Travail

13 situations gênantes vécues au travail

13 situations gênantes vécues au travail

Auteur : Coup de Pouce

Travail

13 situations gênantes vécues au travail

Gaffes, malaises et faux pas: au boulot, on en voit parfois de toutes les couleurs!

 

Galerie photos

prev next 1 de 13

13 situations gênantes vécues au travail

Ces amis qu'on oublie!

«J’avais lancé un avis sur Facebook comme quoi je me cherchais un nouvel emploi, car je n’aimais pas celui que j’avais décroché six mois plus tôt. Ce n’est qu’après que j’ai réalisé que j’avais accepté la demande de l’adjoint de mon boss à faire partie de mon réseau! Quand je suis retournée au bureau le lendemain, je me sentais vraiment mal. Je n’ai pas attendu et je suis allée au-devant de l’adjoint pour lui expliquer pourquoi je n’aimais pas vraiment mon travail. Ça aurait pu mal tourner, mais j’ai été chanceuse. Ce qui en a résulté, c’est une sérieuse discussion à la suite de laquelle j’ai vu mes responsabilités augmenter. Et je travaille encore là deux ans plus tard!» Catherine, 36 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Trop d'ouverture

«J’avais enfin été retenue pour une entrevue pour un poste de réceptionniste. Quand je suis entrée dans la pièce, deux personnes m’attendaient. Je les ai saluées, puis je me suis assise sur la chaise en face. Horreur! Je venais de sentir la couture de ma jupe, celle qui fait une petite fente en arrière, se déchirer! Ça m’a complètement déconcentrée. Je pensais constamment au moment où je devrais me lever et quitter la pièce. J’ignorais l’ampleur de la catastrophe, mais je me doutais que c’était assez grave. J’espérais que les deux personnes se lèvent avant moi et viennent se placer devant moi, ainsi je n’aurais pas à leur tourner le dos. Malheureusement, ce n’est pas arrivé. Elles ont dû me trouver un peu bizarre quand je me suis levée, un peu pognée, et que je suis partie rapidement, mais en marchant à petits pas. (Je ne voulais pas que ma jupe «ouvre» davantage!) De fait, l’ouverture arrière de ma jupe arrivait très haut sur mes cuisses. Elles ne m’ont pas rappelée. Mais j’ai trouvé autre chose six semaines plus tard... et j’avais mis un pantalon pour l’entrevue cette fois!» Martine, 39 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Première imparfaite

«Je travaille en marketing et, ce jour-là, j’étais hyper nerveuse, car je devais faire mon premier pitch de vente à un client. Mon patron et mon chef d’équipe étaient aussi présents. Au moment où je devais partir mon PowerPoint, je me suis trompée, et c’est la présentation de mon fils pour son école qui est apparue à l’écran. La première image était une photo de mon mari et moi, car son travail portait sur notre famille. J’étais mortifiée, mais le client a semble-t-il beaucoup aimé ma présentation, car on a été retenus pour le contrat!» Isabelle, 29 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Erreur de confidente

«Je me rendais à la salle de bains tout en discutant avec une collègue dont je suis proche. Je lui racontais ma soirée olé olé passée avec un gars que j’avais récemment rencontré. J’entre dans la salle de bains, puis dans la toilette, et j’entends ma collègue entrer dans la toilette à côté de la mienne. Comme il n’y a personne d’autre, je continue mon histoire et, quand je sors, je tombe face à face avec une autre collègue qui vient tout juste d’être engagée! J’ai senti le rouge me monter aux joues, alors que je me confondais en excuses. Je pense que ma collègue a été encore plus gênée que moi, car elle m’a évitée toute cette journée-là!» Sandra, 28 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Preuve d'impudeur

«Chaque été, le bureau d’avocats où je travaille organise un barbecue, et c’est l’un de nous qui reçoit. L’année passée, on a fait ça chez Anne et, comme elle a une piscine, on a tous convenu qu’on en profiterait. Personnellement, à choisir le maillot à porter devant mes collègues, j’opte pour le plus sobre possible. Mais notre hôte, elle, était plutôt de l’avis contraire. On était une vingtaine de personnes, conjoints inclus, et je pense qu’on a tous été très mal à l’aise quand on a vu le deux-pièces d’Anne, une sorte de tanga, qui laissait voir ses fesses, et un top qui couvrait à peine sa volumineuse poitrine. Étonnamment, elle semblait tout à fait bien dans sa peau, et elle se plaisait visiblement à parader de la sorte. (Elle ne s’est même pas baignée!) C’est clair que plus personne au bureau, les hommes sans doute encore plus, ne la regarde de la même façon depuis.» Catherine, 35 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Pas du gâteau

«Je suis pâtissière et j’ai ma propre pâtisserie. Comme ça arrive fréquemment, on avait des commandes de gâteaux d’anniversaire à préparer. Les clients choisissent la sorte de gâteau qu’ils veulent et ce qu’il y aura écrit dessus. Il y a quelques mois, une cliente a appelé, et c’est mon employé qui a répondu. Je voyais le visage de ce dernier se défaire peu à peu, comme si on lui avait annoncé la fin du monde. Sans dire un mot, il m’a passé le combiné. La maman d’un enfant de huit ans était à l’autre bout, très en colère. Sur le gâteau qu’elle était venue chercher le matin même était écrit: «François, réfléchis bien» avec le dessin d’une corde de pendaison. Ce gâteau, destiné à un homme sur le point de se marier, avait été commandé par ses amis. J’avais encore l’autre gâteau dans la boutique, alors on s’est empressés de le lui apporter chez elle à l’instant. D’habitude, quand un client vient chercher un gâteau, on le lui montre pour savoir si ça lui convient, ce qu’on n’avait vraisemblablement pas fait cette fois-là!» Natalie, 36 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Prière de ne pas déranger

«J’étais un nouveau papa, mon fils devait avoir environ sept ou huit mois et ne faisait toujours pas ses nuits. Je réussissais à me rendre au bureau, mais vers 14 h ou 15 h, mon énergie était au plus bas, et il m’arrivait de fermer les yeux quelques instants devant mon ordi. Je travaillais alors dans un coin de bureau avec deux autres collègues, dont un gars qui était connu pour avoir une vie sociale, disons, fournie, et qui sortait souvent la semaine dans les bars. Un après-midi que j’étais particulièrement épuisé, j’étais assoupi devant mon ordi... sans savoir que mon collègue aussi s’était endormi devant le sien! Notre patron est arrivé pour nous poser une question sur un dossier... et nous a découverts tous les deux en pleine sieste! Bon joueur, il nous a laissé dormir quelques instants, en lançant un clin d’œil à sa seule employée réveillée... et la consigne de nous lancer des boulettes en papier dans quelques minutes!» Julien, 39 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Intimité dénaturée

«Je suis graphiste à mon compte, et mon bureau est à la maison. Il arrive parfois que des clients passent chez moi pour venir porter ou chercher des documents. Habituellement, on a convenu d’un rendez- vous au préalable. Mais ce jour-là, un client est passé chez moi sans me prévenir. Sans doute parce qu’on se connaissait bien et qu’il se sentait à l’aise avec moi. On peut arriver dans mon bureau par une porte indépendante du reste de la maison. En plus de ne pas m’avoir prévenu, mon client est entré directement dans mon bureau. Imaginez la tête qu’il a faite quand je suis arrivé dans mon bureau, flambant nu, parce que je sortais de la douche. J’ai lâché un cri de mort, et lui a littéralement bondi dans les airs! Peu après, on a bien ri de la situation, sauf que, depuis ce jour, je ne manque jamais de barrer les portes quand je prends ma douche.» Vincent, 43 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Sans retenue

«Je travaille dans une banque et, depuis 2 ans, quelques collègues et moi participons à une course de 10 kilomètres pour une fondation. Lors de notre dernier défi, une énorme envie de faire pipi s’est déclarée au cinquième kilomètre! J’ai eu trois enfants, alors je peux vous dire que me retenir est devenu quasi impossible. Le hic, c’est que la course a lieu dans une ville et que je ne pouvais pas attendre les prochaines installations sanitaires. Je n’avais pas le choix, je me suis trouvé un petit coin, entre deux voitures, j’ai baissé ma culotte et... je me suis fait pipi dessus! Trop énervée, je n’avais pas pris le temps de descendre mon short comme il faut. Le pire, c’est qu’un de mes compagnons de course m’a vue faire. Mais, combative, j’ai poursuivi ma course laissant dans mon sillage une délicieuse odeur de transpiration et de pipi! Gentleman, mon collègue m’a fait un clin d’œil, mais n’a rien dit.» Lucie, 51 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Faute de maux

«Je suis réviseure pour un magazine et, à part moi, le texte passe sous les yeux de cinq ou six autres personnes. Malgré ça, personne n’a vu l’énorme faute laissée dans l’en-tête d’un article. Ça devait être écrit “Les gens souffrant d’hémophilie sont...”, mais c’était plutôt écrit “homophobie”! Toute l’équipe s’est un peu sentie coupable, mais moi, je me sentais carrément responsable. Ma boss s’est toutefois montrée compréhensive, et on a juste eu à gérer les commentaires des lecteurs, plus moqueurs qu’outrés pour la plupart.» Lyane, 47 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Texto ambarrassant

«Mon chum et moi, on s’envoie souvent des mots affectueux par texto durant la journée. D’habitude, c’est du genre “Je pense à toi”, “J’ai hâte de te voir”, etc. Mais il arrive qu’on s’échange des mots plus sexy. Un jour, alors que je reviens à mon bureau après être allée à la salle de bains, un collègue qui semblait m’attendre me fait un grand sourire un peu bizarre en me voyant. Il me lance: «Chanceuse, tu vas passer une belle soirée!» Sur le coup, je ne comprends pas ce qu’il veut dire, puis je vois mon iPhone qui traîne sur mon bureau avec le dernier texto de mon chum affiché. Je ne répéterai pas ce qu’il m’a écrit, mais ses intentions pour la soirée étaient plus qu’explicites! J’étais un peu fâchée que mon collègue ait pris le temps de lire plutôt que de détourner les yeux, mais lui, il s’est servi de ça pour me taquiner pendant un peu trop longtemps à mon goût.» Florence, 26 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Lapsus tordu

«Je suis professeure de français au secondaire. Il y a deux ans, une élève qui adorait la lecture, et particulièrement les romans d’amour, m’a demandé de lui suggérer un livre. Je lui ai parlé de La fille de papier, écrit par Musso. Deux semaines plus tard, la mère de l’élève m’appelle, pas du tout de bonne humeur. «C’est vous qui avez dit à ma fille de lire La femme de papier?» Je m’étais trompée! La femme de papier, de Françoise Rey, est un roman érotique! Assez soft mais quand même! J’ai expliqué mon erreur à la mère et j’en ai discuté avec mon élève le lendemain. Toutes les deux ont trouvé la situation très drôle.» Carole-Anne, 37 ans

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

13 situations gênantes vécues au travail

Intentions douteuses

«À notre fameux party de Noël, il arrive bien entendu que quelques personnes prennent un verre de trop. Ce qui est plutôt rassurant, je dois dire, parce qu’une gang de notaires ensemble, ce n’est pas nécessairement toujours amusant. Donc, lors d’un de ces partys, alors que j’étais assise tranquille à observer les gens (je ne bois pas et suis plutôt réservée), ma supérieure est venue s’asseoir avec moi. À ma grande surprise, je me suis rendu compte qu’elle avait plus d’un verre dans le nez. Nos rapports avaient toujours été polis mais froids. J’avais toujours trouvé ma patronne pincée et snob. Alors imaginez de la voir ainsi, pompette et ricaneuse. Je trouvais presque la situation sympathique! Sauf qu’elle s’est mise à me parler de son mari, qu’elle n’était plus heureuse avec lui... Son visage était à deux pouces du mien et, si je reculais, elle s’avançait vers moi. Mais le plus troublant, c’est quand elle a mis sa main sur ma cuisse tout en continuant à me dire que son couple partait à la dérive. Malaise! J’avais vraiment l’impression qu’elle flirtait avec moi. À la première occasion, je me suis éclipsée. Après les fêtes, au retour au travail, toutes les deux, on a fait comme si rien n’était. Mais je me suis toujours demandée jusqu’où elle serait allée si j’étais restée à l’écouter...» Valérie, 32 ans À lire aussi: Êtes-vous heureuse au travail?

Photographe: Shutterstock Par : Isabelle Bergeron Source: Coup de pouce, août 2015

 

À lire aussi: 10 faits nouveaux sur le travail et les travailleurs d'ici

Commentaires

Partage X
Travail

13 situations gênantes vécues au travail

Se connecter

S'inscrire