0-5 ans

Biberon: quel lait choisir?

Biberon: quel lait choisir?

Dreamstime Photographe : Dreamstime Auteur : Coup de Pouce

0-5 ans

Biberon: quel lait choisir?

Plusieurs parents restent estomaqués devant près de la centaine de préparations commerciales pour nourrissons qui sont offertes sur le marché. Comment choisir celle qui conviendra le mieux à son enfant?

Ce qui semble de prime abord compliqué peut finalement s'avérer très simple. «Les laits maternisés de base des différentes compagnies s'équivalent sur le plan nutritionnel, confirme Marie Fortier, infirmière en périnatalité et conceptrice de cours prénataux en ligne (mariefortier.com). Ils renferment à peu près tous les mêmes nutriments pour assurer la bonne croissance du bébé, mais les formules enrichies de fer sont plus particulièrement recommandées.»

Si bébé est né à terme et qu'il est en bonne santé, on lui propose généralement une préparation commerciale pour nourrissons à base de protéines de lait de vache. Inutile de lui donner un supplément de vitamine D comme aux bébés allaités (les préparations en contiennent suffisamment), mais pour lui assurer un apport suffisant en fer, on privilégie une marque qui en contient au moins 1 mg par portion de 100 ml de produit préparé. «Attention de ne pas changer de marque inutilement, surtout avec un jeune bébé. Cela peut en incommoder certains vu leur système digestif immature», prévient Marie Fortier.

Les préparations sous toutes leurs formes
Les préparations lactées se vendent sous trois formes:
- en poudre: moins dispendieuses, elles requièrent toutefois une préparation minutieuse, ce qui augmente le risque de contamination. (C'est pourquoi elles sont déconseillées pour les bébés prématurés ou qui présentent un problème de santé.)
- en liquide concentré: elles sont moins pratiques que celles qui sont prêtes à servir, mais plus faciles à préparer que celles en poudre. Leur prix se situe entre celui des préparations en poudre et celui des prêtes à servir.
- prêtes à servir: elles sont très pratiques (elles ne nécessitent aucune préparation), mais elles sont plus chères.

Lorsque bébé atteint six mois, on peut lui donner une préparation de transition, qui contient entre autres plus de fer et de calcium que les préparations pour nouveau-nés. Cette «transition» n'est toutefois pas nécessaire: on peut très bien utiliser la même préparation de la naissance jusqu'à l'introduction du lait 3,25 % (à partir de neuf mois, lorsque bébé a un menu quotidien varié).

Bébé tolère mal son lait?
Si bébé semble mal tolérer son lait, on peut opter pour une préparation spéciale. Pour déterminer la formule qui lui conviendra le mieux selon sa condition (prématuré, reflux, constipation, historique familial d'intolérance ou d'allergie au lactose, etc.), il vaut mieux consulter un professionnel de la santé spécialisé en périnatalité.

- Les préparations pour nourrissons à base de soya: elles conviennent surtout aux bébés qui souffrent de galactosémie ou de déficit héréditaire en lactase (deux maladies rares) ainsi qu'aux familles qui ne consomment pas de produits laitiers pour des raisons éthiques, culturelles ou religieuses. Elles ne sont pas recommandées pour les bébés prématurés ou ceux qui souffrent d'allergie aux protéines du lait de vache (parce que beaucoup réagissent également aux protéines du soya). Aucune étude n'a prouvé qu'elles traitent ou préviennent les coliques.

- Les préparations thérapeutiques (pour prématurés, à base d'acides aminés, fortement hydrolisées): elles sont entre autres indiquées pour les bébés prématurés ou qui présentent une intolérance ou une allergie aux protéines du lait de vache. Lorsqu'elles sont vendues sur ordonnance, elles sont remboursées par certains régimes d'assurance-médicaments.

Les formules sans lactose ne sont conseillées qu'en cas de gastroentérite aiguë (une fois le bébé rétabli, on peut lui redonner sa préparation lactée habituelle). En ce qui concerne les formules enrichies d'oméga-3 et 6, de prébiotiques, de probiotiques ou de lutéine par exemple, l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) indique qu'elles ne comportent pas d'avantages pour le bébé et que ces «ajouts» ou «mentions spéciales» inscrits sur les étiquettes sont souvent trompeurs et qu'ils ne sont utilisés que pour augmenter les ventes des produits.

 

À lire aussi: Biberon: comment bien le choisir?

Commentaires

Partage X
0-5 ans

Biberon: quel lait choisir?

Se connecter

S'inscrire