Santé

Fracture du poignet: du diagnostic au traitement

Fracture du poignet: du diagnostic au traitement

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Santé

Fracture du poignet: du diagnostic au traitement

Chute, accident, imprévu…une fracture du poignet est vite arrivée si on ne fait pas attention. Voici comment soigner la fracture, qu'elle soit simple, comminutive ou déplacée.

Deux os de l'avant-bras se rejoignent au poignet: côté pouce, il y a le radius, qui est le plus gros; côté petit doigt, il y a le plus petit, appelé cubitus. Ce sont les deux os impliqués dans une fracture du poignet. Au-delà de ces deux os, à l'articulation du poignet, commencent les os de la main.

Une fracture du poignet est donc une fracture de l'extrémité inférieure du radius ou du cubitus. Elle s'accompagne généralement d'une douleur et d'un gonflement et il devient très difficile de bouger les doigts et l'avant-bras. Quand il y a une douleur vive, ou une douleur tolérable mais qui persiste, une radiographie s'impose.

De l'enfant à l'adulte
Avant la fin de la croissance de l'adolescent, les os sont en constante évolution et plus fragiles à leurs extrémités où se trouvent les plaques de croissance: c'est dans ces plaques que le tissu osseux se multiplie et que l'os grandit. Pendant l'enfance, l'os est entouré d'une membrane vivante, appelée périoste, qui le nourrit et qui l'aide à grandir et à grossir. C'est une membrane épaisse qui empêche les gros déplacements de l'os et qui limite le gonflement et la douleur dans les cas de fractures.

Soyez donc vigilant et attentif si un enfant qui est tombé sur son poignet se plaint de douleur et cesse de se servir de sa main: chez le jeune enfant, c'est souvent le signe d'une petite fracture.

L'adolescent s'exprime un peu plus, mais il ne dit pas tout. Quand il se blesse au poignet, on pense souvent, à tort, qu'il s'agit d'une entorse: il continue à se servir de sa main, ça lui fait mal, mais il n'y a pas de gonflement, alors on ne s'inquiète pas.

Évidemment, une déformation du poignet est plus alarmante et incite davantage à consulter. Pas besoin d'aller à l'hôpital mais, encore une fois, il faut trouver un médecin qui ait accès à un service de radiologie, autrement vous perdez votre temps, quoi qu'en dise Info-Santé...

La fracture du poignet chez l'adulte est habituellement plus douloureuse, plus handicapante, et le poignet est plus gonflé. Avec l'âge, l'os s'appauvrit ou devient ostéoporotique et il se brise plus facilement: c'est ce qui arrive fréquemment chez les femmes qui ont passé la soixantaine. Les chanceux (!) auront une fracture simple, les autres une fracture déplacée.Fracture du poignet: poser un diagnostic
Une radiographie simple permettra au médecin de poser le diagnostic et de planifier le traitement:

1. La fracture peut être simple, ce qui veut tout dire!
2. La fracture peut être comminutive, c'est-à-dire que l'os est brisé en plusieurs morceaux.
3. La fracture peut être déplacée ou non déplacée.

Dans le jargon du médecin, on entendra parfois des termes comme «Torus», qui qualifie une fracture avec un tassement de petites cellules osseuses; «bois vert», qui correspond, dans un terme moins médical, à une éclisse et nous rappelle un bout de bois vert que l'on a plié et qui s'est cassé.

Pour les jeunes comme pour les plus vieux, le principe est le même: il faut réaligner l'os le plus possible dans son axe pour permettre une guérison qui rétablira la fonction. La principale différence entre les soins à donner aux uns et aux autres, c'est que les jeunes guérissent plus vite.

La fracture non déplacée
Ainsi, chez les jeunes patients, le poignet sera immobilisé dans un plâtre pendant deux à trois semaines, mais pour les plus âgés, il le sera facilement 5 à 6 semaines. On suggère toujours de bouger le coude et les doigts pour diminuer l'ankylose.

Après le plâtre, on fera occasionnellement une radiographie de contrôle, au choix du médecin ou du chirurgien. Des petits exercices doux et simples des doigts et du poignet seront suffisants pour bien récupérer et permettre une utilisation normale du poignet, en quelques jours chez les petits et en 2 à 6 semaines chez les plus vieux. Avec ce type de fracture, la physiothérapie n'est presque jamais nécessaire.

La fracture déplacée
C'est ici que ça se complique! On peut tolérer un léger déplacement et traiter une fracture déplacée comme une fracture non déplacée si on juge que la fonction sera normale par la suite. Par ailleurs, si le médecin ou le chirurgien juge que la fracture est trop déplacée, il faudra faire une réduction de la fracture, c'est-à-dire réaligner l'os dans son axe. La réduction sera fermée ou ouverte.

Réaligner l'os du poignet dans son axe
La réduction fermée

La réduction fermée se fera en clinique d'urgence d'orthopédie. La zone fracturée est anesthésiée pour permettre au médecin, habituellement l'orthopédiste mais quelquefois le médecin de l'urgence, de replacer l'os en tirant doucement dessus (traction sans déplacement) avec ses mains. Une fois l'os remis en place, on plâtre et on fait une radiographie de contrôle à travers le plâtre.

Si tout est O.K., on fera une autre radiographie une à deux semaines plus tard pour être certain que rien n'a bougé; la guérison suivra son cours comme pour une fracture non déplacée.

Si, après la réduction fermée, la radiographie n'est pas satisfaisante, on peut recommencer le même traitement ou encore décider d'aller en salle d'opération pour replacer l'os à l'aide d'appareils de radiologie: on pourra alors voir en mouvement continu la position de l'os qu'on replace. Le traitement en salle d'opération prend plus de temps, et dans certains milieux il faut parfois attendre un ou deux jours pour qu'une salle soit disponible.

La réduction ouverte
Quand le chirurgien est d'avis que rien ne permettra de replacer le ou les morceaux d'os de façon manuelle, il devra ouvrir la peau et opérer. Les options chirurgicales sont multiples et adaptées à la fracture, chacune ayant sa personnalité.

On pourra décider de fixer l'os avec des broches ou tiges d'acier qui seront enlevées en clinique externe six semaines plus tard, en tirant simplement dessus. On pourra aussi choisir d'installer un fixateur externe, véritable mécano fait de tiges d'acier et de carbone qui enserre le bras. Enfin, le chirurgien pourra opter pour une fixation à l'aide d'une plaque et de vis.

Mis à part les fractures qui nécessitent le mécano externe, les poignets opérés seront ensuite plâtrés pour 2 à 6 semaines: il est extrêmement important que le patient bouge souvent le coude et les doigts pour diminuer l'ankylose.

Plus tard, quand on retire les tiges ou le mécano, j'enseigne pour ma part à mes patients quelques petits exercices de base et je les revois deux semaines plus tard pour vérifier s'il y a un enraidissement. À ce moment, si tel est le cas, la physiothérapie sera le traitement de choix.

Pourquoi ne pas commencer la physiothérapie immédiatement après le retrait des appareils de contention? Quand on enlève le plâtre ou les tiges d'acier, il est normal d'avoir une douleur assez importante pendant quelques jours et la physiothérapie serait sans effet. Au lieu de payer 40$ pour une séance de physiothérapie prématurée, on peut mettre un sac de glace sur le poignet pendant ces quelques jours.

Éviter l'inévitable?
On ne peut éviter l'inévitable. On peut cependant suggérer les protecteurs de poignet pour le patin à roues alignées, optimaliser la santé osseuse en diminuant les risques d'ostéoporose suggérer aux personnes âgées de rester à domicile les jours de glace et de verglas et éliminer les dangers qui encombrent leurs demeures comme les tapis qui glissent, les fils qui traînent, etc. Un accident demeure un accident, c'est-à-dire un imprévu, et malgré tout, il faut rester actif, il faut sortir et il faut faire du sport.

Le saviez-vous?
La fracture simple chez un sujet jeune permet un rétablissement rapide de la fonction. Mais chez un patient plus âgé (en orthopédie, la vieillesse commence à 20 ans!), plus la fracture est grave, plus il y aura un risque de séquelles. Elles prendront entre autres la forme de déformation résiduelle, raideurs du poignet ou des doigts et douleur avec diminution de force. Il faut savoir que malgré un traitement parfait, des séquelles sont prévisibles pour certaines fractures. Encore une fois, chaque fracture a sa personnalité.

Commentaires

Partage X
Santé

Fracture du poignet: du diagnostic au traitement

Se connecter

S'inscrire