Jardinage

Produire son compost: plus simple qu'il n'y paraît!

Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce Crédits : Istockphoto.com

Jardinage

Produire son compost: plus simple qu'il n'y paraît!

Faire son compost a plusieurs avantages. Sur le plan écologique, le compostage permet de détourner les déchets organiques des sites d'enfouissement, où ils contribuent à la production de lixiviat, le jus de poubelle susceptible de contaminer la nappe phréatique, et de méthane, source de gaz à effet de serre.

Le produit du compostage ressemble à de l'humus. Il s'obtient par la décomposition de matières organiques - résidus de cuisine et de jardin - par des vers de terre et des microorganismes, dont des bactéries et des champignons. Ce compost contient tous les éléments nutritifs dont les plantes ont besoin et remplace avantageusement les engrais chimiques. De plus, il améliore la fertilité, l'aération et la capacité de rétention d'eau du sol.

Composter est aussi une façon de réduire la quantité de déchets produits et d'économiser des sacs poubelles!

Choisir ou construire son composteur

Le plus long quand vient le temps de faire son compost est de s'installer. Une fois l'équipement en place, le compostage ne requiert pas plus d'une dizaine de minutes par semaine.

La première étape consiste à se procurer un composteur. Il en existe plusieurs modèles dans les centres de jardinage ou les quincailleries. Certains sont même conçus pour être installés à l'intérieur. On peut aussi choisir de le fabriquer soi-même. À moins d'opter pour la technique du tas. Cette dernière demande moins d'entretien (la pluie compense le manque d'arrosage, et l'aération se fait de façon naturelle), mais a l'inconvénient d'être moins esthétique et de laisser le compost à la merci d'animaux (chiens, chats, rongeurs, etc.).

Le composteur peut être en bois ou en plastique. Les côtés doivent être rigides, légèrement aérés, et le couvercle assez étanche. Le contenant doit disposer d'une ouverture à la base pour permettre de retirer le compost quand il est prêt. Les modèles sans fond offrent l'avantage supplémentaire de permettre aux vers de terre - les meilleurs amis des composteurs - provenant du sol de circuler librement.

On devrait placer le composteur sur un sol bien drainé dans un endroit facile d'accès et le plus ensoleillé possible. La chaleur du soleil accélère l'activité microbiologique et la décomposition des résidus. Si le contenant est placé à l'ombre, le compost mettra plus de temps à parvenir à maturité. La décomposition est aussi accélérée si les résidus sont coupés en petits morceaux.

Quoi mettre dans le composteur

Le compost s'obtient à partir de deux éléments principaux disposés en couches successives: les matériaux bruns, riches en carbone, et les matériaux verts, riches en azote.

Les matériaux bruns, ce sont les feuilles mortes, brindilles, branches et aiguilles de conifères qu'on ramasse sur son terrain, les copeaux et la sciure de bois, la paille et le papier journal (encre noire seulement) déchiqueté. Bien qu'il puisse être composté, le papier propre a une plus grande valeur lorsqu'il est recyclé.

Les matériaux verts, ce sont les résidus de cuisine - fruits, légumes, pain, pâtes alimentaires, coquilles d'œufs, café, thé, tisane -, les poils d'animaux et les cheveux, les résidus de jardinage, les fleurs fanées, les mauvaises herbes et le gazon coupé.

La première étape consiste à tapisser le fond du composteur de matériaux bruns. Suit une couche de résidus de cuisine et de jardin. Puis, on alterne les deux éléments. La proportion est de deux quantités de matériaux bruns pour une de verts.

Question organisation, le plus simple est souvent de garder dans la cuisine un récipient dans lequel on jette les produits à composter; il suffit d'aller le vider dehors lorsqu'il est plein. Ceux qui n'ont pas une grande quantité de résidus de table peuvent les passer au mélangeur avec de l'eau. Le liquide obtenu peut être versé sur les plantes d'intérieur et de jardin.

L'entretien du compost

Les organismes décomposeurs ont besoin d'humidité et d'oxygène pour faire leur travail. Le compost devrait toujours être légèrement humidifié. On peut donc l'arroser au besoin.

Il est recommandé de brasser le contenu du composteur aux deux semaines pour l'aérer. Pour ce faire, l'idéal est d'utiliser un aérateur à ailettes, mais un autre outil de jardinage peut convenir. On peut aussi retourner le compost en transférant tout le contenu du composteur dans une brouette, avant de le remettre dans le bac. Il est également possible de le faire quand le contenant est plein. Le mieux est alors de se procurer un second composteur. On y vide le premier pour permettre aux résidus de terminer leur processus de décomposition, puis on recommence à zéro dans le premier bac.

Et les odeurs?

Si le composteur dégage une odeur désagréable, c'est que la proportion des matériaux est mal équilibrée ou qu'il y a un excès d'humidité. En général, la quantité de résidus de cuisine est trop grande par rapport à celle des matériaux bruns.

Quand le compost est-il prêt?

Le processus de compostage et sa durée varient selon la température, le taux d'humidité, le niveau d'oxygène, la taille des résidus et le niveau de décomposition désiré pour le produit fini. En général, cela prend un an pour obtenir un bon compost. Mais un produit moins mature peut être obtenu en trois à six mois.

Un compost mûr se caractérise par un aspect homogène, une couleur sombre et une agréable odeur de terre de forêt. Sa texture est fine et friable, et il est impossible d'y identifier les déchets de départ, à l'exception de ceux qui se décomposent mal (coquilles d'œufs ou morceaux de bois). Ces derniers peuvent être employés dans le prochain cycle de compostage.

Utiliser le compost

Le compost peut être disposé avant maturité en paillage sur la terre, au pied des arbres ou sur des cultures avancées. Il faut cependant attendre avant de l'incorporer au sol pour ne pas nuire aux jeunes plants. Le compost mature peut être incorporé au sol pour augmenter le taux de matière organique et améliorer la capacité de rétention en eau. Comme support de culture, il contribue à la croissance de la pelouse et des plantes lorsqu'on le mélange à la terre.

Le tamisage permet d'affiner le compost pour l'utiliser plus facilement. Un grillage posé sur un cadre de bois est suffisant pour éliminer les éléments grossiers. Ces résidus peuvent servir de paillage ou retourner au composteur.

Composter en hiver

La chute de la température ralentit l'activité microbiologique, mais celle-ci reprend dès le retour des beaux jours. Le produit fini devrait être récolté et utilisé à l'automne. Le composteur peut ensuite être installé dans un endroit qui convient mieux aux conditions hivernales. On pensera, par exemple, à le rapprocher de la porte. Si c'est impossible, on peut déposer les matières organiques dans un contenant couvert placé à l'extérieur; on le videra dans le composteur au printemps.

Il existe également des kits de compostage d'appartement, appelés lombricomposteurs ou vermicomposteurs, qui fonctionnent avec des vers de fumier. Ils permettent de recycler épluchures et autres déchets verts rapidement et sans odeurs.

Commentaires
Partage X
Jardinage

Produire son compost: plus simple qu'il n'y paraît!

Se connecter

S'inscrire