6-12 ans

Un outil pour décoder les images qui bombardent les enfants

Un outil pour décoder les images qui bombardent les enfants

� Istockphoto.com Photographe : � Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

6-12 ans

Un outil pour décoder les images qui bombardent les enfants

La Régie du cinéma du Québec publie le guide Avec Mon enfant devant l’écran, pour aider les parents à mieux encadrer la consommation d’images des enfants de 8 à 12 ans.

Avec la publication de Mon enfant devant l'écran, la Régie du cinéma du Québec (RCQ) souhaite élargir sa mission: passer de l'information au dialogue. Le guide, au double volet éducatif et préventif sur les images en mouvement, s'adresse aux adultes, (parents ou personnes impliquées dans le système d'éducation), responsables d'encadrer des jeunes de 8 à 12 ans.

Dès l'âge de 8 ans, les enfants sont capables de comprendre certains messages transmis par les images diffusées sur Internet, au cinéma et à la télévision, mais ils n'ont pas toujours la maturité pour en comprendre le contenu. Pour que les jeunes apprennent et s'enrichissent à leur contact, les parents doivent intervenir en établissant une bonne communication avec eux.

Le guide fournit aux adultes des pistes de discussions pour échanger avec les enfants sur des images susceptibles de susciter des réactions ou des émotions fortes. La violence, la sexualité et la drogue sont notamment abordées. «L'idée était de remonter la chaîne de la jeunesse jusqu'au monde adulte, de sorte qu'on puisse guider nos enfants dans cet univers de bombardement d'images, et établir un dialogue avec eux, lequel fait probablement largement défaut», souligne le président de la Régie.


Quel type de spectateur est votre enfant?

Le guide permet d'identifier les différents types d'images en mouvement auxquelles sont confrontés les jeunes:

- inoffensives, qui ne comportent aucun élément susceptible d'affecter négativement l'enfant;

- tolérables, souvent empreintes de stéréotypes socialement douteux ou déformant la réalité, comme les émissions de «téléréalité», par exemple;

- nuisibles, qui sont psychologiquement et socialement troublantes, comme la violence, la sexualité, l'érotisme, l'horreur, les phénomènes de psychopathologie, les thématiques controversées (suicide, drogue, inceste, etc.).

Des exercices pratiques et des jeux-questionnaires aident ensuite à déterminer le type de spectateur qu'est l'enfant, en évaluant sa personnalité sur le plan des savoirs et des savoir-faire. Parmi les enfants qui aiment trop les images, le guide identifie trois catégories: ceux qui s'ennuient, les fureteurs et les amoureux des images. L'enfant peut ensuite calculer le temps qu'il consacre à la télé, aux jeux vidéo, aux films et à l'Internet, et y réfléchir.

Les parents trouveront également les ressources qui s'offrent à eux, comme les systèmes de contrôle parental, les catégories de classement de films que font les régies de cinéma québécoise, canadienne et américaine, ainsi que celles de classement des jeux vidéos.

Éducation aux médias

Le guide se base sur une étude de la perception et des habitudes télévisuelles, menée auprès de quelque 380 enfants, par deux professeures de l'Université Laval. Marguerite Lavallée, de l'École de psychologie, et Estelle Lebel, du Département d'information et de communication, ont découvert, entre autres, que les enfants qui regardent la télévision plus de trois heures par jour lient cette activité avec une certaine idée de l'apprentissage. Les deux auteures, qui ont aussi écrit la première partie du guide, estiment qu'il y a beaucoup de côtés positifs au fait de regarder la télévision, et que l'on pourrait l'utiliser pour améliorer les performances scolaires des enfants.

Le guide vise enfin à faire comprendre aux enfants que l'image «n'est pas la réalité» afin de les aider à développer un esprit critique face à ce qu'ils voient.

Guide mon enfant devant l'écran

Publié en français et en anglais, Mon enfant devant l'écran est disponible sur le site Internet de la Régie du cinéma ainsi qu'au bureau de l'organisme.


Quelques moyens d'intervention lorsqu'un enfant est confronté à des images nuisibles:

- utiliser un agenda hebdomadaire pour mieux planifier le temps consacré aux travaux scolaires et celui consacré aux loisirs;

- favoriser une diversité d'activités, incluant l'activité physique;

- jouer à identifier les mots qui exagèrent ou qui promettent autre chose que le produit dans les messages publicitaires;

- créer un environnement favorable à la communication et à la gestion des images en mouvement que l'enfant reçoit;

- valoriser les discussions sur les images en mouvement que l'enfant voit;

- offrir un appui à la compréhension des images, notamment grâce à des petits jeux, comme celui de «la cache», dans lequel un extrait d'émission - dont on a coupé le son - est montré à l'enfant. On lui demande ensuite d'imaginer de quoi il s'agit (d'une fiction, d'une émission informative, etc.).

Lire aussi:  Jeux vidéo: expérience réelle ou virtuelle?

Commentaires

Partage X
6-12 ans

Un outil pour décoder les images qui bombardent les enfants

Se connecter

S'inscrire