Guide des maladies

Ulcère d’estomac / Ulcère gastrique ou duodénal / Ulcère gastroduodénal / Ulcère gastrique / Ulcère duodénal

Ulcère d’estomac / Ulcère gastrique

Guide des maladies Auteur : Coup de Pouce Crédits : iStock

Guide des maladies

Ulcère d’estomac / Ulcère gastrique ou duodénal / Ulcère gastroduodénal / Ulcère gastrique / Ulcère duodénal

Lésion plus ou moins profonde avec perte de substance de la muqueuse de l’estomac ou du duodénum.

Les ulcères gastriques et duodénaux sont des lésions plus ou moins profondes de la muqueuse de l'estomac ou du duodénum. Les ulcères duodénaux sont beaucoup plus fréquents que les ulcères gastriques. L'inflammation locale entretient un déséquilibre entre la couche de mucus de la surface et les facteurs agressant la muqueuse: ces facteurs peuvent être l'hypersécrétion acide, certains médicaments et des agents infectieux.

Les ulcères peuvent survenir à tout âge, bien qu'ils soient plus fréquents chez l'adulte d'âge moyen. En grande majorité, les ulcères sont provoqués par une bactérie qui traverse la couche muqueuse de l'estomac, l'Helicobacter pylori (H. pylori), ou par l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), deux facteurs qui altèrent les fonctions de protection et de réparation de la muqueuse gastrique et duodénale. L'infection à H. pylori est plus fréquente dans les pays en développement où environ 65% des enfants sont infectés avant l'âge de 2 ans, comparativement aux pays industrialisés où seulement 10% des enfants le sont à l'âge de 10 ans.

On peut aussi développer un ulcère en réaction à un stress physique important, comme c'est le cas chez les grands brûlés ou chez des patients présentant une maladie chronique, comme la maladie de Crohn.

Le tabagisme constitue un facteur de risque pour le développement des ulcères et de leurs complications, tout en ralentissant leur guérison et en augmentant les possibilités de récidive.

Une contribution génétique est également envisagée dans certains cas puisque 50 à 60% des enfants présentant un ulcère duodénal ont une histoire familiale positive pour ce type de problème.

Les symptômes varient en fonction de l'âge du malade et de la localisation de l'ulcère. Par exemple, les personnes âgées ont généralement peu ou pas de symptômes. Mais, à l'inverse, un ulcère chez un nouveau-né peut se présenter d'emblée par une perforation de la paroi digestive ou par une hémorragie, et ce, sans douleur abdominale. Chez l'enfant d'âge préscolaire, les symptômes sont moins caractéristiques que chez l'adulte.

C'est l'ulcère duodénal qui donne les symptômes les plus typiques, bien que cela ne soit vérifiable que dans 50% des cas.

Une douleur abdominale localisée au niveau de l'épigastre (région située sous le sternum) sous forme de brûlement, de tiraillement ou de sensation de faim, soulagée par l'ingestion de nourriture ou encore d'anti-acides, est une caractéristique. La douleur apparaît généralement au milieu de l'avant-midi et récidive environ 2 à 3 heures après un repas. Quand ce type de douleur survient en pleine nuit, il s'agit fort probablement d'ulcère duodénal.

Comment se présente un ulcère gastrique?

Les symptômes d'un ulcère gastrique sont beaucoup moins constants. Certes, le patient éprouve des douleurs abdominales, mais celles-ci peuvent être accentuées par l'ingestion de nourriture. Pour leur part, les ulcères gastriques localisés au niveau du canal pylorique (à la sortie de l'estomac) peuvent plutôt donner des symptômes propres à une obstruction: ballonnement, nausées ou vomissements.

Le diagnostic repose principalement sur les informations cliniques: par exemple, lorsque les douleurs abdominales sont soulagées par l'ingestion de nourriture ou par l'utilisation d'anti-acides.

L'endoscopie haute, toutefois, confirme la présence des ulcères: un prélèvement (par biopsie ou brossage) révèlera ou non la présence d'H. pylori et éliminera le cas échéant la possibilité que les ulcères soient le fait d'un cancer gastrique.

Si l'état du patient ne nécessite pas d'endoscopie, la présence d'H. pylori peut aussi être confirmée par des tests moins invasifs (p. ex. recherche sérologique des anticorps du germe, recherche de l'antigène dans les selles, test à l'urée).

 

Quelles sont les complications possibles des ulcères?

L'hémorragie est de loin la complication la plus fréquente de l'ulcère et commandera une attention immédiate. Les perforations dans l'espace péritonéal (du péritoine) ou encore dans un autre organe comme le foie donnent un tableau d'abdomen aigu (douleur intense, rigidité abdominale, diminution des bruits intestinaux) et constituent une urgence chirurgicale. Elles seront confirmées par une radiographie de l'abdomen (présence d'air dans le péritoine) ou par un scanner. On peut aussi rencontrer des phénomènes d'obstruction.

De plus, les ulcères ont tendance à récidiver, surtout si l'on n'a pas réussi à éradiquer l'H. pylori, ou encore si le patient continue à consommer des AINS ou à fumer. Le risque de développer un cancer de l'estomac est multiplié par 3 à 6 chez les patients porteurs d'H. pylori.

Le traitement repose essentiellement sur l'éradication de l'H. pylori, responsable de 80% des cas d'ulcère. On vise également la diminution de l'acidité gastrique. Dans un tel cas, on doit recourir à une thérapie combinant plusieurs médicaments avec un ou plusieurs antibiotiques (tétracycline, claritrhomycine, amoxicilline, métronidazole), un inhibiteur de la sécrétion acide (lansoprazole, oméprazole, ranitidine) et un agent cytoprotecteur (subsalicylate de bismuth). En l'absence d'H. pylori, le traitement est similaire, à l'exclusion des antibiotiques.

Il est important aussi de stopper le tabagisme, de réduire la consommation d'alcool et d'éviter les aliments qui provoquent les symptômes.

La chirurgie est rarement nécessaire: elle est indiquée dans les cas de perforation, d'obstruction intestinale et de saignements incontrôlables ou récurrents. On procèdera alors à une vagotomie, qui consiste à sectionner le tronc des nerfs vagues en amont et en aval de l'¿sophage, afin de supprimer la stimulation nerveuse responsable de l'hyperactivité gastrique, ou à une ablation partielle de l'estomac dans sa partie ulcérée.  

Commentaires
Partage X
Guide des maladies

Ulcère d’estomac / Ulcère gastrique ou duodénal / Ulcère gastroduodénal / Ulcère gastrique / Ulcère duodénal

Se connecter

S'inscrire