Vie de famille

Maman à bout de nerfs: 7 trucs pour ne pas craquer

Maman à bout de nerfs: 7 trucs pour ne pas craquer

Auteur : Coup de Pouce

Vie de famille

Maman à bout de nerfs: 7 trucs pour ne pas craquer

Un enfant qui pleure et une maman à bout de nerfs peuvent créer une situation explosive. Voici quelques trucs pour ne pas craquer.

Un bébé dont les besoins sont plus importants que la moyenne est souvent appelé «enfant à besoins intenses»: plus de coliques, plus de pleurs, une plus grande sensibilité à ce qui l'entoure - par exemple, aux bruits, à notre façon de le prendre si on est anxieuse - bref, aux changements de toutes sortes.

Un tel bébé peut engendrer un stress important qui se répercute sur les autres enfants ou sur l'entourage sans qu'on le veuille. Une maman sans cesse à bout de nerfs risque le surmenage et peut même en venir à éviter la compagnie de cet enfant qui lui donne l'impression (fausse!) d'être une mauvaise mère. Avant d'en venir à ces extrêmes, il faut réagir.

On est vraiment à bout de nerfs?

1- On arrête tout et on prend une grande inspiration. On se rappelle que lorsqu'ils sont petits, les enfants ont peu de moyens de communiquer leurs besoins. Pleurer en fait partie.

2- On laisse l'enfant dans sa couchette, sans s'éloigner, le temps de se calmer un peu. On évite ainsi de le secouer pour le faire cesser de pleurer.

3- On demande de l'aide sans tarder. Une amie qui écoute bien ou qui peut venir à la maison prendre la relève, un membre de la famille, un organisme communautaire dans notre quartier ou le CLSC, on ose demander.
 

À lire aussi: Soins des bébés: 7 erreurs fréquentes

4- On dort suffisamment. De bonnes nuits sont essentielles, car un manque de sommeil peut entraîner impatience, irritabilité et pessimisme. Sensibles à ces états d'être, les enfants risquent aussi d'en souffrir.

5- On relaxe. On suit, par exemple, un cours de relaxation ou de yoga... On privilégie une activité qui nous calme et nous détend.

6- On se réserve du temps pour soi. Notre conjoint ne peut vraiment pas nous aider davantage? On a recours à une autre personne quelques après-midi ou quelques soirées par semaine. Du temps pour soi uniquement - pour une petite sieste?

7- On trouve du temps à deux, sans les enfants. Lorsque la vie familiale entraîne des tensions au sein du couple, il est important de trouver un peu de temps à deux. On va marcher, boire un café, bouquiner... Et une fois sur deux, on évite de parler des enfants ou des problématiques relatives à la vie de famille. Lorsqu'on décide de le faire, on choisit une journée où l'on se sent calme et plutôt positif.

Suggestions de lecture

Le plus heureux des tout-petits, Harvey Karp, éd. ADA, 2005, 379 p. 29,95$.

Le plus heureux des bébés, Harvey Karp, éd. ADA, 2003, 336 p. 24,95$. 

Brigitte LeBlanc est ergothérapeute et mère de trois enfants. Elle partage sa vie professionnelle entre ses jeunes patients aux prises avec des retards langagiers et ses activités journalistiques.

À lire: Pourquoi notre enfant est-il si agressif?

Commentaires
Partage X
Vie de famille

Maman à bout de nerfs: 7 trucs pour ne pas craquer

Se connecter

S'inscrire