Argent et consommation

Sommes-nous trop assurés?

Sommes-nous trop assurés?

  Photographe : Getty Images

Argent et consommation

Sommes-nous trop assurés?

Assurance vie, invalidité, maladie grave, automobile, habitation, hypothèque... Comment éviter d’accumuler (et de payer!) des assurances inutilement?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ON PROCÈDE PAR ÉTAPES

Pour éviter de s’éparpiller en matière d’assurances de personnes, on se compose un portefeuille d’assurances au fil du temps. Au début de l’âge adulte, on commence avec la base, soit une assurance vie permanente. Puis, à chaque nouvelle étape de la vie (emploi stable, maison, enfant), on y greffe des assurances temporaires qui protégeront notre patrimoine et les revenus de notre famille, comme l’assurance invalidité (si elle n’est pas fournie par l’employeur) et l’assurance maladie grave. On fait le chemin inverse quand les enfants deviennent indépendants financièrement, que la maison est payée ou que l’on part à la retraite.

 

ON ÉVITE LES DÉDOUBLEMENTS

Avoir une assurance vie privée, une deuxième avec son employeur, une troisième avec sa carte de crédit et encore une autre avec son hypothèque, ça arrive à beaucoup de gens. La multiplication des contrats chez plusieurs assureurs ne fait qu’augmenter les frais de police fixes. Mieux vaut avoir une seule assurance vie, à laquelle on vient greffer les assurances temporaires.

 

ON RESTE INDÉPENDANT

Contracter une assurance hypothécaire liée au prêt hypothécaire est une option qui semble simple et facile. Or, il faut savoir qu’en cas de décès, le montant de l’assurance servira d’abord à rembourser l’hypothèque. De plus, on perd cette assurance lorsqu’on change d’institution bancaire pour son prêt hypothécaire. Il faut alors renégocier l’assurance... et la prime augmente avec l’âge! Pour donner une liberté d’action à nos héritiers, mieux vaut souscrire une assurance hypothécaire indépendante. Même principe avec l’assurance vie collective liée à l’emploi: on y conserve le minimum obligatoire plutôt que d’en augmenter le montant. On évite ainsi de devoir la transformer, à coût élevé (selon l’âge), quand on part à la retraite ou qu’on quitte son emploi.

 

ON NÉGOCIE

Faut-il rappeler qu’il est possible de magasiner ses assurances auto et habitation auprès des diverses compagnies d’assurance à la fin de chaque contrat pour trouver la meilleure solution à nos besoins? De plus, si l’on possède une résidence et une voiture ou un chalet, contracter les assurances auprès de la même compagnie permet de négocier une réduction.

 

ON PENSE AUX ASSURANCES TEMPORAIRES

Pour les familles avec de jeunes enfants, les assurances vie temporaires sur dix ou vingt ans sont une bonne option pour protéger à moindres coûts les revenus familiaux jusqu’à ce que la marmaille quitte le nid ou que la maison soit (enfin!) payée.

Commentaires

Partage X
Argent et consommation

Sommes-nous trop assurés?

Se connecter

S'inscrire