Conseils pratiques

Être locavore au Québec l'hiver

Être locavore au Québec l'hiver

  Photographe : Shutterstock

Conseils pratiques

Être locavore au Québec l'hiver

[Mis à jour le 4 janvier 2017] Être locavore au Québec l'été, pourquoi pas! Mais où se procurer les fruits et légumes d’ici, une fois la bise venue?

Manger local au mois d'août, quand les étals regorgent de fruits et de légumes d'ici, c'est facile. Mais qu'en est-il une fois l'hiver arrivé et les champs gelés? Faut-il se limiter aux pommes de terre, navets et autres légumes de conservation? Ou y a-t-il moyen de manger frais et québécois pendant la saison froide? C'est plus facile qu'on ne croit.

Les conserves maison

La première solution, et la plus simple, consiste à congeler et mettre en conserve abondamment quand la saison bat son plein. On trouvera plein de suggestions et de conseils dans notre livre Conserves et confitures maison (Transcontinental, 2013, 288 p., 29,95$), et dans notre dossier Vive les conserves. On n'a pas fait de provisions? Tout n'est pas perdu.

Les légumes en serre

De plus en plus populaires, les serres permettent aux petits producteurs d'allonger leur saison jusqu'à la mi-décembre et aux plus grands (une dizaine de producteurs équipés de systèmes de chauffage) de produire à l'année. Les marques Savoura (tomates) et Mirabel (laitues), les plus connues, sont disponibles de façon régulière dans les grandes chaînes d'alimentation. Monsieur Basilic (fines herbes), Demers (tomates) et les fermes Trudeau (fines herbes et autres verdures exotiques) sont d'autres marques qu'on trouvera assez régulièrement.

«Les tomates, la laitue et les fines herbes représentent 95 % de la production québécoise alimentaire en serre», résume Louis Dionne, directeur général du Syndicat des producteurs en serre du Québec. Mais il y a du nouveau: cultivée en serre à Drummondville, la fraise La Frissonnante comble nos envies de petits fruits en plein hiver.

Les paniers d'hiver

À plus petite échelle, les paniers bios et fermiers de famille (En Direct de la Ferme, Les Bios Locaux) font aussi des efforts en basse saison. Selon Caroline Dupuis, d'Équiterre, environ un tiers des producteurs offrent des paniers d'hiver, et plusieurs prolongent leurs paniers d'été jusqu'au temps des fêtes. Certains offrent du congelé, et beaucoup produisent des petites pousses ou des verdures en serre, ou même des endives.

Grâce à des serres ou à des tunnels, on prolonge aussi la saison aux champs avec des choux-fleurs, des poireaux, des choux de Bruxelles et plus. Les fermes Lufa, installées sur des toits d'édifices industriels de Montréal et de Laval, profitent aussi de leurs serres pour offrir des paniers aux citadins et allonger la saison de culture.

Le surgelé, avec prudence

En dernier recours, on peut aussi s'approvisionner au rayon des surgelés. La marque Arctic Gardens, par exemple, compte quelques aliments locaux. Le maïs, les haricots, les brocolis et les petits pois (mais pas nécessairement le reste) viennent en bonne partie du Québec, ou sinon de l'Ontario - ce qui est quand même plus local que la Californie ou le Mexique!

Pour infos: on visite le site alimentsduquebec.com. Et surtout, dans tous les cas, on recherche le logo «Aliments du Québec».

Commentaires

Partage X
Conseils pratiques

Être locavore au Québec l'hiver

Se connecter

S'inscrire