou la doxycycline sont les produits de première ligne qu'on emploiera. L'érythromycine est souvent prescrite aux femmes enceintes et aux nourrissons qui souffrent d'une infection aux yeux ou d'une pneumonie causée par l'infection à Chlamydia.

Références

  • Guide des maladies, Servicevie.com
  • Portrait des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) au Québec - Année 2010 (et projection 2011), ministère de la Santé et des Services sociaux.
  • Les infections transmissibles sexuellement et par le sang: l'épidémie silencieuse, Quatrième rapport national sur l'état de santé de la population du Québec, ministère de la Santé et des Services sociaux et Institut national de santé publique du Québec.

 

À LIRE: La trichomonase, une infection à ne pas prendre à la légère

 

Commentaires

Partage X
Santé

La chlamydiose, l'ITS la plus commune au Québec

Se connecter

S'inscrire