13 ans et plus

La banalisation de la fellation

iStockphoto Auteur : Coup de Pouce Crédits : iStockphoto

13 ans et plus

La banalisation de la fellation

Les concours de fellation, qui ont lieu dans les fêtes, les réunions d'amis et même à l'école, banalisent malheureusement la sexualité en l'axant sur la seule performance.

Ce qui a pour conséquence que la fellation n'est plus considérée comme un moment d'intimité avec l'autre, mais comme un acte technique qui requiert d'être aussi experte qu'excitante. Est-ce valorisant, les filles, d'être considérées comme une machine à faire jouir? Si votre réponse est «oui», vous devriez peut-être revoir votre façon d'envisager la sexualité.

La fellation, y a rien là!

Une fois que la fellation n'est plus perçue comme partie prenante de l'intimité sexuelle mais comme une pratique ouverte et banale, les autres limites dans la sexualité peuvent rapidement disparaître aussi. Déjà que la sexualité est fréquemment vécue comme une accumulation d'actes sexuels plutôt que comme un moment d'intimité, si on privilégie davantage la performance que le plaisir partagé, les conséquences peuvent être néfastes.

D'ailleurs, on rencontre de plus en plus de jeunes femmes qui ont pratiquement tout essayé sur le plan sexuel et qui s'en trouvent blasées! Elles ne voient donc plus l'intérêt de prendre leur temps et offrent leur corps comme s'il était une simple marchandise. Pour cette même raison, davantage de jeunes femmes de moins de 24 ans consultent pour des troubles du désir sexuel car elles ont le sentiment d'avoir fait le tour de la sexualité!

La sexualité, bien plus que du sexe

La sexualité ne se limite pas simplement à «faire des choses»; elle se définit par le partage de moments intimes avec l'autre, par les émotions ressenties et par le plaisir à se découvrir et à découvrir l'autre. La tendance à explorer la sexualité sous tous ses angles induit une «hypergénitalisation» de la sexualité. On perd ainsi tout l'aspect sensualité puisque seuls les organes génitaux sont impliqués. Plus l'exploration est rapide, moins les notions de désir, de plaisir et de partage sont présentes et, plus la notion de performance prend de place, plus la sexualité devient banalisée.

Ce n'est pas pour rien que le sentiment d'avoir «tout fait» rend la sexualité peu intéressante. On finit par vouloir quelque chose de plus intense, de nouveau parce qu'il n'y a pas d'implication des émotions dans la relation. Le désir sexuel étant nourri de l'imaginaire et des émotions qui s'y rattachent, il n'est pas attisé par le simple fait de «faire des choses».

L'avenir

L'hyperbanalisation de cette activité sexuelle risque d'avoir un impact sérieux sur les notions de désir et de plaisir des jeunes femmes. L'apprentissage de l'intimité se fait avec la capacité de partager du plaisir avec l'autre, de développer la sensualité, d'être à l'écoute de l'autre et de ses besoins sexuels et affectifs. Ces éléments demeurent importants à améliorer si l'on veut arriver à développer une relation où le plaisir est partagé et qui n'est pas juste basée sur le sexe.

Le saviez-vous?

La banalisation de la fellation amène à oublier que les ITS peuvent se transmettre par voie orale. De fait, les ITS dans la gorge sont en recrudescence. Le port du condom (aromatisé, il va de soi) a donc sa place durant la fellation. Il ne faut pas oublier non plus que le VIH peut aussi être transmis par sexe oral s'il y a des lésions dans la bouche.

Commentaires
Partage X
13 ans et plus

La banalisation de la fellation

Se connecter

S'inscrire