Guide des maladies

Asthme

Asthme

Guide des maladies Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Guide des maladies

Asthme

Trouble respiratoire multifactoriel caractérisé par une inflammation et une fermeture des bronches.

L'asthme est la plus importante maladie respiratoire au pays. Le nombre d'asthmatiques a triplé depuis 1980. Aujourd'hui, près de 3 millions de Canadiens en souffrent et au Québec, on estime à plus de 700 000 le nombre de personnes aux prises avec l'asthme, dont 300 000 enfants.

Chaque année, cette maladie occasionne plus de 760 000 visites chez le médecin, environ 100 000 visites à l'urgence, 56 000 jours d'hospitalisation, 325 000 journées de travail perdues, 4 000 appels pour des services ambulanciers et, malheureusement, près de 150 décès.

Qu'est-ce que l'asthme?

C'est une maladie respiratoire chronique caractérisée par l'inflammation et l'obstruction partielle réversible des bronches qui touche un grand nombre d'enfants et d'adultes. Les voies aériennes étant hypersensibles, réagissent en se contractant et s'obstruant lorsqu'elles sont irritées, ce qui rend la respiration difficile.

L'obstruction est causée par trois mécanismes :

  • inflammation de la paroi interne bronchique
  • contraction des fibres musculaires qui entourent les bronches (bronchoconstriction)
  • production d'un surplus de mucus (sécrétions épaisses) qui bloque les bronches

Les causes exactes de l'asthme ne sont pas bien connues, mais il semble qu'elles soient la conséquence d'une interaction complexe de plusieurs facteurs: génétiques (prédisposition familiale) et environnementaux.

Facteurs déclenchant des symptômes de l'asthme

Les facteurs irritants

  • les changements brusques de température (l'air froid et l'humidité)
  • la fumée du tabac (aussi facteur inflammatoire)
  • la poussière
  • les odeurs fortes
  • la pollution de l'air
  • les produits irritants au travail (asthme professionnel)
  • les rhumes et les infections respiratoires virales

Les facteurs irritants entraînent une contraction des voies aériennes (bronchoconstriction).

Les symptômes de la bronchoconstriction causés par les irritants sont habituellement immédiats, de courte durée et réversibles avec les médicaments de secours (bronchodilatateurs).

Les facteurs inflammatoires

Les allergènes :
  • les acariens
  • les allergies alimentaires
  • les animaux
  • les spores de moisissures
  • les pollens
  • la fumée du tabac
Les infections respiratoires :
  • Rhume
  • Grippe
  • Sinusite

Les symptômes causés par les facteurs inflammatoires apparaissent souvent plus tardivement. Ils peuvent provoquer ou augmenter les symptômes d'asthme pendant plusieurs semaines, voire même des mois et ne sont pas aussi facilement réversibles.

Autres facteurs :

  • le reflux gastro-¿sophagien (reflux d'acide de l'estomac)
  • l'intolérance à l'aspirine
  • les changements hormonaux (début des règles, durant la grossesse)
  • la rhinite allergique
  • les perturbations émotionnelles
  • l'exercice physique

Cette obstruction bronchique peut entraîner le ou les symptômes suivants :

  • essoufflement
  • oppression thoracique
  • respiration sifflante
  • toux

Une crise d'asthme sévère peut être une expérience terrifiante qui s'accompagne de sensations de suffocation, d'essoufflement et de perte de contrôle. L'asthme mal traité ou sous-estimé peut mettre la vie d'une personne en danger.

Le médecin prendra les mesures suivantes pour diagnostiquer l'asthme:

Antécédents médicaux détaillés. Votre médecin vous posera des questions précises sur les antécédents médicaux des membres de votre famille, sur vos problèmes de respiration et sur d'autres symptômes personnels.

Examen physique. Votre médecin écoutera vos poumons à l'aide d'un stéthoscope; il examinera vos voies nasales, etc.

Analyse spirométrique de votre respiration. La spirométrie est un test rapide et simple qui sert à mesurer le volume pulmonaire et les débits respiratoires. Ce test peut être effectué en milieu hospitalier ou en clinique. Le médecin vous demandera de souffler le plus fort et le plus longtemps possible dans un tube relié à un petit appareil qui affiche le nombre de litres d'air expiré et la rapidité d'expiration. Étant donné que la spirométrie demande une certaine coordination, ce test n'est pas effectué chez les enfants âgés de moins de 5 ans.

En plus, votre médecin peut demander les analyses suivantes:

  • Radiographie pulmonaire
  • Analyses en laboratoire d'échantillons sanguins et d'expectorations (mucosités)
  • Tests allergiques : votre médecin peut vous demander de consulter un allergologue qui effectuera des tests précis d'allergies, et qui vous interrogera sur vos symptômes et la date de leur apparition. Les allergologues utilisent habituellement un test de la piqûre épidermique. Ce test peut aider à déterminer les allergies qui aggravent vos symptômes d'asthme.
  • Test de provocation : ces tests, effectués en milieu hospitalier, aident le médecin à déterminer l'ampleur de la fibrillation de vos muscles pulmonaires ou de l'hyperréactivité de vos voies respiratoires.

Essais de médicaments contre l'asthme : votre médecin peut vous demander d'essayer des médicaments contre l'asthme; il pourra alors confirmer le diagnostic d'asthme, si ces médicaments éliminent vos symptômes.

Comment traiter l'asthme?

Jusqu'à aujourd'hui, il n'y a aucun traitement qui guérit l'asthme. Pour maîtriser les symptômes de la maladie, il existe entre autres les anti-inflammatoires qui sont destinés à réduire et prévenir l'inflammation des bronches et les bronchodilatateurs qui ont pour effet de soulager les symptômes occasionnels ou immédiats du resserrement des bronches.

Les spécialistes en asthme s'entendent pour dire que la meilleure thérapie est d'impliquer activement les individus dans leur traitement. En dépit du fait que les médicaments soient très efficaces pour traiter l'asthme, le succès du traitement repose en bonne partie sur la compréhension de la maladie et la réduction des principaux facteurs déclenchant l'asthme.

Plus de 60 % des personnes asthmatiques ont une maîtrise insuffisante de leur maladie impliquant donc des symptômes quotidiens, augmentation de médication, consultations à l'urgence avec hospitalisations fréquentes, absentéisme au travail et à l'école.

Une meilleure compréhension de la maladie et un traitement adéquat pourraient prévenir plus de 80 % des décès et réduire près de 50 % les visites à l'urgence et jusqu'à 80 % les séjours à l'hôpital.

Pour obtenir une qualité de vie optimale?

La personne souffrant d'asthme devrait pouvoir mener une vie normale avec le moins de symptômes possible. Pour y arriver, il faut :

  • obtenir un diagnostic précoce et précis;
  • reconnaître les symptômes de l'asthme et bien les comprendre;
  • contrôler son environnement et éviter les facteurs déclenchant l'asthme;
  • utiliser la médication de manière efficace pour prévenir la crise d'asthme;
  • avec son médecin, établir un plan d'action basé sur l'évolution des symptômes.

On considère que l'asthme est bien maîtrisé si l'on atteint les critères suivants :

  • présence de symptômes diurnes moins de 4 jours par semaine;
  • présence de symptômes nocturnes moins de 1 fois par semaine;
  • activité physique normale;
  • aucun absentéisme au travail ou à l'école dû à l'asthme;
  • le besoin de prendre le bronchodilatateur de secours moins de quatre doses par semaine (excluant une dose qu'on peut prendre en prévention, avant un effort physique ou avant l'exposition au froid);
  • la mesure du débit de pointe (volume d'air expiré en une seconde) doit être de 85 % à 90 % de la valeur normale et doit demeurer stable.

Commentaires

Partage X
Guide des maladies

Asthme

Se connecter

S'inscrire