Travail

Je voudrais travailler à temps partiel

istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce Crédits : istockphoto.com

Travail

Je voudrais travailler à temps partiel

  • Pas de coup de tête! On prend soin de cerner nos besoins avant de débouler dans le bureau du patron. Et on en discute avec notre conjoint pour valider que le travail à temps partiel est vraiment la solution pour nous. «Il se peut qu'en réfléchissant on s'aperçoive que ce qui serait vraiment plus profitable pour nous serait de partir plus tôt du bureau pour éviter le trafic», souligne Marianne Roberge, présidente et conseillère en conciliation travail-famille chez KOEVÄ.
  • En ayant en tête les raisons qui motivent notre choix, il est plus facile d'exposer les faits à notre patron. On a l'air d'être bien préparée et non de faire une demande sans réelles explications. On peut mettre par écrit les raisons qui motivent notre requête et se les remémorer avant la rencontre avec notre supérieur pour avoir plus d'assurance.
  • On prend rendez-vous avec notre patron. «On ne fait pas notre demande dans le corridor, ce n'est jamais gagnant!» mentionne Marianne Roberge.
  • On fait notre demande de façon claire, réaliste et posée. Deux choses à mentionner: l'entreprise ne sera pas pénalisée par ce changement et on aime notre emploi. «On se met en mode solution. On démontre qu'on est disponible pour former une nouvelle personne pour faire nos tâches, mais on fait attention de ne pas arriver avec un plan trop précis, ce qui pourrait bousculer notre patron», propose la conseillère en conciliation.
  • On mise sur notre flexibilité. «On peut proposer une période d'essai de quelques mois ou encore accepter de revenir à temps plein temporairement dans les périodes de pointe», précise Guylaine Deschênes, psychologue organisationnelle, coach de carrière et auteure du livre Harmoniser sa vie: L'art de concilier le travail et la vie personnelle.
  • Une telle demande est souvent émotive, car elle touche habituellement notre vie de famille. Dire la vérité ou ne pas parler de ses enfants? «Ça ne donne rien de faire semblant que c'est autre chose ou de mentir, on risque de perdre notre crédibilité. On dit les vraies choses sans entrer dans les détails», note Mme Roberge. On peut par exemple dire: «Depuis mon retour de congé de maternité, j'avoue que j'ai l'impression de toujours courir. Pourtant, j'adore mon travail, mais je sens que je n'arrive pas à être aussi productive au boulot qu'avant. J'aimerais pouvoir optimiser mes énergies.»
  • Ouf! C'est fait! Maintenant, on doit être patiente. «On ne doit pas s'attendre à avoir une réponse en sortant du bureau du patron. Il a besoin d'y réfléchir. Aussi, on reste positive. Parfois, même après un refus, un employeur peut changer d'idée ou nous proposer une solution de rechange.»
  • Notre demande est refusée? On se tourne vers un plan B. Il existe plusieurs façons d'aménager son horaire: semaine de travail comprimée (même nombre d'heures de travail, mais sur quatre jours), flexibilité d'horaire, télétravail, heure d'arrivée ou de départ plus souple, congés supplémentaires, etc. L'important est de rester proactive et de se questionner à nouveau à la lumière des nouvelles données.

À consulter

  • Harmoniser sa vie: L'art de concilier le travail et la vie personnelle, par Guylaine Deschênes, Québec-Livre, 2013, 216 p.
  • La conciliation travail famille - Y trouver son compte et son bonheur, par Claudie Arsenault, Les Éditeurs réunis, 2009, 207 p. 
  • KOEVÄ
Commentaires
Partage X
Travail

Je voudrais travailler à temps partiel

Se connecter

S'inscrire