Loisirs et culture

Courant vintage: une passion, quatre métiers

Courant vintage: une passion, quatre métiers

Marina Morin, 39 ans, photographe et designer de style rétro. Photo: Marina - Vintage Style Photography Auteur : Coup de Pouce

Loisirs et culture

Courant vintage: une passion, quatre métiers

Passion vintage: faire revivre le swing

Isabelle Gagné, 44 ans, chanteuse dans un trio de swing vocal

Isabelle a fait ses classes en chant classique et en opérette. Lorsqu'elle a entendu pour la première fois les Andrews Sisters, son coeur s'est emballé. Tellement qu'elle a fondé son propre groupe, les Moonlight Girls, un trio de swing vocal, avec ses complices Céline Bélair et Karine Pion. Lorsque vient le temps de se préparer pour un spectacle, elle prend plaisir à se maquiller, se coiffer, s'habiller, et ainsi entrer petit à petit dans la peau de son personnage. Sur scène, elle s'amuse comme une folle, devant tous ces gens qui viennent danser le swing devant elle et ses comparses.

Coup de pouce: Qu'est-ce qui t'inspire le plus de cette époque?

Isabelle: La radio, la comédie burlesque... C'était la grande époque de la radio, on y jouait des sketches très drôles. Tout était voué au plaisir, malgré la situation politique et économique.

Cdp: Ton coup de cœur vintage?

I: Définitivement les Andrews Sisters. C'étaient des vedettes énormes aux États-Unis. Elles ont vendu des milliers d'albums, encore plus qu'Elvis! En plus, elles étaient très comiques. C'était l'époque du burlesque et elles jouaient beaucoup avec ça. J'aime aussi la mode de l'époque: les femmes étaient en général bien habillées et coiffées pour sortir. Les chapeaux de style militaire ou avec de larges bords qui cachent un peu le visage, les voilettes aussi. La finesse des détails dans la garniture des vêtements: rubans, boucles, broderies, les petits boutons en longues rangées. Et puis les gants: longs ou courts, je les trouve hautement élégants et sophistiqués! J'ai également un gros coup de cœur pour les jouets des années 40: les petites voitures en métal, les minifermes et les poupées de carton des vedettes de l'heure - Shirley Temple ou les princesses Windsor, Élisabeth, l'actuelle reine, et Margaret, sa sœur - avec des vêtements de papier à découper.

Discographie: Moonlight Girls, 2004; Moonlight Café, 2008

 

À LIRE: Déco vintage: 15 articles à avoir chez soi

Passion vintage: pin-up et tenues d'époque

Marina Morin, 39 ans, photographe et designer de style rétro

Photographe de formation, Marina a fait du portrait classique pendant des années. Parallèlement, passionnée des années 40 et 50, elle s'est inscrite en design de mode pour apprendre à concevoir les bustiers, sous-vêtements, tailleurs et autres vêtements rétro qu'elle n'arrivait pas à trouver dans les boutiques. Un jour, en cherchant des patrons vintage, elle est tombée sur des photos de pin-up. Ce fut la révélation: la photo d'inspiration vintage réunissait toutes ses passions. Aujourd'hui, à sa boutique-studio, elle vend sa propre collection d'accessoires et de vêtements, en plus d'offrir un concept de photo-métamorphose.

Coup de pouce: Que t'inspire le mot vintage?

Marina: Élégance, classe, glamour. C'était l'âge d'or de la mode.

Cdp: L'image la plus inspirante de cette époque?

M: Le new-look de Christian Dior, un style qui a dominé la mode de 1947 à 1956. Avec cette collection, il a réussi à créer une silhouette très avantageuse pour toutes les femmes, peu importe leur taille. C'était à la fois élégant, classe, romantique et sexy.

Cdp: D'autres coups de cœur?

M: Les films Breakfast at Tiffany's (1961), avec Audrey Hepburn, et High Society (1956), avec Grace Kelly. Ces deux actrices sont des icônes de cette période.

Infos: Studio-boutique Marina Vintage, 1331, rue Ontario Est, Montréal.

Passion vintage: chercheur de trésors perdus

Stéphane St-Arnaud, 42 ans, brocanteur spécialisé en meubles et accessoires déco des années 50 à 70

Stéphane parcourt la province à la recherche de trésors dans les encans, les ventes-débarras et les marchés aux puces. Il propose ses plus belles trouvailles en ligne et à sa boutique. Ce qui l'allume: ouvrir une boîte ou la porte d'un grenier pour y faire de nouvelles découvertes.

Coup de pouce: Qu'est-ce qui te séduit des années 50 et 60?

Stéphane: Je suis surtout attiré par la déco. Ça me fascine de voir à quel point tout était solide et durable. Sur un tout autre plan, j'ai toujours aimé l'image de l'homme qui soulève son chapeau pour saluer les jolies dames...

Cdp: Tes coups de cœur?

S: La lampe Spoutnik avec ses branches qui se terminent en boule. Ce design inspiré par le premier satellite artificiel lancé par les Russes en 1957 est un beau symbole de la course à l'espace. Il y a aussi un secrétaire dessiné par le designer graphique Raymond Loewy, celui qui a dessiné le logo des cigarettes Lucky Strike, entre autres. J'en ai un exemplaire. Mon rêve, c'est de trouver le kit complet: la tête de lit, les tables de chevet, etc.

Infos: 514 935-3168; Marché aux puces St-Michel, kiosque 24, 3250, boul. Crémazie Est, Montréal.

 

Passion vintage: danser façon fifties

Sophie Daher, 35 ans, cofondatrice de l'école de danse Jivestudio 

C'est en assistant à des soirées swing, il y a une dizaine d'années, que Sophie a eu la piqûre! Résultat: elle a fait partie d'une troupe, a participé à quelques compétitions et s'est mise à l'enseigner. Elle s'est ensuite jointe à un ami, devenu plus tard son amoureux, pour fonder une école de jive, un style de swing associé au mouvement rockabilly des années 50. Outre les vieilles Chevy et les vêtements de style pin-up, elle aime prendre le temps de se faire belle et n'hésite pas à se coucher, à l'occasion, avec des bigoudis.

Coup de pouce: Qu'est-ce qui t'inspire le plus de cette période?

Sophie: La séduction. Je la vis à travers la danse. Le swing, le jive nous permettent ça. Ça permet également de lâcher son fou. Les gens de l'époque avaient trouvé un super moyen pour se rencontrer et s'éclater. Et puis, il y avait une telle effervescence, les gens étaient constamment en mode découverte.

Cdp: Un coup de cœur?

S: Toute la culture du rockabilly (1954-1959): la musique, la danse et ce qui l'entoure. Les rockabilly avaient envie de se démarquer, c'était des rebelles, mais ils étaient aussi élégants et sexy dans leur genre. Ça me rejoint beaucoup.

Infos: 514 995-5483; École de danse JiveStudio, Studio Métronome, 557, boul. Saint-Laurent, bureau 300, Montréal

Commentaires

Partage X
Loisirs et culture

Courant vintage: une passion, quatre métiers

Se connecter

S'inscrire