6-12 ans

La sexualité de 6 à 9 ans

La sexualité de 6 à 9 ans

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

6-12 ans

La sexualité de 6 à 9 ans

Entre 6 et 9 ans, les enfants ont tendance à rejeter l’autre sexe et à devenir pudiques. La sexologue Jocelyne Robert nous explique ces aspects normaux du développement psychosexuel.

L'auteure et sexologue, Jocelyne Robert, réédite trois de ses livres à succès pour aider les enfants à vivre une sexualité plus saine et plus épanouie. Voici ses conseils pour bien réagir aux principales caractéristiques du développement psychosexuel des enfants de 6 à 9 ans.

L'appartenance au clan unisexe

Avec l'arrivée à l'école, on constate plusieurs changements sur le plan psychosexuel. D'abord, l'intérêt pour l'aspect génital diminue. Ensuite, on remarque que les garçons préfèrent se tenir avec les garçons et les filles, avec les filles. L'enfant se conforte avec son groupe d'amis du même sexe. D'ailleurs, il adore dire qu'il n'aime pas les enfants du sexe opposé, même si ce n'est pas tout à fait vrai.

Souvenons-nous que les enfants de 4-5 ans ont un côté exhibitionniste et un intérêt pour la sexualité des adultes. Ils disent ouvertement qu'ils sont amoureux d'untel, qu'ils vont marier unetelle ou encore, ils jouent à faire l'amour dans leurs jeux de rôles. Chez l'enfant de 8 ans, c'est tout le contraire. S'il a une blonde ou un amoureux, il en gardera le secret. Pourquoi? À cause de son appartenance au clan unisexe. Si ça se savait qu'il aime quelqu'un de l'autre clan, il ferait rire de lui.

L'intégration progressive des connaissances

Comme notre enfant est plus inhibé et moins expressif, on peut avoir l'impression, à tort, qu'il a de la peine ou qu'il est malheureux. Je me souviens que chaque fois que ma fille prenait l'autobus scolaire, elle défaisait ses belles tresses quelques minutes avant. Chaque matin, je la coiffais une demi-heure pour rien. J'ai fini par comprendre qu'il y avait un petit gars dans l'autobus qui la trouvait plus belle les cheveux défaits. Elle ne me l'a pas confié, parce que sa compréhension de ce qu'était un amoureux était un peu plus pointue.

Entre 7 et 9 ans, l'enfant vit ce que j'appelle une période d'intégration progressive des connaissances. Il y a une accalmie sur la différence entre les sexes et l'aspect génital. Il intériorise tranquillement les choses. Le temps est donc propice pour aller un peu plus loin dans les connaissances de l'anatomie des garçons et des filles. On peut lui expliquer davantage le fonctionnement du corps et comment on fait les bébés.

À lire aussi: La sexualité des enfants: comment répondre à leurs questions?

La pudeur

De nombreux enfants traversent une phase de pudeur. Si, par exemple, ils voient un couple s'embrasser à la télé, ils vont dire «ouache», «c'est dégueu» ou ils vont se cacher. Sans en faire tout un plat, on peut dire: «moi, je ne trouve pas ça dégoûtant.» C'est sympathique et ça laisse le message que maman n'est pas juste une mère. On peut aussi lui dire: «Tu vas changer. En vieillissant, tu ne trouveras plus ça aussi répugnant.» Certains enfants qui sortaient de la baignoire nus peuvent commencer à s'emmailloter jusqu'aux oreilles. D'autres ne voudront plus se baigner en petites culottes dans la piscine familiale. C'est comme si l'enfant sent que de grandes transformations physiques s'en viennent et s'y prépare inconsciemment.

 

Ma sexualité de 6 à 9 ans, 3e éd., de Jocelyne Robert et Jo-Anne Jacob, Les Éditions de l'Homme, 2015, 64 p., 14,95$.

 

 

 

Commentaires

Partage X
6-12 ans

La sexualité de 6 à 9 ans

Se connecter

S'inscrire