Vouvoyer ou tutoyer?

Istockphoto.com Photographe : Istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

«Utiliser le vous ou le tu n'est jamais anodin. On gère ainsi la distance ou la proximité qu'on veut établir», indique Marie-Diane Faucher, coauteure avec Hélène-Andrée Bizier de L'ABC des bonnes manières (Publistar, 2011, 184 p., 22,95$). Elle dresse ici la liste des cas dans lesquels on devrait toujours vouvoyer et de ceux où l'on peut utiliser le tutoiement.

On vouvoie...

  • les inconnus (en cas de doute, on vouvoie)
  • nos supérieurs hiérarchiques
  • les personnes âgées
  • les relations client/fournisseur ou vendeur, ou patient/médecin. «Bien sûr, si on voit notre coiffeur toutes les semaines, il se créera une intimité qui laissera place au tutoiement. Mais au départ, on lui dit vous.»

 

On tutoie...

  • nos parents, frères, soeurs, etc.
  • nos amis
  • nos confrères, collègues, etc.
  • ceux qui nous ont demandé de le faire (c'est toujours celui qu'on devrait vouvoyer qui demande à être tutoyé et non l'inverse).
 

À LIRE: Sommes-nous devenus impolis? 

Commentaires

Partage X
Psychologie

Vouvoyer ou tutoyer?

Se connecter

S'inscrire