Guide des maladies

Lymphogranulome vénérien / LGV

Lymphogranulome vénérien / LGV

Guide des maladies Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Guide des maladies

Lymphogranulome vénérien / LGV

Infection sexuellement transmise.

Le lymphogranulome vénérien (LGV), une infection transmise sexuellement (ITS) auparavant rare au Canada, vient de réapparaître. S'il n'est pas traité, le LGV peut entraîner des problèmes de santé douloureux, et dans de rares cas, la mutilation génitale et la mort.

Contexte

Jusqu'à tout récemment, le LGV était une infection rare au Canada. Avant 2004, le LGV était surtout présent dans les régions tropicales de l'Afrique, de l'Asie, de l'Amérique du Sud et des Caraïbes. Des cas récents ont été signalés aux États-Unis, au Canada, aux Pays-Bas et dans d'autres pays d'Europe. Depuis l'intensification des activités de surveillance au Canada, de un à cinq nouveaux cas sont dépistés chaque mois, surtout chez des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes.

Le LGV est causé par le même type de bactérie responsable de la chlamydia, une ITS plus commune. Toutefois, les infections causées par le LGV sont beaucoup plus invasives, entraînent des symptômes différents et ont des conséquences différentes si elles ne sont pas traitées.

Le LGV se transmet au cours de relations anales, vaginales ou orales non protégées. Il est donc recommandé d'utiliser des préservatifs ou d'autres méthodes de barrière pour éviter l'infection. Le LGV peut être détecté par le prélèvement d'échantillons dans la région touchée. Il pourrait être nécessaire de faire une analyse sanguine ou de plus amples tests, puisque d'autres ITS sont souvent contractées en même temps.

On peut traiter et guérir le LGV par une antibiothérapie de trois semaines. Si la personne infectée a eu des relations sexuelles dans les 60 jours précédents, ses partenaires devraient être informés de la situation, passer des tests et être traités au besoin.

Les symptômes du LGV apparaissent de 3 à 30 jours après l'infection. Une plaie ou une enflure indolore peut apparaître à l'endroit où les bactéries ont pénétré dans l'organisme : le vagin, le pénis, le rectum, le col de l'utérus ou la bouche. Comme cette lésion n'est pas douloureuse, qu'elle est souvent interne ou qu'elle peut se résorber sans traitement, il arrive que la personne infectée ignore son état.

Par la suite, des symptômes semblables à ceux de la grippe peuvent apparaître, par exemple :

  • légère fièvre;
  • frissons;
  • fatigue; et
  • douleurs musculaires et articulaires.

Il est possible que les noeuds lymphatiques enflent dans la région infectée : l'aine, la région anale ou le cou. Si l'infection a été transmise au cours de rapports sexuels anaux, la personne pourrait avoir des pertes sanguinolentes ou purulentes à l'anus ou être constipée.

Risques du LGV pour la santé

S'il n'est pas traité, le LGV peut laisser des cicatrices ou une déformation de la région génitale ou anale, selon le siège de l'infection. Cette déformation ne peut être corrigée par des médicaments et une chirurgie correctrice pourrait être nécessaire. Dans de rares cas, une infection qui n'est pas traitée peut entraîner une méningo-encéphalite (inflammation du cerveau et des tissus de la moelle épinière), et même la mort.

Les personnes infectées au LGV sont plus à risque de contracter le VIH, d'autres ITS et des infections à diffusion hématogène, comme l'hépatite C.

Numéros de téléphone des lignes secours des ITS

Vous trouverez des articles complémentaires dans le portail Votre santé et vous.
Vous pouvez aussi composer le 1-866-225-0709 ou le 1-800-267-1245 (sans frais) pour les malentendants.

Commentaires

Partage X
Guide des maladies

Lymphogranulome vénérien / LGV

Se connecter

S'inscrire