Grossesse

Désir d’enfant : est-ce normal de douter?

Désir d’enfant : est-ce normal de douter?

iStock Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Grossesse

Désir d’enfant : est-ce normal de douter?

On pense avoir toujours voulu des enfants, mais plus le temps passe, plus le doute s’installe. Une psychologue décrypte pour nous ce sentiment d’incertitude.

Comment être sûre qu'on veut (ou non) des enfants? D'entrée de jeu, la psychologue Marie Hazan souligne la difficulté de répondre à cette question. «Chaque situation est particulière, c'est du cas par cas.»

Toutefois, elle assure que le doute est normal, même sain. «Devenir parent (ou non) est une décision très importante; il est normal d'être ambivalent à ce sujet. Au contraire, être complètement sûr de sa décision me paraît plus surprenant», dit-elle.

Ce questionnement est typique de notre époque où l'on a toujours le choix. En effet, grâce à la contraception, on peut maintenant déterminer quel sera le bon moment pour devenir mère, mais on peut aussi oser affirmer que l'on ne veut pas d'enfant. Cependant, cette liberté vient avec une certaine pression: celle de prendre la mauvaise décision.

De plus, faire un choix peut engendrer une certaine frustration. «Quand on choisit une chose, on renonce forcément à une autre. Dans ce cas-ci, il peut s'agir, d'un côté, de sa vie de célibataire, et de l'autre, de l'expérience d'être mère», analyse la psychologue. Il est donc normal de ressentir, dans un cas comme dans l'autre, une certaine insatisfaction.

Les questions à se poser

Sans nous fournir une réponse toute faite, Marie Hazan nous suggère de nous poser quelques questions afin d'encadrer notre réflexion.

Est-ce un désir partagé ou individuel?
Il est important de se demander si on a des valeurs communes avec son partenaire. «Il faut voir plus loin que la simple conception de l'enfant, explique Madame Hazan. On doit se demander quels sont les projets de la famille, et dans quelle mesure un enfant s'y inscrit. Le choix du partenaire est important: le couple pourrait ne pas tenir, mais on reste parents pour la vie. »

À lire aussi : Quand la cigogne ne passe pas

Est-ce bien mon choix ?
L'entourage peut également se faire très insistant - que l'on soit en couple ou non - quand on a passé la trentaine. Cette pression sociale peut être très lourde. Il faut essayer d'en faire abstraction pour se questionner sur nos motivations profondes.

Quel cadre de vie ai-je à offrir à un enfant?
Selon la psychologue, il est important de pouvoir lui offrir un cadre cohérent et stable, sans être normatif pour autant. Qu'on envisage d'avoir un enfant en couple ou seule, il faut s'assurer d'être bien entourée. Les premières années avec un enfant peuvent être très exigeantes.

On pensait vouloir des enfants, mais nous voilà en couple avec quelqu'un qui n'en veut pas? « Si on reste avec cette personne, c'est qu'on accepte de ne pas devenir mère, analyse la psychologue. Cependant, cela ne veut pas dire qu'on n'aura pas d'enfant avec quelqu'un d'autre, advenant que notre histoire ne fonctionne pas. »

«Il est important, à un moment donné, de lâcher prise, parce qu'en fait, on ne peut pas tout contrôler. Alors, vaut mieux laisser venir la décision...», conclut-elle.

Commentaires

Partage X
Grossesse

Désir d’enfant : est-ce normal de douter?

Se connecter

S'inscrire