Forme

Le vélo de montagne: pour la ville et la campagne

Le vélo de montagne: pour la ville et la campagne

� iStockphoto.com Photographe : � iStockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Forme

Le vélo de montagne: pour la ville et la campagne

Depuis vingt ans, les pistes cyclables se sont développées à un rythme important, en ville comme en campagne. Des sentiers ont même vu le jour en forêt et en montagne pour les utilisateurs de vélos de montagne. Très rapidement, les ventes de ces nouvelles machines ont surpassé celles des vélos de tourisme conventionnels. Le phénomène a eu l'effet d'une vague de fond. Les plus jeunes trouvaient enfin une suite logique à leur BMX d'enfant, alors que les plus téméraires des adultes voyaient poindre de nouveaux défis.

Mais pourquoi un tel engouement pour le vélo de montagne? Pour y répondre, regardons ce qui distingue le vélo de montagne du vélo de tourisme.

Dans un premier temps, le vélo de montagne, ou vélo tout terrain, est construit de façon beaucoup plus robuste. Son cadre est plus rigide, les fourches plus grosses et les pneus surdimensionnés par rapport à tout ce qui se faisait sur la route. Les freins sont également plus puissants. Le résultat donne aux cyclistes un vélo plus confortable, moins influencé par les trous et les bosses sur les pistes ou en ville. Et les moins «mécanos» des cyclistes sont enchantés par les crevaisons moins fréquentes que sur les vélos de tourisme.

À l'assaut de la campagne et des montagnes

Plus confiants sur ces nouvelles bécanes, les cyclistes ont découvert d'autres avenues d'exploration. Non seulement les kamikazes pouvaient s'éclater en montagne dans les sentiers escarpés, mais toute la famille pouvait aussi partir sur les petites routes de campagne en terre et passer des heures à explorer des régions inaccessibles auparavant en vélo de tourisme.

Les centres de plein air se sont rapidement adaptés en fournissant en location des vélos de montagne et des moniteurs guides pour amener les visiteurs explorer leurs territoires. De leur côté, les parcs et les réserves fauniques ont ouvert des secteurs de chemins de bois pour les adeptes.

Le vélo de montagne est devenu un outil de plus pour satisfaire notre besoin d'aller jouer dehors. Un outil que l'on retrouve de plus en plus en milieu urbain. Outre les messagers, qui sautent les chaînes de trottoir du centre-ville à la recherche du chemin le plus court entre deux clients, il y a les cyclistes qui en ont assez. Assez de passer leur temps à l'atelier de réparation avec leur vélo de route et assez des nids-de-poule.

Choisir son vélo de montagne

Comment s'y retrouver lors de l'achat d'un vélo de montagne? Au fond, ce n'est pas si compliqué. Il y a trois grandes catégories de vélos de montagne avec chacune ses caractéristiques pour répondre à des besoins assez précis.

Le vélo de montagne de base. Son cadre et sa fourche sont plus gros en général que sur le vélo de tourisme, mais sans suspension mobile. C'est la même chose pour les pneus qui ont une semelle plus agressive sur les côtés, tout en conservant une bande de roulement lisse, plus pratique sur les surfaces lisses et mouillées des rues et des pistes cyclables. Pour ce qui est des freins, leur qualité varie énormément en fonction du prix que l'on paie pour le vélo. Idéalement, ils devraient au moins être du modèle Canti-lever, qui vous offre plus de puissance que le modèle courant sur les vélos bas de gamme. Il aura au moins 21 vitesses, dont le changement se fait soit directement sur la poignée en la tournant dans un sens ou dans l'autre ou par des leviers attachés directement sur les guidons qui sont droits et larges en général.

Quelques détails dont il faut tenir compte:

Acheter un vélo avec des cale-pieds facilement réglables et, minimalement, avec le système de serrage et desserrage rapide pour la roue avant. Pour ce qui est de la selle, elle doit être ni trop large ni trop étroite. Cousinée en gel, elle offrira encore plus de confort.

Méfiez-vous des vélos bon marché, leur résistance n'est peut-être pas assurée. Demandez un vélo de base qui ne craint pas d'être malmené.

Le vélo de montagne avec une suspension à l'avant. C'est le modèle le plus populaire des dernières années auprès des détaillants. En général, tout son équipement est plus robuste que pour le vélo de base. En plus, la suspension avant permettant d'absorber une partie des chocs, il sera plus confortable autant en ville qu'en montagne. Comme l'offre est très variée sur le plan technique, au niveau des dérailleurs, des roues en alliage, des matériaux qui sont utilisés pour fabriquer les cadres, il est important d'aller consulter quelques boutiques spécialisées et de faire des comparaisons entre le prix demandé et l'équipement que l'on fournit en retour. Il est facile de se laisser impressionner par le jargon technique, mais il faut s'en tenir à ses besoins. Ça ne donne rien de posséder une Ferrari pour se promener en ville.

Le vélo à double suspension. C'est le vélo technique: tout est pensé en fonction de la performance, de la robustesse et du raffinement des équipements. Ce vélo étant développé à partir de la compétition, chaque manufacturier a sa théorie et ses innovations propres. Attention à la surenchère technique. En général, plus les équipements sont sophistiqués, plus ils nécessitent de réglages et d'entretien. Un petit cours en mécanique vélo serait peut-être une bonne idée pour les acheteurs de cette catégorie de vélo.

Quels pneus choisir?

Les boutiques spécialisées proposent parfois de choisir les pneus du vélo, ce qui peut-être  intéressant puisque leur rendement varie énormément selon le terrain. Autant la traction est importante lorsqu'on est en montagne, autant les profils agressifs des pneus de montagne sont glissants et instables sur l'asphalte de nos villes et des pistes cyclables. Si le vélo est utilisé sur des terrains aussi différents, la solution est d'acheter un autre ensemble de jantes et de pneus, que l'on remplace selon le besoin. Il existe également sur le marché des pneus hybrides. La bande de roulement est lisse et les côtés sont plus agressifs pour la traction sur terrain accidenté. Cependant, il faut savoir qu'hybride dit aussi performances moyennes dans les deux extrêmes.

Rouler en vélo de montagne

Le maniement d'un vélo de montagne varie légèrement de celui d'un vélo de tourisme. Quelques conseils utiles.

Pour monter une pente:
  • Si elle est douce, on reste assis ou debout en roulant. On conserve le poids à l'arrière du vélo pour maintenir la traction.
  • Si elle est raide, on est assis tout le temps pour obtenir une traction maximale. On tient le guidon fermement et on devra pencher le tronc vers l'avant pour éviter que la roue avant ne se soulève.
Pour descendre une pente:
  • Si elle est douce, on garde les bras tendus et on s'assoit sur l'arrière de la selle. On garde les pédales à l'horizontale. On utilise le frein arrière pour contrôler la vitesse à partir du début de la pente. C'est plus simple que de vouloir ralentir lorsque l'on a pris beaucoup de vitesse.
  • Si elle est raide, il faut parfois se placer complètement derrière la selle pour maintenir l'équilibre. Les pédales sont à l'horizontale, les pieds bien calés dans les cale-pieds. En position avec le poids à l'arrière, on risque moins de bloquer les freins et de déraper.
Les bénéfices du vélo de montagne
  • Augmentation de la capacité cardiovasculaire.
  • Augmentation de la force musculaire des jambes, si le vélo est pratiqué au moins 4 heures par semaine.
  • Amélioration des qualités d'équilibre à cause des grandes variations de terrain et de la nécessité de s'y adapter en roulant.
  • Excellent exercice préparatoire au ski, de la saison estivale à l'automne.
Sources
Magazine Vélo mag, Éditions Tricycle.
Le vélo tout terrain, Andy Bull, Éditions du Sport.
Le VTT, Hugh McManners, Éditions Libre Expression.

 

Commentaires

Partage X
Forme

Le vélo de montagne: pour la ville et la campagne

Se connecter

S'inscrire