On se parle gentiment! «Je suis trop grosse!», «Mes cuisses sont énormes!». Est-ce la façon dont on se parle habituellement? Si oui, pas étonnant que notre image corporelle vacille. Une étude américaine publiée en 2012 le prouve: les discours négatifs à propos de notre poids entretiennent une mauvaise image de notre corps et entraînent même un risque accru de dépression.

On dit merci tous les jours. Merci, mon corps, de me permettre de jouer avec mes enfants, de me porter là où je veux aller, de me donner la possibilité de danser, de courir et de sentir. Et si on était reconnaissante à l'égard de son corps plutôt que de le critiquer constamment?

On évite de se comparer. Pas toujours facile, c'est vrai. D'autant qu'on le fait souvent sans même sans rendre compte. On essaie donc, à chaque fois qu'on est tentée de se comparer, d'en prendre conscience et on reformule notre pensée. Ainsi, au lieu de dire « Elle a de bien plus jolies jambes que moi », on dit simplement: « Elle a de jolies jambes ». Subtil, mais efficace.

On bouge. Une étude menée par des chercheurs de l'Université de Floride et parue en 2009 le confirme: faire de l'activité physique sur une base régulière, soit environ cinq jours par semaine, contribue à améliorer notre image corporelle. Pas besoin d'être une athlète ni de suer sang et eau! Une petite marche d'une vingtaine de minutes fera le travail!