Loisirs et culture

L’auteure du mois: Katia Gagnon

L’auteure du mois: Katia Gagnon

Martine Doyon Photographe : Martine Doyon Auteur : Coup de Pouce

Loisirs et culture

L’auteure du mois: Katia Gagnon

Quel a été votre point de départ? Le premier a été ma rencontre avec Lucie Vallerand, que j'ai rencontrée, car elle voulait me parler de Mario Bastien (reconnu coupable du meurtre du jeune Alexandre Livernoche, commis en 2000), qu'elle avait connu enfant et qu'elle a revu après son incarcération. L'autre a été ma nuit dans un hôtel de passe à Montréal, une des expériences journalistiques les plus fortes que j'aie vécues.

Vous ramenez Marie, le personnage central de votre premier roman. Pourquoi? Les lecteurs que j'ai rencontrés me parlaient beaucoup de Marie et moi-même, je me suis beaucoup attachée à elle. Dans La Réparation, on découvre son histoire personnelle et on comprend qu'elle n'a pas été heureuse souvent dans la vie. Dans ce livre-ci, j'ai voulu qu'elle s'approche du bonheur.

Votre travail de journaliste vous aide-t-il en fiction? C'est peut-être une déformation professionnelle, mais j'ai besoin de comprendre avant d'inventer. Par exemple, avant de parler de désintoxication, j'ai contacté des experts pour savoir comment ça se passe quand on arrête de prendre du crack. Ensuite, c'est la beauté de la fiction, j'ai pu balancer les choses qui ne cadraient pas dans mon histoire. Cette approche me permet de mieux plonger dans le roman.

Histoires d'ogres, Boréal, 2014, 248 p., 22,95$

Commentaires

Partage X
Loisirs et culture

L’auteure du mois: Katia Gagnon

Se connecter

S'inscrire