Vacances et voyage

Paris, le bilan

Coup de Pouce
Vacances et voyage

Paris, le bilan

Moi : Alors Maya, qu’as-tu préféré cette semaine? Elle : Sauter! Moi : Tu veux dire, sur le trempoline, à la fête foraine? Elle : Ouiiiiiii! Tout ça pour ça, ai-je eu envie de me dire. Mais non. Même si l'attraction du Jardin des Tuileries a constitué l'un des moments forts du séjour de ma jeune compagne de voyage, elle l’a tout de même vécu après avoir admiré la Joconde et goûté le chocolat chaud d’ Angelina. Elle a aussi attribué cinq étoiles dans son petit journal de bord au Parc Astérix et à Disneyland, et rigole encore en se souvenant de sa première leçon de conduite à bord d’une voiturette de golf dans le premier jardin à la française créé par Le Nôtre (à Vaux le vicomte). L’Aquarium suit pas très loin derrière parce qu’elle a pu toucher des poissons dans le «Bassin caresses». «J’ai aussi aimé aller en bateau, même si c’était un tout petit peu plate... mais pas trop!» Vous l’aurez compris, à quatre ans et demi, la clé d’une activité gagnante réside dans l’action (du moins, pour Maya). J’ai tout de même vu ses yeux s’allumer devant Vaux le vicomte et le Louvre. «On dirait un château!» s’est-elle exclamé en apercevant la façade du musée. L’occasion de lui apprendre qu’il en avait déjà été un… Impossible d’oublier son émerveillement quand elle a aperçu la tour Eiffel s’illuminer la première fois. «Regarde Maman! Elle scintille! s’est-elle écriée, debout sur le lit, en pointant la Dame de fer par la fenêtre. On dirait des diamants!» Oui, une chambre avec vue sur le monument le plus célèbre de la ville reste un must avec des enfants. Je n’ai rien voulu forcer. J’ai parfois dû resserrer la vis (un tour de carroussel par jour, d’accord, mais pas dix!), il m'est arrivé de surévaluer son intérêt pour certaines activités et de sous-estimer son degré de fatigue (vive la poussette, même à presque cinq ans), mais je crois avoir atteint mon objectif, soit de semer quelques graines d'intérêt. Peut-être aura-t-elle envie d’aller découvrir les colocataires de Mona Lisa. Peut-être pas. Mais elle sait maintenant qu’un grand château devenu musée abrite les oeuvres de plusieurs artistes importants. La suite lui appartient. Mes coups de cœur à moi? Vaux le vicomte (que je me promets de prendre le temps de visiter seule ou avec des copines), le Louvre (non, je n’y étais encore jamais allée!), le Parc Astérix, la bouffe (toujours la bouffe – même un simple sandwich jambon-beurre me réjouit à Paris - et je ne vous parle pas des pâtisseries!),  les périodes de marche sans pluie (elles se sont faites rares - quel bonheur de déambuler tranquillement dans la ville!) et notre matinée à déguster des macarons  Pierre Hermé à la Place Saint-Sulpice et au Jardin du Luxembourg (je ne me lasse pas de cet endroit - nous n'avons cependant pas eu le temps d'aller au théâtre de marionnettes comme je le souhaitais). J’ai aussi eu beaucoup de plaisir à Disneyland, même si je n’étais pas vraiment en France ce jour-là. Alors, sommes-nous oui ou non montées dans la Tour Eiffel, finalement? Non... Si, à deux ans et demi, l'interminable file d'attente n'avait pas rebuté Maya, à près de cinq ans, elle a préféré la regarder depuis le carrousel d'en face. Trop contente de m'en tirer cette fois-ci, je lui ai offert l'une des mini-tours qu'elle voulait tant depuis le début du voyage (des vendeurs itinérants se font concurrence au pied du monument - j'ai payé celle de Maya deux euros - négociez!). Nous avons déjà hâte de revenir... En espérant que les dieux n’auront pas l’idée de vider leur piscine sur nos têtes la prochaine fois, par Toutatis! Quelques notes pratico-pratiques prises tout au long du séjour : • Il paraît qu’on trouve des acenseurs dans certaines stations de métro (parole de chauffeur de taxi), mais je n’en ai vus aucun. On voit parfois des escaliers roulants (les fameux «escalators»), mais pas partout. Autant vous dire que ce n'est pas l'idéal avec une poussette. J’ai par contre trouvé les deux dans les gares de RER où nous nous sommes arrêtées. Perso, je privilégie la marche, dans la mesure du possible. • Si vous comptez vous déplacer en transport en commun, munissez-vous de passes permettant d'accéder à l'ensemble du réseau de façon illimitée, histoire d’éviter de devoir acheter chaque fois des tickets. Par exemple, une carte «Paris visite» de cinq jours (le maximum) couvrant toutes les zones coûte 29,90 euros pour un adulte et 25,60 pour les enfants de 4 à 11 ans. Notez que les  forfaits Navigo sont réservés aux résidents de l'Île-de-France. Info :  RATP.fr. • Des préposés à l’information sont postés un peu partout dans les stations de métro. • WiFi n’est pas aussi facile à trouver qu’on pourrait le croire en France. Moi qui déteste McDo, je me suis surprise à chercher les succursales pour autre chose que leurs toilettes propres (une vieille habitude de glote-trotteuse). Car L’Arche d’or propose maintenant WiFi dans 11 500 de ses restos (et oui, ça fonctionne bien). Il est également possible se connecter dans certains parcs de la ville. Autre tuyau d’une copine voyageuse: on peut se brancher gratuitement aux réseaux des boutiques Apple sans même avoir besoin d'y entrer (il suffit de rester proche). • Si vous avez envie d’une bonne gâterie après avoir visité la tour Eiffel, une boutique  Lenôtre se trouve pas très loin, sur l'avenue du Président Kennedy. On y accède en traversant le pont Bourdonnais. • Il est très facile de se rendre à Disneyland  en transport en commun. • Si vous disposez d’une seule semaine dans les parages, évitez de changer d’hôtel. Le temps perdu en transport et autres tracasseries est inversement proportionnel à la fatigue gagnée. • D'autres suggestions que nous n'avons pas eu le temps de tester: Paris d'enfants, les ateliers Tok-Tok du Palais de Tokyo et la Galerie des enfants du Centre Pompidou. Conseil du chauffeur d'autobus qui nous a emmenées au Parc Astérix: le Jardin des plantes. La  Galerie des enfants du Muséum national d'histoire naturelle me semble aussi fort intéressante avec des jeunes de 6 à 12 ans. J'avais par ailleurs beaucoup aimé le  Parc de la Villette il y a deux ans.Encore besoin d'inspiration? Consultez le guide Paris mômes. • Si vous n'avez pas envie de trimballer poussette et tout le tralala, la compagnie Baby'tems loue du matériel pour bébé. • Ne prévoyez pas TOUTES les activités en fonction de la marmaille. Nous avons besoin de «nananes», nous aussi! Voir du pays en famille, c'est aussi apprendre l'art du compromis aux enfants. Si les deux parents sont du voyage, n'hésitez pas non plus à vous accorder des moments de répit en solo (j'avoue que j'aurais adoré aller voir l'expo  Dogon au musée du quai Branly et flâner seule chez  Colette). • Prévoyez toujours un plan B. Non, le soleil ne brille pas toujours à Paris! • Vous n'aurez pas le temps de voir tout ce qui vous intéresse. Alors autant déterminer quelques incontournables (j'ai dit «quelques»!;-) plutôt qu'une longue liste qui vous donnera de l'urticaire. Il y aura des imprévus, des envies spontanés et aussi des moments où ne rien faire vous semblera la chose la plus excitante qui soit. Après tout, on voyage pour découvrir et vivre des expériences. Pas pour se créer de nouvelles sources de stress! P.S.: Tout à l'heure, quand j'ai reposé la question à Maya à propos de son activité favorite à Paris, elle a répondu «le parc Astérix»... Ce sera quoi, demain, à votre avis? ;-) Ce voyage a été rendu possible grâce à la collaboration d’ Atout France, d’ Air Canada et de Pierre et vacances . Merci à Paul Brisson pour ses pistes de recherche. Pour des informations supplémentaires sur Paris et les environs, consultez le site de Tourisme Paris Île de France . Les épisodes précédents: Coup de coeur pour le Parc Astérix, Paris sous la pluie , Magnifique Vaux le vicomte , Des manèges, encore des manèges, toujours des manèges! , Cap sur Paris! et Le plus beau terrain de jeux . Pour découvrir les autres billets d'Un baluchon pour deux, par ici.

Commentaires

Partage X
Vacances et voyage

Paris, le bilan

Se connecter

S'inscrire