Santé

Ce qu'il faut savoir sur l'hormonothérapie

Ce qu'il faut savoir sur l'hormonothérapie

  Photographe : Getty Images

Santé

Ce qu'il faut savoir sur l'hormonothérapie

Des femmes hésitent encore à recourir aux hormones de substitution. Pourtant, nos connaissances scientifiques sur le sujet ont évolué. Les hormones sont-elles nos amies?

En 2002, les conclusions d’une étude démontrent que l’hormonothérapie peut donner le cancer. Les prescriptions d’hormones connaissent alors une perte de popularité. «Les conclusions ont été formulées par des gens qui n’avaient peut-être pas la formation nécessaire pour bien analyser», avance prudemment Dre Marie-Andrée Champagne, spécialiste des hormones et auteure du livre Le bonheur est-il hormonal? Qu’on se le dise: les hormones c’est bon pour la santé. Ces conclusions ont, depuis, été réfutées par d’autres études, mais la peur demeure.

Y A-T-IL DES RISQUES?

«Le risque pour la santé est nul si les femmes prennent la plus petite dose efficace d’hormones, pendant moins de 5 ans et qu’une évaluation rigoureuse de leur santé est effectuée chaque année», déclare l’oncologue et gynécologue Réjean Savoie, aussi coauteur du livre La ménopause au jour le jour. Découvrez comment alléger vos symptômes.

«Arrêtez de paniquer! C’est bon les hormones», ajoute Dre Champagne. S’il reste des risques associés à l’hormonothérapie, ils découlent surtout de la santé de la patiente. Selon elle, il est maintenant admis qu’on peut prendre des hormones sans danger sur une période de 10 ans.

Selon Dre Champagne, la fenêtre optimale pour commencer l’hormonothérapie serait de 3 à 5 ans après la ménopause. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire en période de périménopause. Choisir le bon produit n’est pas une mince tâche: «Il faut être honnête avec son médecin et bien décrire ce qui nous dérange, car chaque produit a ses particularités», révèle Dre Champagne. 

 

LES HORMONES, À QUOI ÇA SERT?

Les hormones participent au bon fonctionnement du corps humain. Les hormones sexuelles, plus précisément, facilitent le sommeil, diminuent les douleurs articulaires, améliorent l’humeur, protègent le plancher pelvien et augmentent la mémoire en période de périménopause.

L’hormonothérapie remplace les hormones dont le corps diminue la production à partir de la quarantaine. Elle vise à enrayer les symptômes désagréables de la ménopause: bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, humeur exécrable, insomnie, envie de divorcer un jour sur deux...

Environ 20 % des femmes traverseront cette période avec peu d’inconfort. Adopter un mode de vie sain (manger santé, faire de l’activité physique, vivre sans tabac et surveiller son poids) suffira dans bien des cas à améliorer la situation.

Mais une grande majorité de femmes ressentiront des symptômes qualifiés de modérés à sévères, qui affecteront leur qualité de vie malgré leur mode de vie sain. C’est à ce groupe qu’on destine l’hormonothérapie. Selon le Dr Savoie, «85 à 95 % des femmes voient leurs symptômes atténués ou enrayés grâce à l’hormonothérapie.» Même la Société des gynécologues et obstétriciens du Canada reconnaît que ce traitement est le plus efficace de tous. «Ce n’est pas un contrat à vie. Essayez et voyez si vous en retirez des bénéfices. Vous pourrez arrêter à tout moment», lance la Dre Champagne.

 

LES CONTRE-INDICATIONS

Les femmes qui ont un cancer du sein, un endomètre ou un utérus actif ne sont pas de bonnes candidates à l’hormonothérapie. Celles qui ont un historique de phlébite ou des antécédents cérébro-vasculaires non plus. Quant à celles qui ont surmonté un cancer, on hésitera probablement à leur proposer des hormones de remplacement.

 

SAVIEZ-VOUS QUE...

  • ... l’hormonothérapie peut aussi être envisagée pour un homme. Le syndrome de déficit en testostérone présente les mêmes symptômes que la ménopause.
  • ... la période trouble précédant la ménopause se nomme périménopause. Les règles deviennent irrégulières et sont plus abondantes ou légères. Les bouffées de chaleur et autres symptômes vasomoteurs apparaissent aussi durant celle-ci.
  • ... vous devriez tenir un journal de bord. Les notes prises sur la nature et l’intensité des symptômes, ainsi que sur les cycles menstruels seront utiles lors des rencontres avec votre médecin

 

Commentaires

Partage X
Santé

Ce qu'il faut savoir sur l'hormonothérapie

Se connecter

S'inscrire