Loisirs et culture

Entrevue avec Anne-Élisabeth Bossé

Entrevue avec Anne-Élisabeth Bossé

  Photographe : Karine Lévesque

Loisirs et culture

Entrevue avec Anne-Élisabeth Bossé

Au théâtre, au cinéma et même à la radio, Anne-Elisabeth Bossé triomphe partout! Artiste phare de sa génération, elle nous livre généreusement le fond de sa pensée sur sa vie d’actrice.

Anne-Élisabeth, dès décembre, vous serez de la pièce Consentement chez Duceppe. Qu’est-ce qui vous a interpelée dans cette production?

D’abord, j’en connaissais l’auteure, Nina Raine, puisque j’ai vu sa pièce Tribus à New York, justement avec Frédéric Blanchette qui met en scène Consentement. Je retrouvais donc une auteure et un metteur en scène que j’aimais. Ensuite, l’intelligence, la pertinence du texte et l’étendue de la réflexion qu’il suscite ont confirmé mon choix.

Comme son nom l’indique, la pièce nous amène à réfléchir sur le consentement tout comme votre personnage des Simone, l’an dernier. Y aura-t-il un avant et un après #MeToo dans votre travail d’actrice?

Oui, il y en aura un, et pas seulement dans mon métier, dans ma vie aussi. Le phénomène #MeToo m’a fait réaliser qu’il y a plein d’affaires qui me sont arrivées qui n’étaient pas tout à fait correctes et où je ne me suis pas assez affirmée. Je peux me sentir coupable ou me dire «plus jamais». Je choisis la deuxième option. C’est ainsi que j’aborde maintenant mes relations professionnelles et personnelles.

Malgré un horaire surchargé (Les Simone, En tout cas, Les pays d’en haut), vous montez chaque année sur les planches. Pourquoi?

Je pense encore que le théâtre est la chose la plus puissante qui soit et que de se soumettre à cette épreuve nous rend meilleurs. C’est sur scène qu’on court le plus de risques de se planter. C’est elle qui me rappelle les raisons pour lesquelles j’ai choisi de faire ce métier. Enfant, ce n’est pas tant à la télévision que je rêvais de jouer que sur la grande scène de l’auditorium de mon école.

Cette saison verra la fin des Simone. Comment avez-vous réagi en l’apprenant?

C’est certain que je suis triste. J’aurais voulu jouer ça toute ma vie, mais ce qui me soigne, c’est que les liens que j’ai créés avec les filles des Simone sont plus forts que la série. Nous avons traversé tellement de choses durant ces années-là que nous sommes vraiment soudées!

 

CV EN CHIFFRES

  • En 2007: Elle obtenait son diplôme du Conservatoire d’Art Dramatique De Montréal
  • Son interprétation dans Les Appendices lui a valu 3 Gémeaux.
  • Elle replongera au XIXe siècle dans la 4e saison Des pays d’en haut.
  • Un rôle important: «Les gens ont qualifié Série noire de comédie. Pourtant, mon personnage de Charlène, qui était très complexe, m’a permis d’explorer le drame à la télévision.»
  • Elle à dit: «Pour faire ce métier-là, il faut une part d’insouciance, car on ne sait pas de quoi demain sera fait.» — La Tribune
  • Une rencontre marquante: «C’est le metteur en scène Frédéric Blanchette qui m’a donné confiance en mes moyens, pendant la pièce L’obsession de la beauté. J’ai découvert une façon de jouer qui va chercher le meilleur de moi-même.»

 

Consentement sera à l’affiche au théâtre Jean- Duceppe du 12 décembre au 2 février. duceppe.com

Commentaires

Partage X
Loisirs et culture

Entrevue avec Anne-Élisabeth Bossé

Se connecter

S'inscrire