Nutrition

Les boissons énergisantes sont-elles santé?

iStockphoto Photographe : iStockphoto Auteur : Coup de Pouce

Nutrition

Les boissons énergisantes sont-elles santé?

Les boissons énergisantes sont-elles santé? Faute de booster votre quotient, les «smart drinks» peuvent-ils vous donner un regain d'énergie sans ruiner votre santé?

Que penser des smart drinks, ou boissons énergisantes, qui se multiplient sur les tablettes? Ces boissons sont-elles dangereuses pour la santé?

Les smart drinks regroupent trois types de produits: les boissons pour sportifs, les boissons énergisantes et les boissons gazeuses contenant des ingrédients chinois ou des plantes médicinales.

Boissons sucrées pour «vrais» sportifs

Elles sont de couleur fluo et vendues dans un contenant pratique, facilement refermable, duquel on peut boire directement. Les boissons pour sportifs de type Gatorade ou Powerade contiennent de l'eau, des glucides (glucose, fructose, saccharose) et des sels minéraux ou électrolytes (sodium, chlorure, potassium, magnésium). Les glucides fournissent l'énergie indispensable au bon fonctionnement des muscles et les électrolytes servent à remplacer les minéraux perdus avec la transpiration.

Si vous faites de l'exercice pendant moins d'une heure, dans des conditions climatiques normales, l'eau vous suffira amplement. Assurez-vous d'en boire de 125 à 250 ml (1/2 à 1 tasse) toutes les 15 à 20 minutes. Sachez que la diète nord-américaine fournit généralement tous les glucides et les électrolytes dont l'organisme a besoin pour une activité modérée. Si vous êtes un adepte des boissons pour sportifs et que votre principale activité est de promener le chien autour du pâté de maisons, demandez-vous ce que vous faites de tous ces sucres et sels minéraux superflus. Conclusion, un bon verre d'eau s'avère encore la meilleure boisson pour le sportif modéré.

Par contre, si vous vous adonnez à un effort soutenu pendant plus de 60 minutes ou si vous pratiquez une activité physique par temps chaud ou humide, vous pouvez consommer sans problème une boisson pour sportifs, durant et après l'exercice. Elle vous réhydratera et fournira de l'énergie à vos muscles. Il faut choisir une boisson contenant de 4 à 8 grammes de glucides par 100 ml, puisqu'une trop grande concentration de glucides peut causer des malaises gastriques et ralentir la livraison des glucides aux muscles.

Quant aux électrolytes, ils ne vous seront utiles que si votre séance d'exercice dure plus de trois heures. Autrement, une alimentation normale suffira à combler la perte. N'oubliez pas que les électrolytes provoquent une rétention de liquide et qu'ils donnent du goût à la boisson. Ce qui, ô effet pervers, vous incite à en boire encore et encore.

Pour économiser, vous pouvez préparer vous-même votre boisson énergétique. Il suffit de mélanger 500 ml (2 tasses) de jus d'orange, 500 ml (2 tasses) d'eau et 1 ml (1/4 c. à thé) de sel.

Boissons énergisantes: stimulation à court terme

Certaines boissons énergisantes cachent soigneusement leur robe sous des emballages métalliques à l'allure techno. D'autres se présentent sans grand panache, sous la forme d'une petite bouteille de sirop contre la toux, où flotte parfois une racine d'allure peu engageante. Toutes contiennent habituellement un mélange de guarana (caféine), de taurine (acide aminé), de glucides (dont le glucuronolactone), de vitamines et de plantes (comme le ginkgo biloba, le ginseng de Sibérie ou l'échinacée).

Certains de ces ingrédients (guarana, ginko et ginseng) procurent une stimulation mentale et physique de courte durée, alors que d'autres (glucoronolactone et taurine) auraient des propriétés «détoxifiantes» et antioxydantes (taurine).

C'est en Asie que l'on a d'abord concocté ces préparations aux vertus supposées dynamisantes. Vers la fin des années 80, un homme d'affaires autrichien, Dietrich Mateschitz, obtenait une licence d'exploitation pour un produit qu'il avait découvert en Thaïlande. En y ajoutant du soda carbonaté, de la caféine et de la taurine (un acide aminé), il créait la première boisson énergisante et se faisait connaître sur le circuit européen des épreuves de ski de fond. Le Red Bull était né.

Plusieurs marques de boissons énergisantes ont fait depuis leur apparition. Et, puisqu'elles contiennent caféine et vitamines, elles doivent être réglementées en tant que produits de santé naturels (PSN) et afficher un numéro de produit naturel (NPN). En juillet 2010, la plupart des boissons énergisantes en vente libre au Canada n'étaient pas approuvées. Seuls huit versions du Red Bull, six de Full Throttle et quatre autres produits avaient leur numéro.

Grâce à cette norme, la qualité et l'innocuité du produit sont évaluées et le fabricant indique, sur le contenant, les précautions à prendre quant à son utilisation. Sur certaines étiquettes, par exemple, vous pourrez lire que ce type de boisson est déconseillé aux enfants, aux femmes enceintes et aux personnes sensibles à la caféine.

Des boissons coup de fouet

D'abord utilisées dans les soirées rave, puis adoptées par les culturistes et les adeptes de sports extrêmes, les boissons énergisantes se sont démocratisées au point de remplir les frigos de tous les dépanneurs du coin. Elles provoquent l'engouement d'une clientèle sédentaire, souvent jeune, qui n'a qu'un désir: se donner un petit coup de fouet.

Même s'ils représentent le gros de la clientèle cible, les sportifs et les danseurs de boîte de nuit devraient éviter de consommer des boissons énergisantes. La caféine qu'elles contiennent déshydrate, alors que la grande quantité de sucres ne peut être digérée pendant l'effort physique, ce qui entraîne des malaises gastriques. Les boissons énergisantes font donc mauvais ménage avec le sport. Des études plus poussées sont encore nécessaires pour démontrer les effets secondaires des diverses composantes de ces boissons.

Pour le moment, l'expérience a montré qu'une consommation inappropriée d'une boisson énergisante - en trop grande quantité ou mélangée à de l'alcool - peut entraîner des nausées et des vomissements ainsi que l'irrégularité du rythme cardiaque. Santé Canada a pour sa part émis une mise en garde sur le mariage boisson énergisante et alcool, fort populaire dans les bars et les raves. La quantité maximale recommandée par Santé Canada est de 500 ml (2 tasses) ou deux canettes par jour.

Trop de caféine

Les médecins s'inquiètent de voir les jeunes consommer ces boissons énergisantes sans se soucier de leur forte teneur en caféine. Certaines boissons grand format en contiennent l'équivalent d'une dizaine de cannettes de cola. Une boisson contient en moyenne entre 80 mg et 140 mg de caféine, mais il existe des versions plus fortes. En comparaison, une tasse de café filtre contient environ 120 mg de caféine et une tasse de thé ou un cola une cinquantaine. Les médecins déplorent que les quantités ne soient pas clairement indiquées, alors que la caféine peut provoquer de l’insomnie, de l’anxiété, des tremblements musculaires et avoir des effets sur le rythme cardiaque.

Boissons exotiques: des quantités cachées

Certains emballages arborent des couleurs fluo à faire pâlir les orangeades. Ces boissons plutôt «exotiques» contiennent de l'eau, des glucides (souvent du sirop de maïs à haute teneur en fructose), des jus de fruits ou du thé vert et, selon l'effet souhaité, de l'échinacée, du ginkgo biloba, du ginseng, du millepertuis, du guarana ou du kava kava. Elles sont censées apporter vigueur et résistance. Cependant, et c'est aussi le cas pour les boissons énergisantes, on ne sait pas quelles quantités d'herbes ou de plantes contient ce type de boissons. Pas plus que l'on ne connaît leur effet lorsqu'on les mélange les unes aux autres.

À titre indicatif, voici les herbes et les plantes les plus utilisées et leurs effets potentiels:

  • Le guarana: il a des effets stimulants semblables à ceux de la caféine et améliore la vigilance à court terme. Il pourrait aussi entraîner des complications chez les femmes enceintes ou qui allaitent, et chez celles qui souffrent de troubles rénaux ou cardiaques ou encore d'hyperthyroïdie. Pris en trop grande quantité, ses effets négatifs sont les mêmes que ceux de la caféine: insomnie, agitation, palpitations cardiaques, etc. Il entre aussi en interaction avec plusieurs médicaments.
  • Le ginkgo biloba: il est utilisé pour augmenter la concentration et améliorer la mémoire à court terme. Il ralentirait la progression des démences et de la maladie d'Alzheimer. Puisqu'il rend le sang plus liquide, il pourrait entraîner des saignements, particulièrement s'il est combiné à de l'aspirine ou à des médicaments destinés à éclaircir le sang. Cette substance est contre-indiquée aux hémophiles, aux femmes enceintes et aux personnes devant subir une intervention chirurgicale.
  • Le ginseng: on lui prête plusieurs vertus. Il agit contre la fatigue, augmente la concentration et stimulerait le système immunitaire. Il est contre-indiqué chez les hypertendus et les diabétiques, mais autrement, ses effets indésirables sont rares. Il pourrait cependant réduire l'effet des médicaments anticoagulants et augmenter celui des composés ayant des propriétés stimulantes, ce qui peut causer insomnie, nervosité, etc.
  • L'échinacée: elle pourrait aider le système immunitaire à combattre les infections. C'est une herbe populaire pour le traitement des bronchites, du rhume, de la fièvre et des maux de gorge. Certaines personnes y sont allergiques. Elle peut entraîner des complications pendant la grossesse. Les effets indésirables sont toutefois rares.
  • Le kava kava: il réduit l'anxiété, la nervosité et l'insomnie. Il peut aussi exacerber des problèmes de foie déjà présents, et en entraîner, combiné à une consommation d'alcool récurrente. Il augmente l'effet de l'alcool, des barbituriques et des médicaments utilisés pour les troubles de l'humeur. À long terme, une consommation excessive peut aussi entraîner une dermatite.
  • Le millepertuis: il est réputé pour ses effets sur la dépression légère ou moyenne. Il peut aussi augmenter la sensibilité au soleil et ne devrait jamais être pris en même temps que des antidépresseurs de synthèse ou certains médicaments utilisés dans le traitement du VIH. 
Évitez les mélanges!

On serait porté à croire qu'avec toutes ces vitamines et ces herbes, les boissons énergisantes et les boissons à base d'herbes ne peuvent nous faire que du bien. Mais elles ont parfois des effets secondaires indésirables, surtout si on les mélange avec de l'alcool et des médicaments, ou si on souffre de diabète ou d'autres troubles de santé.

Les boissons énergisantes causent souvent plus de tort que de bien et leur consommation n'est pas recommandée. Si toutefois l'envie vous prend d'en consommer, lisez bien les étiquettes. Pensez-y: un jus, un café, un thé vert ou une bouteille d'eau restent très souvent les meilleures boissons à consommer.

Sources

Collection Protégez-vous. Guides pratiques des produits de santé naturels, Éditions Protégez-vous, 2006, 96 pages.

Raymond, D., Énergisantes ou inquiétantes?, Protégez-vous, mai 2007, pp. 24-27.

Santé Canada, Consommation sans risque de boissons énergisantes

Ledoux, M., Lacombe, N., St-Martin, G., Nutrition, sport et performance, Éditions Géo Plein Air, 2006.

Tremblay, M.-C., Smart drinks, Servicevie.com 2003.

 

 

Commentaires
Partage X
Nutrition

Les boissons énergisantes sont-elles santé?

Se connecter

S'inscrire