Travail

Mon client n'est pas mon patron!

Mon client n'est pas mon patron!

� iStockphoto Photographe : � iStockphoto Auteur : Coup de Pouce

Travail

Mon client n'est pas mon patron!

Qui n'a pas déjà entendu la phrase «le client a toujours raison»? Eh bien, je ne suis pas d'accord avec cette affirmation. Quelquefois, le client a tort, et on doit le lui dire. Cela ne signifie pas qu'on doive le faire d'une façon irrespectueuse. Les clients sont importants et, à ce titre, ils méritent d'être choyés et traités avec respect. Cependant, on est l'expert, et ces personnes nous ont choisi. Il s'agit de leur donner le mode d'emploi pour traiter avec nous.

Tout d'abord, il faut décider de règlements formels ou informels. Il devrait être clair pour le client qu'il existe des règles à respecter et que s'il ne s'y plie pas, cela crée une brèche dans le contrat. On doit donc lui indiquer comment les choses se déroulent avec nous, par exemple en lui expliquant le mode et les dates de paiement des services rendus ou en lui faisant part de nos heures de disponibilité et de la façon de nous contacter (par téléphone ou par courriel). Notre rôle comme entrepreneur ou travailleur autonome est de faire respecter les règles qu'on estime importantes.

Si on travaille à son compte, on peut choisir ses heures de travail. Dans la mesure du possible, on pense d'abord à soi. Par exemple, si on est massothérapeute et qu'on n'a pas suffisamment de clientèle pour remplir sa semaine, on peut regrouper tous les rendez-vous sur trois ou quatre jours plutôt que de travailler de longues heures entrecoupées de temps morts. Si les clients avaient l'habitude de fixer leurs rencontres en fonction de leurs priorités, ce changement pourrait leur causer un choc. Mais pas de souci: les personnes qui nous apprécient sauront aménager leur horaire pour obtenir un rendez-vous avec nous.

Autre point important: il faut se permettre de déterminer avec qui on veut travailler. Pour ce faire, on établit une liste de critères auxquels on souhaite que ses clients correspondent. Souvent, on pense qu'on peut dire oui à tout le monde, mais au travail, comme dans la vie, on ne s'entend pas avec n'importe qui. Accepter un client qui nous donne du fil à retordre engendre en général de la frustration, car cela demande beaucoup plus d'énergie que si le courant passe bien. Alors, on choisit!

Un autre point important: l'argent! Si on estime que le prix demandé pour ses services est justifié, on l'assume. Si un client n'a pas l'argent nécessaire ou s'il trouve les tarifs trop élevés, on peut lui offrir différentes options: payer en plusieurs fois, prendre un forfait moins cher ou reporter le rendez-vous pour avoir le temps d'amasser la somme. Mais on reste rigoureux. Lorsqu'on va à l'épicerie, si on n'a pas d'argent, on ne peut rien acheter. C'est la même chose pour ceux qui font affaire avec nous. On ne fait pas du bénévolat.

Les clients nous choisissent parce qu'on possède des compétences bien précises. On fait donc en sorte de se démarquer de la concurrence, d'avoir une valeur ajoutée. Et on se rappelle pourquoi ils viennent nous voir. Plus tôt on met des règles en place, plus vite les clients sauront comment traiter avec nous.

  

Lire aussi: Travailleur autonome: garder le maximum de vos gains et Entrepreneur: soignez votre image de marque.

Commentaires

Partage X
Travail

Mon client n'est pas mon patron!

Se connecter

S'inscrire