Décoration

Les pièces chouchou de 3 lectrices

Les pièces chouchou de 3 lectrices

Yves Lefebvre Photographe : Yves Lefebvre Auteur : Coup de Pouce

Décoration

Les pièces chouchou de 3 lectrices

Un salon ancestral repensé

Lisa-Marie ne connaît pas l'âge exact de son cottage anglais de la région de Québec. «Les anciens propriétaires ont retrouvé des journaux datant de 1849 entre les murs, mais le secteur regroupe plusieurs constructions du XVIIIe siècle», indique la jeune maman de deux ados qui a mis quatre mois à rénover sa demeure.

«Mon mari et moi avons sablé et reverni les parquets abîmés et redonné leur vocation d'origine aux pièces des trois étages», dit-elle. Deux ans plus tard, la passionnée de réno a revampé son salon. «J'ai eu envie d'un séjour noir, raconte-t-elle. En mettant l'accent sur cette section en retrait de l'aire commune, la teinte nous a obligés à épurer le décor. Du coup, on a réalisé que nos meubles étaient interchangeables d'une pièce à l'autre. Un avantage quand on reçoit la famille et les amis.»

1. Élégance sombre
Le noir sied à cette pièce baignée de lumière naturelle. Il remplit l'espace et met en valeur les tons acajou et cognac des fenêtres.

2. Mobilier épuré
Le pouf sert de table d'appoint et les fauteuils à dossier bas maximisent la vue sur l'extérieur. Leur coloris neutre permet de moduler l'ambiance en variant la teinte des coussins.

3. La touche antique
Le petit buffet, déniché au couvent des Ursulines de Québec, s'agence parfaitement aux éléments décoratifs patrimoniaux. Les branches, les cônes de pin et le hibou font écho à la nature environnante.

4. Mariage d'époques
«J'ai songé à décaper les moulures cintrées et les corniches, explique la proprio. Au final, on les a peintes en blanc pour conserver un meilleur équilibre entre le passé et le présent.» Un lustre à pampilles assure la transition entre les époques.

5. Discrétion à volonté
Ouvertes, les portes coulissantes fusionnent le salon à la salle à manger, pourtant habillée d'une palette contraire. Fermées, elles garantissent une intimité propice aux soirées en tête-à-tête ou à un après-midi de farniente.

 

Coin repas pour une tribu

«Sur semaine, on s'attable à six. Le samedi, avec les blondes et les chums des quatre enfants, on peut asseoir jusqu'à une dizaine de personnes. Avant la réno, notre salle à manger débordait chez le voisin!» lance Lyne, la propriétaire.

Après deux ans de ce régime, elle et son conjoint Stéphane en ont eu assez. Le couple a mandaté deux designers pour repenser les zones popote et repas de son bungalow. «Je rêvais d'un îlot central pour cuisiner et regrouper les ados à l'heure des devoirs, et d'un coin où étirer les soirées entre amis», dit Lyne, qui chérit le repas hebdomadaire en famille.

1. Du verre pour plus de lumière
Sous l'armoire, les designers ont fixé un tableau d'affichage en verre peint. «On a regroupé le garde-manger et le frigo sur un mur pour agrandir la pièce et en maximiser la luminosité, dit la designer Sandy Cathcart, qui a revu l'espace avec sa complice Isabelle Cyr. Le babillard laqué renvoie encore plus lumière dans la cuisine.»

2. Banquette coquette
Une ingénieuse banquette en chêne, peinte couleur teck, se déploie le long du mur et offre plein de places assises. «Pour éviter le look cabine de resto, on a limité l'habillage à l'assise », dit Isabelle Cyr.

3. Retombée futée
Ceinturant la pièce, une retombée dans laquelle on a encastré des luminaires ajoute un cachet architectural et encadre la fenêtre. Le jeu d'ombres et de lumière formé par les spots crée l'illusion d'un plafond plus haut qu'en réalité.

4. À toute épreuve
Pour le revêtement de sol, on a privilégié des matériaux ultra résistants et faciles d'entretien, comme des carreaux en porcelaine. «Ces dalles sont aussi compatibles avec un système radiant, qui fait office de chauffage d'appoint», indique Isabelle Cyr.

5. Palette sur mesure
«On voulait ponctuer la palette sobre avec un tableau aux tons vibrants, mais Lyne ne trouvait pas d'oeuvre à son goût», raconte Sandy. Aidée des plus jeunes enfants du couple, elle a couché sur un canevas de la peinture fuchsia et turquoise. «Il suffit de changer les coussins sur la banquette pour réinventer le décor!»

Une chambre, deux enfants

Des heures de dodo différentes. Des camions et des poupées. Un lit superposé. Dans la chambre de Raphaël et de Florence, tous les ingrédients étaient réunis pour un cocktail explosif. «Ils partageaient la même section d'un salon double, raconte Julie, leur maman. Leurs chicanes devenaient de plus en plus fréquentes.» À sept et cinq ans, l'aîné et sa cadette avaient besoin de leur intimité.

Toutefois, pas question de quitter leur duplex montréalais. «Mon conjoint et moi apprécions trop la vie de quartier et notre ruelle hyper familiale. On a donc choisi d'agrandir de l'intérieur. On voulait une pièce évolutive, des matériaux au fini brut et une ambiance industrielle, loin du décor-type d'une chambre d'enfant.» Obstacle majeur: une arche séparait la pièce de façon inégale. «On s'est inscrits à l'émission Des idées de grandeur. La chance nous a souri.»

1. Rangements secrets
Recouvert en merisier blanchi, le mur unifie les deux chambres. «Il se rabat par sections pour découvrir des garde-robes de la profondeur d'un cintre, qui multiplient la surface de rangement sans empiéter sur la zone dodo», explique Julie

2. Bureau pliable
La designer a intégré un plateau de bureau et une assise sur deux des trois panneaux. Comme ils sont aimantés, on peut y afficher des dessins.

3. Alcôves pimpantes
Nichée dans un renfoncement, chaque tête de lit s'entoure d'étagères et d'un éclairage propice à la relaxation. «Le soir, Raphaël et sa soeur retrouvent leur bulle d'intimité. Ils ne se dérangent plus la nuit. Leur sommeil s'en trouve amélioré. Le nôtre aussi.»

4. Cloison discrète
Une cloison pivotante en acier et plexi givré divise la pièce sans pour autant la cloisonner de façon permanente. «Pour réunir les chambres en un seul espace, on la rabat contre le mur», explique la designer.

5. À chacun son mobile
«En prévision du jour où nos enfants déménageront au sous-sol, j'ai tenu à préserver les détails architecturaux d'origine, comme les rosaces», dit Julie. Le concepteur en a fait des accessoires déco en y fixant une délicate suspension miroitée dans la chambre de Florence et un mobile de merisier dans la zone de son frère .

Commentaires

Partage X
Décoration

Les pièces chouchou de 3 lectrices

Se connecter

S'inscrire