Trucs maison

Quelques conseils pour un déménagement plus facile

Quelques conseils pour un déménagement plus facile

  Photographe : Getty Images

Trucs maison

Quelques conseils pour un déménagement plus facile

Le déménagement serait la quatrième cause principale de stress chez les gens, juste après la mort d’un être cher, une séparation et une perte d’emploi. Pour alléger un peu la charge qui pèse sur nos épaules, on lit et on applique les conseils qui suivent.

 

L'anxiété liée au déménagement vient principalement d’un manque de préparation. Afin de ne pas se sentir dépassée, on s’y prend à l’avance. Cela dit, dès qu’on sait qu’on va partir, on envoie un préavis à notre propriétaire si l’on est locataire, on fixe la date du déménagement, on réserve les services de déménageurs et l’on demande une journée de congé à notre patron.

 

 

Le grand ménage

Environ trois mois avant le jour J, on commence à trier nos possessions. Selon notre région, on va porter nos vêtements, jouets, articles de cuisine et équipements sportifs qui ne nous servent plus à un organisme communautaire, comme Le Chaînon. Puis, on dépose nos vieux appareils électroniques ou restants de peinture à l’Écocentre le plus proche.

 

Les changements d’adresse

Un ou deux mois avant le déménagement, on fait nos changements d’adresse. Le Service québécois de changement d’adresse (SQCA) est un must, puisqu’il nous permet de modifier nos coordonnées auprès de six ministères et organismes (Directeur général des élections du Québec, ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Régie de l’assurance maladie du Québec, Retraite Québec, Revenu Québec et Société de l’assurance automobile du Québec). On contacte également l’Agence du revenu du Canada, Hydro-Québec, nos compagnies d’assurances, nos fournisseurs internet et de service téléphonique, notre câblodistributeur, notre fournisseur de gaz naturel, au besoin, nos institutions financières, notre comptable, notre employeur, nos amis et les membres de notre famille.

 

On emballe!

Vient ensuite le temps de décrocher les cadres sur les murs et de réparer les trous causés par ceux-ci, par respect pour nos acheteurs ou, dans le cas d’une location, pour le propriétaire des lieux. Dès lors, on peut commencer à faire des boîtes. On emballe d’abord les choses dont l’usage n’est pas quotidien, comme les livres, les objets de collection, la verrerie précieuse, les vêtements hors saison, etc.

Lorsqu’on remplit une boîte, on place les objets lourds dans le fond et les plus légers sur le dessus. Frédérik Girard, directeur de la succursale La Capitale, à Montréal, nous recommande aussi d’emballer nos articles lourds, des livres par exemple, dans de petites boîtes. «Gardez vos grosses boîtes pour vos Tupperware», ajoute-t-il en précisant de ne pas employer trop de sortes de boîtes, pour ne pas compliquer le chargement du camion.

Pour protéger les objets fragiles, on utilise du papier bulle ou encore nos serviettes, couvertures minces, draps et napperons.

Dès qu’on ferme une boîte, on note dessus son contenu et l’endroit (pièce et étage) où elle sera déposée dans la nouvelle demeure. On indique aussi «fragile» sur les cartons dont le contenu risque de se casser et «ouvrir en premier» sur ceux qui contiennent les effets qui nous seront utiles le premier jour suivant le déménagement. Sur certaines boîtes, on peut aussi écrire «ne pas charger». Cela signifie qu’on préfère les déménager nous-mêmes, dans notre voiture. À cet égard, l’Office de la protection du consommateur nous conseille de déménager nous-mêmes nos objets de valeur et nos documents importants.

 

Dénicher le bon déménageur

Généralement, les coûts de l’essence et du kilométrage sont couverts dans les tarifs offerts par les déménageurs professionnels, mais pour s’en assurer, on exige un contrat écrit qu’on lit attentivement. «C’est l’erreur la plus fréquente, soulève M. Girard. Si vous saviez le nombre d’appels qu’on reçoit, le matin même d’un déménagement, de la part de gens qui se sont fait laisser tomber par leur déménageur et qui n’ont pas de contrat, donc pas de preuves ni de recours.»

L’Office de la protection du consommateur nous conseille de nous méfier de la publicité. Par exemple, si une entreprise annonce un tarif exceptionnel de 30 $ l’heure mais que, le jour du déménagement, ce sont quatre déménageurs qui se présentent à notre domicile au tarif de 30 $ par déménageur, nous voilà avec une facture de 120 $ l’heure.

Afin d’avoir un bon service de déménageur, on évalue le sérieux de l’entreprise en la cherchant notamment dans le registre des Entreprises du Québec. CAA Québec nous recommande aussi de nous assurer que la compagnie est enregistrée à la Commission des transports du Québec. On visite le site web de l’entreprise, qui saura nous inspirer... ou non. Et l’on n’oublie pas de s’informer quant à leurs assurances en cas de bris et accidents. En outre, pour éviter les pépins ultérieurs, on choisit un déménageur qui a le souci de fournir des couvertures de déménagement propres, donc sans indésirables punaises de lit!

 

Quelques jours avant le jour J

La semaine du déménagement, on évite de faire une grosse épicerie, question de pouvoir vider le réfrigérateur et le congélateur pour ensuite attacher les tablettes intérieures et les portes pour les bloquer. C’est aussi une bonne idée, avant l’arrivée des déménageurs, de vidanger la laveuse et de retirer les tuyaux.

 

Le jour du déménagement

La veille du grand départ, si l’on n’a pas de stationnement privé, on fait notre possible pour en réserver un dans la rue, tant devant le logement que l’on quitte que devant le nouveau. Si l’on vit dans un immeuble, on retire notre nom de la porte, des sonnettes, des interphones et de la boîte aux lettres. Enfin, avant de quitter définitivement les lieux, on fait un tour dans toutes les pièces pour s’assurer que tout est bien dans le camion. Puis, pour ne pas décourager les nouveaux arrivants, on passe un dernier coup de balai.

 

Combien ça coûte?

Selon la période de notre déménagement, la distance à parcourir entre l’adresse de départ et celle de destination, le nombre d’étages de la résidence et la nature (taille et quantité) des articles à transporter, les frais rattachés à notre déménagement peuvent varier grandement. M. Girard, de La Capitale, nous indique que les mois les plus onéreux sont mai et juin. «Évidemment, le 1er juillet est la journée la plus coûteuse. On demande 125 $ l’heure une bonne partie de l’année, mais ce tarif monte parfois à 270 $ à cette date.» Il est également bon de savoir que les tarifs sont souvent plus élevés le week-end que la semaine.

 

LE KIT DE SURVIE DU DÉMÉNAGEUR

C’est un peu comme la boîte qui reste ouverte jusqu’à la dernière minute, parce qu’elle contient ce qui peut nous être utile pendant le déménagement. Voici ce qu’on devrait y trouver:

  • Papier hygiénique et mouchoirs
  • Savon
  • Serviettes (en cas de pluie ou de sueur excessive)
  • Trousse de premiers soins
  • Ciseaux ou couteau à lame rétractable pour ouvrir les boîtes (exacto)
  • Nécessaire pour le ménage (balai, porte-poussière, vadrouille, seau, linges, détergent, gants, brosses)
  • Outils (tournevis, marteau et pinces, au minimum)
  • Sacs à ordures
  • Ruban à mesurer
  • Glacière et glace
  • Bouteilles d’eau
  • Collations
  • Vaisselle et couverts en matière recyclable

Commentaires

Partage X
Trucs maison

Quelques conseils pour un déménagement plus facile

Se connecter

S'inscrire