Votre métier en 5 questions: podiatre

Votre métier en 5 questions: podiatre Photographe : iStock Auteur : Coup de Pouce

Avez-vous déjà consulté un podiatre? Savez-vous à quoi ressemble son travail au quotidien? On explore ce métier plus en détail avec le docteur Andréanne Beaudoin, de Laval, podiatre depuis quatre ans et demi.

Comment avez-vous choisi ce métier?

Premièrement, le podiatre est un professionnel de la santé qui traite les affections locales du pied. Il détient un doctorat universitaire de premier cycle, comme l'optométriste ou le vétérinaire. Il travaille normalement dans une clinique podiatrique. Il doit être inscrit à l'Ordre des podiatres du Québec et son travail est régi par un code de déontologie. C'est tout à fait par hasard que j'ai choisi cette profession. Je détenais déjà un baccalauréat en microbiologie et immunologie, et je cherchais un domaine d'études pour travailler avec les gens, de préférence dans le domaine de la santé. C'est en consultant une podiatre pour un ongle incarné que j'ai eu le coup de foudre. Comme les autres professions médicales, elle exige autant la connaissance médicale que la relation de confiance avec le patient.

À quoi ressemble votre journée-type?

Toute la journée, je vois des cas très diversifiés. Je peux devoir traiter une altération de la démarche chez un enfant, une fracture chez un athlète ou un ulcère chez une personne diabétique. Il faut procéder à un examen complet de la santé des pieds, soit par la prise de radiographies, par une évaluation de la peau et des ongles ou par un examen biomécanique et de la démarche, tout en prenant en considération la santé globale du patient. Je travaille normalement seule dans mon bureau avec mon assistante. Une partie de mon emploi du temps consiste aussi à appeler les patients pour leur expliquer les résultats de leur examen ou à discuter avec des collègues ou d'autres professionnels de la santé de l'évolution d'un patient commun. Un volet gestion est également nécessaire pour la comptabilité, les ressources humaines, la formation continue et l'organisation de la clinique.

Qu'est-ce qui vous passionne dans votre travail?

La récompense de mon travail peut être de voir un patient marcher de nouveau après des mois ou des années de douleur, d'annoncer à un patient diabétique que sa plaie est finalement guérie ou d'opérer un adolescent qui a un ongle incarné depuis quelques mois pour enfin le soulager. Le pied semble bien simple, mais une multitude de pathologies y sont rattachées. C'est un domaine en constante évolution et qui nécessite de mettre à jour nos connaissances en tout temps. Les approches sont multiples: je peux utiliser autant un bandage spécial de la cheville qu'une manipulation des ligaments et muscles ou même prescrire un appareil orthopédique comme un orthèse plantaire. Mais par-dessus tout, il s'agit principalement d'enseignement! Je me fais un devoir d'apprendre à mon patient à bien choisir les souliers adaptés à sa condition ou à lui enseigner les postures à éviter au travail pour éviter de se blesser. La plupart des gens expérimenteront une douleur au pied au cours de leur vie: c'est donc réellement une profession en croissance! Aussi, puisqu'il s'agit d'une profession jeune au Québec, la plupart de mes collègues sont des gens passionnés avec un but commun: aider leurs patients à mieux marcher! Par exemple, certains podiatres ont participé comme bénévoles médicaux lors de marches ou de marathons, ont organisé des projets humanitaires en Afrique ou participent à des journées de soins à l'Accueil Bonneau avec les gens sans domicile fixe.

Qu'est-ce que les gens ne savent pas de votre métier?

Peu de gens savent tout ce que peut faire un podiatre. Vous avez un ongle incarné? Votre père s'est blessé au tendon d'Achille lors d'un match sportif? Votre cousine est diabétique? La démarche de votre enfant vous semble anormale? Consultez un podiatre! Les podiatres utilisent plusieurs types de traitements comme les injections de cortisone, les manipulations thérapeutiques et la prescription de souliers, d'orthèses plantaires ou d'attelles. Je prescris régulièrement à mes patients des exercices d'étirements pour améliorer leur condition. Le podiatre traite également des fractures du pied et peut faire des chirurgies mineures.

Que diriez-vous à quelqu'un qui voudrait pratiquer ce métier?

Pour devenir podiatre, il faut s'inscrire au doctorat en médecine podiatrique. Il y a un processus d'entrevues et la sélection se fait principalement sur la cote R. Les sessions universitaires sont en général assez chargées et impliquent des stages en clinique et dans les hôpitaux. Le podiatre doit en général avoir de bonnes aptitudes pour les sciences de la santé, une bonne analyse des problématiques médicales ainsi qu'une dextérité manuelle élevée. Si vous cherchez un emploi en santé avec de très bonnes perspectives et des défis quotidiens, la podiatrie est pour vous!

Si vous aussi vous souhaitez nous parler de votre métier, écrivez-nous!

À lire: Découvrez plus de métiers dans notre dossier spécial: Faites-nous découvrir vos métiers

 

Commentaires

Partage X
Travail

Votre métier en 5 questions: podiatre

Se connecter

S'inscrire