6-12 ans

Passer l’Halloween avec un enfant qui a des allergies alimentaires

Halloween et allergies alimentaires

Passer l’Halloween avec un enfant qui a des allergies alimentaires Photographe : Shutterstock Auteur : Amélie Cournoyer Source : Coupdepouce.com

6-12 ans

Passer l’Halloween avec un enfant qui a des allergies alimentaires

Les parents d’un enfant qui souffre d’une ou plusieurs allergies alimentaires peuvent envisager avec effroi la récolte de bonbons à l’Halloween. Mais, avec un peu de supervision et d’imagination, il y a moyen de célébrer cette fête en toute sécurité.

 

Il y a plus d’une dizaine d’années, Marie-Josée Bettez a dû réfléchir à de nouvelles façons de courir l’Halloween pour son fils, qui souffrait alors d’une vingtaine d’allergies alimentaires différentes (une trentaine ont finalement été diagnostiquées). «Je savais que Christophe ne pourrait jamais manger les friandises qu’il récolterait, se rappelle-t-elle. Mais je ne l’aurais jamais privé du plaisir de passer l’Halloween à cause de ses allergies. Ma devise est: Tu ne peux pas tout manger, mais tu peux tout faire

La première année, celle qui est également l’auteure du livre Déjouer les allergies alimentaires et la rédactrice en chef du site web dejouerlesallergies.com a préparé plusieurs sacs de surprises, qu’elle a donnés aux voisins en leur demandant de les remettre à son fils lorsqu’il les visiterait le soir de l’Halloween. Les années suivantes, elle a fait appel à la fée des bonbons, qui échangeait sa récolte de friandises contre un cadeau. «Puis, lorsqu’il a vieilli, nous nous sommes entendus sur la valeur de chaque friandise. Il était donc aussi motivé que ses amis à ramasser des bonbons, puisqu’il recevait une somme d’argent en échange», poursuit-elle.

Bref, passer l’Halloween avec un enfant qui souffre d’allergies alimentaires n’est pas sorcier, même si ça demande plus de supervision et d’imagination.

Ma citrouille turquoise

Aujourd’hui, les familles avec un enfant allergique peuvent également compter sur une nouvelle initiative, lancée en 2014 par l’association américaine Food Allergy Research & Education (FARE), afin de rendre leur Halloween plus sécuritaire. L’organisme Allergies Québec a d’ailleurs emboîté le pas cette année avec la campagne #MaCitrouilleTurquoise.

Pour participer, il suffit de décorer une citrouille turquoise ou d’installer l’affiche de la campagne, ce qui indique que l’on offre des gâteries non alimentaires, comme des figurines, des autocollants, des bâtons lumineux, des balles rebondissantes, des bagues, etc. On peut également inscrire sa résidence sur la carte interactive de FARE (les directives sont en anglais seulement) pour qu’elle soit plus facilement repérée par les enfants allergiques et leur famille. «Participer à la citrouille turquoise n’empêche pas d’offrir des bonbons aux enfants non allergiques, tient à spécifier Marie-Josée Bettez. À la maison, nous avons un panier de bonbons et un panier de surprises non comestibles, et nous laissons les enfants faire leur choix, sans leur demander s’ils ont des allergies ou non.»

Le soir de l’Halloween

Pour une récolte sécuritaire, on s’assure de:

  • Bien faire comprendre à l’enfant qu’il ne doit manger aucune friandise pendant la récolte.
  • Accompagner l’enfant jusqu’à la porte de chaque maison pour s’assurer qu’il ne mange pas de bonbon ou que sa collecte n’est pas contaminée (par une poignée d’arachides par exemple).
  • Toujours traîner sur soi ou sur l’enfant l’auto-injecteur d’épinéphrine.
  • Trier les bonbons dès le retour à la maison, en rejetant ceux qui ne sont pas emballés, qui n’ont pas de liste d’ingrédients sur l’emballage ou pour lesquels on a des doutes. On se rappelle que, pour un même produit, les ingrédients peuvent changer d’une année à l’autre ou d’un format à l’autre.

Pour éviter que l’enfant se sente pénalisé par son allergie pendant le tri des bonbons, on peut remplacer ceux que l’on met de côté par des bonbons que l’on a achetés soi-même et que l’on sait sécuritaires ou par des petits cadeaux. On peut également évoquer la fée des bonbons ou la gentille sorcière de l’Halloween, qui passera au cours de la nuit pour lui laisser un cadeau en échange de tous les bonbons qu’il lui donne.

Pour plus d’informations sur la campagne #MaCitrouilleTurquoise, pour télécharger l’affiche de la campagne ou pour connaître les détails du concours qui y est rattaché, on se rend sur le site d’Allergies Québec.

 

Commentaires

Partage X
6-12 ans

Passer l’Halloween avec un enfant qui a des allergies alimentaires

Se connecter

S'inscrire