13 ans et plus

Suicide: comment aider nos jeunes?

Suicide: comment aider nos jeunes?

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

13 ans et plus

Suicide: comment aider nos jeunes?

Au Québec, le suicide est la principale cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 30 ans. De l’aide existe pour eux et leur famille.

Notre «belle province» détient le deuxième plus haut taux de suicide après la Finlande. Triste classement! Si quatre personnes réussissent à s'enlever la vie tous les jours au Québec, c'est que vingt autres ont essayé et cent autres y ont songé. Cela fait beaucoup de nuages sombres au-dessus de nos têtes.

Vendredi 15 heures: dernier rendez-vous de la semaine... Mathieu, 17 ans,  se présente en piteux état au rendez-vous planifié. Voilà 5 jours que ses parents l'ont mis à la porte: encore une fois, il a brisé sa promesse de ne plus consommer d'ecstasy. Ses parents, à bout de ressources, ont finalement exécuté la menace qu'ils laissaient planer depuis des années. Comme il a accueilli cette décision avec frustration, Mathieu en a profité pour se payer un dernier party d'enfer avec ses chums en mélangeant toutes sortes de drogues et d'alcool. Aujourd'hui, les lumières se rallument sur sa vie et ce que Mathieu voit le jette par terre: la dépression qu'il voulait masquer en consommant le rattrape de plein fouet. Tout ce qu'il veut maintenant c'est mourir pour cesser enfin de souffrir.

Dépression majeure chez les adolescents

Au Québec, la dépression majeure fait de plus en plus partie du portrait clinique des adolescents: elle est présente chez 1% des jeunes de 12-15 ans et chez 7% des 15-18 ans. La consommation de drogues sert chez certain d'automédication visant à tenter de diminuer les symptômes liés à cette maladie.  Pour d'autres, une centaine de jeunes de moins de 19 ans, le suicide demeure chaque année la porte de sortie pour échapper à la détresse.

Les Centres de prévention du suicide (CPS)

Pour aider ces jeunes de manière efficace, on retrouve partout au Québec les Centres de prévention du suicide (CPS). Ces centres spécialisés offrent une série de services autant à la personne aux prises avec des idées suicidaires qu'à son entourage (parents, conjoints, amis, intervenants)  Le service le plus connu est assurément l'écoute téléphonique, disponible 24 heures sur 24, 7 jours par semaine. Les professionnels qui  interviennent en situation de crise sont formés spécifiquement pour aider la personne et son entourage à faire un autre choix que celui de la mort.

Des services pour chaque région
De plus, selon les régions, les centres de prévention du suicide offrent un large éventail de services utiles au jeune, à sa famille et aux autres adultes qui l'entourent: rencontres individuelles, rencontres familiales, formation aux intervenants, groupes pour personnes endeuillées. Évidemment, ce service de première ligne fait appel à l'ensemble des intervenants du domaine de la santé et des services sociaux, tant gouvernementaux que communautaires et travaille de pair avec eux.

Vendredi 16h10, Mathieu a quitté mon bureau après avoir accepté de signer avec moi un pacte de non suicide. Ce soir, il ira coucher dans un centre d'hébergement pour jeunes où il pourra jaser s'il en a besoin mais surtout, récupérer de sa dernière cuite en mangeant un peu, en se lavant et en dormant beaucoup. Lundi, nous nous rencontrerons au bureau pour y voir un peu plus clair tous les deux. D'ici là, si la vie lui tente un peu moins, il aura au fond de sa poche la carte du Centre de prévention du suicide de sa région.

Sources

Les centres de prévention du suicide: 1-866-APPELLE

Commentaires

Partage X
13 ans et plus

Suicide: comment aider nos jeunes?

Se connecter

S'inscrire