Vacances et voyage

Thaïlande: le bilan

Coup de Pouce
Vacances et voyage

Thaïlande: le bilan

Alors, les 20 heures d'avion et transit à l'aller et les 27 heures au retour ont-elles valu le coup? TELLEMENT! Je fais partie de ceux qui gèrent plutôt bien les longs trajets (je dis souvent à la blague qu'il m'est plus rapide d'aller en Europe en avion que d'aller visiter mes parents au Lac-St-Jean en train - alors j'ai un bon entraînement!). Depuis qu'elle est toute petite, Maya m'accompagne (presque) partout. Elle a donc l'habitude de la route elle aussi. Comme lors de tous nos voyages, j'ai emporté un iPod rempli de jeux et de trois de ses films préférés ( Lily et Stitch, Dragons et La belle et la bête), un cahier à colorier et des crayons. Deux bons points pour Qatar Airways: les nombreux films et jeux pour enfants disponibles sur l'écran de divertissement personnel et les pochettes remplies de cadeaux (cahiers d'activités, crayons, peluche, montre de Bob l'éponge...) offertes aux enfants (à bord des bols Doha-Bangkok et Bangkok-Doha, dans notre cas). Les coups de coeur thaïlandais de Maya? «Les éléphants!» lance-t-elle spontanément quand on lui pose la question. «... la plage, la tente sur l'eau, la tente dans la jungle, le kayak, tout!» s'empresse-t-elle d'ajouter. Les miens? La température (parfaite à mon avis, malgré la pluie qui s'est pointée à quelques reprises), la nourriture (MIAM!), camper dans la jungle (j'adore la symphonie interprétée avec brio par les insectes et les animaux!), la plage, le shopping... J'étais déjà follement amoureuse de ce pays. Je le suis toujours. Pas de doute, ce séjour a été une réussite sur toute la ligne. L'un des aspects que Maya a trouvé le plus difficile au cours de ce voyage est ce que j'appellerais la «gestion des rencontres». Elle s'est par exemple tout de suite attachée à Neung, notre guide d' Elephant Hills (celui qui lui tient la main dans la vidéo). Au moment de lui dire au revoir, elle n'arrivait pas à concevoir qu'elle ne le reverrait plus jamais. Je revois encore ses grands yeux tristes... Les voyages impliquent aussi des séparations, comme je le lui ai expliqué par la suite. Quant au chaos qui me plaît tant et auquel je faisais référence dans ce billet, Maya s'en est plutôt bien accommodée. Elle a souvent eu peur des motos et scooters qui arrivent dans tous les sens (j'étais étonnement zen, pour ma part), mais est devenue aussi accro que sa mère aux promenades en tuk-tuk (tricycles-taxis motorisés). «Ça pue!» a-t-elle répété inlassablement lors de notre première visite à Khao San Road, quartier où plusieurs baroudeurs posent leur sac à dos et où l'on trouve de nombreux stands de cuisine de rue. La bonne nouvelle? Nous y sommes retournées le jour de notre départ et pas une fois elle n'a passé de remarques au sujet de l'odeur. Et elle aussi a adoré les pancakes bananes et chocolat dont j'étais si nostalgique. :-) Cinq jours après notre retour, ma puce s'est complètement remise du décalage (ou presque - au moment où je rédige ces lignes, il est 4h30 et elle vient de se réveiller). Moi, par contre, c'est une autre histoire! Mais vais-je m'en plaindre? En vrac: • Les Thaïlandais ADORENT les enfants. À  Elephant Hills, un couple voyageant avec leur bébé de 15 mois se sont dit ravis de leur choix de vacances. Les bébés attirent particulièrement l'attention. Le garçonnet était entouré d'une armée de «nounous spontanées». Alors malgré les vaccins et précautions à prendre, c'est vraiment une destination que je recommande sans hésiter aux familles avec des enfants de tous âges. • Il est possible de voyager à très peu de frais en Thaïlande. On peut manger un délicieux pad thai acheté sur la rue pour quelques Baths (non, je n'ai aucune crainte de ce côté, même si l'on nous met en garde dans tous les documents de voyage - il suffit de faire preuve de discernement). • Côté hébergement, on trouve aussi de tout. Nous avons plutôt été dans la «ouate» pendant notre séjour, mais je n'hésiterais pas à retourner dans de petites auberges à moins de 40$ la nuit (on en trouve de bien moins chères aussi - tout dépend de votre degré de tolérance!) comme je l'ai fait lors de mes premiers voyages au pays. • Un conseil: toujours négocier! Que ce soit pour une balade en tuk-tuk (ou même en taxi en pleine heure de pointe) ou pour acheter ce t-shirt repéré dans une boutique. • Je ne sais pas si la maternité m'a rendue parano, mais à Bangkok, il m'est arrivée de ne pas aimer certains regards jetés à ma fille (par des hommes occidentaux seuls, dans les quartiers plus touristiques). Il faut tout de même rester conscients que la Thaïlande est l'un des pays qui attire le plus de pédophiles. La prostitution (pas seulement infantile) y est aussi une industrie florissante. Même le paradis n'est pas parfait. Merci à Qatar Airways, à Tourism Authority of Thailand, au Metropolitan Bangkok, au JW Marriott Khao Lak Resort & Spa et au LIT hotel grâce à qui ce séjour a été possible. Pour découvrir les autres billets d'Un baluchon pour deux, par ici.

Commentaires

Partage X
Vacances et voyage

Thaïlande: le bilan

Se connecter

S'inscrire