Trucs maison

Bien choisir son matelas

Bien choisir son matelas

  Photographe : Shutterstock

Trucs maison

Bien choisir son matelas

Qu’il soit source de repos ou d’insomnie, notre matelas est le compagnon inconditionnel de nos nuits. Or choisir le bon peut se révéler plus difficile qu’on le croit. Des experts nous guident sur les caractéristiques à privilégier et les pièges à éviter.

NOTRE MATELAS EST-IL EN FIN DE VIE?

Voilà la première question à se poser avant d’envisager son remplacement. Et la réponse est d’autant plus difficile qu’il n’existe aucune norme sur la durabilité d’un matelas. «On entend toujours qu’il faut changer son matelas tous les 10 ans. C’est du marketing!» soutient Pascal Gagnon, physiothérapeute à Montréal. Les indices à surveiller peuvent venir du matelas lui-même. Présente-t-il un affaissement au centre? «Lorsqu’on a l’impression de dormir dans un hamac, il est temps de changer son matelas!» indique le fabricant Claude Savoie, de Matelas personnel.

Néanmoins, la plupart du temps, c’est notre corps qui envoie des signaux. «Si on se réveille avec des douleurs au niveau de la colonne dorsale, de la colonne lombaire ou des hanches alors qu’il n’y a pas eu de changement dans nos habitudes de vie (prise de poids, position assise prolongée, etc.), c’est un signe que le matelas n’offre plus beaucoup de support», explique Pascal Gagnon. On peut alors envisager d’en magasiner un nouveau!

 

MOUSSE, LATEX OU RESSORTS?

Puisqu’il est question du matériau, abordons tout de go LA question que tout le monde se pose: doit-on privilégier la mousse, le latex ou les ressorts? En réalité, le choix est personnel. «Malheureusement, il y a très peu de preuves scientifiques qui soutiennent qu’un type de matelas est meilleur qu’un autre, déclare Pascal Gagnon. À ma connaissance, il n’existe aucune étude concluante sur le sujet.»

Par ailleurs, tous les matériaux offrent des niveaux de fermeté variables. «On trouve un matelas semi-ferme en mousse aussi facilement qu’un matelas semi-ferme à ressorts», précise Pascal Gagnon.

Cependant, force est d’admettre que certains matériaux conviennent mieux à certaines personnes qu’à d’autres. Ainsi, la mousse mémoire, qui a connu une vague de popularité ces dernières années, n’a pas séduit tout le monde. «Ce type de matelas est plus englobant et plus chaud. Certaines personnes ne supportent pas ça, surtout l’été!» mentionne Pascal Gagnon. Le physiothérapeute reconnaît toutefois que la mousse mémoire distribue bien les points de contact, ce qui est appréciable pour les personnes souffrant de douleurs articulaires à des endroits précis.

 

LE CONFORT AVANT TOUT

Rien ne sert de se fier au choix d’un proche quand vient le temps de décider, car un matelas confortable pour un peut ne pas l’être pour l’autre. «Certaines personnes ont besoin de plus de support que d’autres, et c’est pourquoi il est important d’essayer le matelas», explique Guillaume Corbin, chiropraticien à Saint-Sauveur. «Le poids d’une personne détermine son besoin de support, ajoute Pascal Gagnon. Ainsi, je recommanderai un matelas moins ferme à quelqu’un qui souffre d’embonpoint, afin de répartir les points de pression.» S’il faut miser sur le confort, il importe également de ne pas changer trop brusquement de niveau de fermeté à l’achat d’un nouveau matelas. «Je ne conseillerais pas à des personnes qui dorment encore sur un lit d’eau d’acheter un matelas ferme ou semi-ferme, explique le physiothérapeute.

Sauter des degrés de fermeté risque de provoquer l’apparition de douleurs.» Et si les deux partenaires ne s’entendent pas sur la fermeté à privilégier? «Certains matelas présentent une fermeté différente de chaque côté, ce qui est bien utile s’il existe un grand écart de poids entre les membres du couple», précise Guillaume Corbin. On risque cependant de devoir s’adresser à un manufacturier et d’investir un peu plus.

 

UNE DURABILITÉ VARIABLE

Tous les matelas n’ont pas la même durabilité, et il importe de bien se renseigner sur sa composition si l’on souhaite qu’il conserve sa fermeté. «Il faut demander ce qu’il y a à l’intérieur du matelas», insiste Claude Savoie. La densité de la mousse (gramme/mètre cube) détermine la fermeté du matelas, c’est-à-dire son soutien. «Les mousses Aquagel et en latex conservent mieux leur soutien que les mousses mémoire», ajoute le fabricant.

L’utilisation d’un sommier permettra également de garder son matelas en bon état plus longtemps, à condition que ledit sommier soit lui aussi en bon état.

 

OPTER POUR UN MATELAS RÉVERSIBLE

Malheureusement, de plus en plus de matelas sur le marché ne sont plus réversibles en raison de l’ajout, sur le dessus, d’une mousse destinée au confort. Or le fait de pouvoir retourner le matelas prolonge la durée de vie, puisque cela évite un affaissement aux endroits les plus sollicités. «On recommande de changer le matelas de côté et de sens (les pieds iront à la tête) à chaque changement d’heure», indique Pascal Gagnon.

 

UNE PÉRIODE D’ESSAI

La plupart des détaillants et des fabricants offrent une période d’essai de 30 jours lors de l’achat d’un matelas, et nos experts recommandent de vérifier si c’est bien le cas. «On peut ressentir quelques raideurs la première semaine, mais on s’adapte généralement au bout de deux semaines.»

La période d’essai est particulièrement recommandée si l’on effectue son achat sur internet. «Toutefois, mieux vaut avoir essayé le matelas avant de le commander!» rappelle Guillaume Corbin.

Nul besoin de préciser que le prix d’un matelas n’est aucunement garant de sa qualité. L’épaisseur ne l’est pas davantage. «Au contraire, plus un matelas à ressorts est épais, plus il aura tendance à bouger», précise Claude Savoie. Au cours de sa carrière, le fabricant a entendu de nombreux clients se plaindre d’avoir payé trop cher pour un matelas de mauvaise qualité. Il recommande donc fortement de prendre le temps de bien se renseigner. «On passe le tiers de notre vie sur un matelas, il est donc important d’en avoir un bon, rappelle Guillaume Corbin. Il ne faut pas négliger cet achat, car le manque de sommeil et les douleurs causés par un mauvais matelas ont des répercussions sur notre santé.»

 

ATTENTION AUX GARANTIES!

Les garanties sur les matelas sont généralement de 10 ou 20 ans, et il est essentiel de bien prendre connaissance des conditions à respecter. Plusieurs plaintes reçues par l’Office de la protection des consommateurs (OPC) portent sur des refus d’honorer cette garantie. Charles Tanguay, responsable des relations avec les médias à l’OPC, donne l’exemple du commerçant qui n’a pas accepté de changer un matelas s’étant affaissé au bout de cinq ans, parce que celui-ci était taché et que cette restriction était clairement inscrite au contrat. «Certaines compagnies exigent que le sommier soit changé en même temps que le matelas pour que la garantie s’applique, ajoute Guillaume Corbin. Il faut faire attention!»

 

À DEUX, C'EST MIEUX!

Aussi évident que cela puisse paraître, rappelons la nécessité de choisir son nouveau matelas avec son ou sa partenaire si l’on est deux à en faire usage. Les experts recommandent d’ailleurs de passer plusieurs minutes à essayer les matelas en magasin. «Il est important que lorsqu’un des partenaires bouge, l’autre ne le sente pas», explique Pascal Gagnon. Ce que Claude Savoie nomme joliment «l’écho» du matelas peut d’ailleurs être réduit en optant pour des matériaux comme la mousse ou le latex plutôt que des ressorts. «Les ressorts ensachés enlèvent un certain pourcentage d’écho par rapport aux ressorts ordinaires, mais si l’on veut aller plus loin, on prévilégiera la mousse ou le latex.»

Commentaires

Partage X
Trucs maison

Bien choisir son matelas

Se connecter

S'inscrire