Psychologie

Savez-vous reconnaître le bonheur?

Savez-vous reconnaître le bonheur?

istockphoto.com Photographe : istockphoto.com Auteur : Coup de Pouce

Psychologie

Savez-vous reconnaître le bonheur?

Devant diverses situations, on peut faire ou non les choix qui rendent heureux. Savez-vous reconnaître le bonheur lorsqu’il se pointe? Faites le test!

Au travail

Au boulot, ces derniers temps, l'ambiance est plutôt mauvaise. Pour stimuler l'esprit d'équipe, une collègue organise une sortie de groupe de paintball. C'est contre vos valeurs.

A. Vous annoncez vos couleurs: la guerre, ce n'est pas un jeu. Comme vous avez à coeur d'éveiller les consciences, vous tentez de dissuader les autres de participer à l'activité.

B. Malgré votre malaise, vous participez à l'activité. Après tout, c'est pour la bonne cause.

C. Vous expliquez discrètement votre malaise à l'organisatrice, et vous lui proposez une activité plus en harmonie avec vos valeurs.

La voie du bonheur? C. Restez connectée à vos valeurs profondes, sachez qui vous êtes et soyez authentique! On ressent une satisfaction plus grande quand on vit en respectant nos valeurs profondes. Mais notre niveau de bonheur est aussi grandement lié à notre capacité d'être en relation avec les autres. Que faire, alors? La clé réside dans notre capacité à communiquer. Si on expose nos motivations de façon respectueuse, on ne sera pas rejetée. Si, en plus, on suggère une solution de rechange, on aura peut-être même le bonheur de voir les gens se rallier à nos valeurs... sans heurt, comme en A, ni faux-fuyants qui font qu'on se sent mal en dedans, comme en B!

Au bureau

Au boulot, une nouvelle patronne veut faire ses preuves. Vos tâches sont modifiées et bien que les attentes à votre égard soient claires, vous n'aimez pas la nouvelle façon de fonctionner.

A. Vous continuez de suivre l'ancien mode de fonctionnement, car c'est ce qui vous apparaît le plus logique et le plus efficace.

B. Vous vous taisez et agissez selon les règles, enthousiasme en moins. Pour éviter de propager le noir que vous broyez, vous avez tendance à vous retirer du centre de l'action.

C. Vous devez vous faire violence pour adopter les façons de faire qui vous sont imposées, mais vous profitez de ce vent de renouveau pour proposer des idées qui pourraient améliorer votre sort.

La voie du bonheur? Elle est en C. La clé, c'est de s'ouvrir au changement. Pas facile, mais possible. On n'a pas à exprimer son point de vue sur tout, et de temps en temps, on peut prendre un sain recul face aux choses et aux gens. Il est possible de changer d'attitude et de faire le contraire de ce qui nous semble cohérent, au lieu de faire toujours la même chose et ainsi s'enliser. Faire toujours la même chose de la même façon peut parfois devenir la source du problème!

 

Entre amies

C'est un samedi bien rempli: brunch de filles le matin et souper entre filles le soir. Autour de la table au brunch, on jase d'enfants, on vante leurs mérites et on conclut que le bonheur, c'est une grande tablée familiale. Le soir, on se croirait dans un C.A. et les convives semblent toutes plus carriéristes les unes que les autres.

A. Vous sortez du brunch persuadée que le bonheur, c'est en famille que ça se passe. Vous passez le reste de l'après-midi à flirter avec l'idée d'agrandir la vôtre. Le soir, votre souper d'«actionnaires» vous remet de la mine dans le crayon: vous rentrez motivée à investir dans votre carrière.

B. Vous êtes fière d'avoir partagé vos accomplissements personnels et professionnels avec tout ce beau monde, mais vous continuez d'alimenter vos propres plans d'action. Pas question de laisser la vie des autres influencer la vôtre!

C. Vous constatez que vous êtes moyenne en tout et que vous auriez pu pousser davantage, tant côté famille que côté carrière. Vous trouvez rapidement une activité - un livre, la télé, un long appel téléphonique - pour vous occuper l'esprit et ne pas céder à la tristesse.

La voie du bonheur? B! Définissez vos buts et poursuivez-les! Déployer des efforts pour atteindre nos objectifs procure un grand sentiment de bien-être. Il vaut mieux cesser de viser seulement la réussite en soi et les plus hauts sommets, et garder en tête le plaisir qu'on atteint dans la poursuite des buts qu'on s'est fixés. Être heureux, ça ne vient pas tout seul. Ça demande un certain engagement, des efforts et de la régularité... un peu comme l'exercice! La psychologue Miriam Akhtar, de réputation mondiale sur la question du bonheur, compare même notre potentiel bonheur à un muscle qu'on peut développer. Alors, régulièrement, on se demande: «Qu'est-ce que je veux vraiment?», et on pose des actions concrètes en harmonie avec nos visées. Se comparer aux autres, comme en A, ou geler sa tristesse pour l'oublier, comme en C, ne mène pas au bonheur.

Au 5 à 7

Une fois par mois, un 5 à 7 s'organise parmi vos amis et vous y allez la plupart de temps. Comment agissez-vous?

A. Chaque fois, vous vous efforcez de mentionner autour de cette table au moins un aspect positif de votre quotidien: l'état de votre couple, de votre famille ou de votre voisinage, par exemple. Vous faites aussi votre part pour alimenter la discussion.

B. Vous écoutez surtout les autres, par politesse, car vous n'avez pas grand-chose à raconter. Vous n'êtes pas un petit chien battu, mais vous n'êtes pas Cathy Gauthier! Aussi bien laisser le plancher à celles qui le veulent.

C. Vous en profitez pour vous défouler. Ça fait rire vos amis, et vous considérez cette popularité comme un encouragement. La colère sort, les frustrations s'évaporent! Ça fait du bien!

La voie du bonheur? Elle est dans l'équilibre, et c'est en A que ça joue. Ayez de la gratitude envers vous-même! Pour certains, cette liste se consigne dans un journal, pour d'autres, dans l'intimité du repas partagé en famille. Et pourquoi pas avec les amis? Soyez inspirante! En B, vous risquez de vous convaincre que les autres sont plus intéressants que vous. En C, gare aux paroles qui font rire, mais cultivent les mauvais sentiments.

 

Au hockey

Une maman au sein de l'équipe de hockey de votre fils est une véritable Miss Je-sais-tout. Elle écoute tout ce que vous dites, vous reprend à la moindre occasion et en profite pour étaler ses connaissances.

A. Vous lui faites comprendre doucement mais fermement que son attitude est insupportable et vous invitez chacun à se concentrer sur la partie de hockey. Vous voilà une porte-parole de paix.

B. Plutôt que de la remettre à sa place comme vous en rêvez, vous lui faites des compliments en misant sur les points où elle a raison. Sans sarcasme. Après tout, elle a visiblement besoin d'attention et ça ne vous enlève rien de lui en offrir.

C. Vous n'aimez pas le conflit et d'instinct, vous fuyez ce genre de situation. Par conséquent, vous vous taisez, vous sachant ainsi la plus brillante des deux.

La voie du bonheur? B. Soyez un vecteur de gentillesse. C'est une valeur qu'on dit éculée, et l'un des best-sellers psycho des dernières années s'intitulait d'ailleurs Cessez d'être gentil et soyez vrai!, comme s'il fallait choisir entre les deux! Pourtant, les gestes de gentillesse améliorent l'humeur, la vôtre et celle de votre entourage. Privilégier la qualité de nos relations avec les autres - même ceux envers qui on n'a pas un élan naturel - est source de bonheur. Cette mère a besoin de votre gentillesse, ne soyez pas égoïste. La générosité aussi amène la joie. En A, vous ne faites que blesser et jeter une mauvaise ambiance, sans vous rendre heureuse pour autant. En C, votre attitude mène tout droit au refoulement, qui risque plutôt de vous rendre malheureuse.

Au pique-nique

Vous participez à un pique-nique. On organise des jeux en plein air et on vous invite à vous joindre au groupe.

A. Au diable la performance, vous vous lancez! Vous constatez d'ailleurs que vous avez du coeur et qu'en ce moment, il bat très fort. Oui, vous allez avoir chaud et peut-être même vous salir un peu, mais les enfants sont tellement fiers de leur mère et vous riez comme une folle!

B. Vous refusez. Vous n'avez aucun talent et vous risqueriez de faire honte à vos enfants! En plus, de quoi auriez-vous l'air devant les autres adultes?

C. Vous souriez, mais vous vous sentez inadéquate, pas assez performante, et finalement, vous vous engagez dans une conversation, question de vous faire oublier.

La voie du bonheur? C'est A. Un des plus grands obstacles qui s'interpose entre le sport et nous, c'est l'idée de la performance ou la peur du ridicule. Bouger provoque une montée d'endorphine, de dopamine et de sérotonine, ces petites hormones du bonheur - et il ne faut pas se laisser convaincre que notre condition physique est en soi une contre-indication au sport. Même si on n'est pas du tout sportive, on peut essayer, juste une fois, pour voir!

 

Le gros lot

Le rêve! Vous gagnez le gros lot. Bien sûr, vous explosez d'un bonheur que vous savez passager. Que faites-vous pour que ça dure?

A. Vous investissez dans une immense propriété et entrevoyez donner des réceptions, acheter un bateau pour l'été, faire construire un mini-golf, une salle de massage, un cellier... Tout ce dont vous rêviez depuis longtemps.

B. Vous attendez avant de prendre des décisions. On vous traite de chiche, mais vous ne voulez pas céder aux réactions hâtives... ni aux demandes de vos parents et amis! Vous tenez d'abord à mesurer vos amitiés, et à n'en perdre aucune sur la voie de la richesse.

C. Vous concoctez un plan minutieux: une partie sera investie dans votre maison, vous ferez un voyage ou prendrez même un long congé du travail. Pour vous assurer que vos relations ne changent pas, vous vous donnez une ligne de conduite: vous n'offrez rien de plus qu'avant à votre entourage. Vous n'êtes pas pingre, vous restez authentique!

La voie du bonheur? Elle se trouve en B, même si vous avez sûrement jubilé un tout petit peu en lisant A. «On l'oublie trop souvent: le bonheur durable ne vient ni du pouvoir ni de la reconnaissance que procure l'argent, mais bien de notre façon d'être en lien avec les autres», comme le rappelle Leo Bormans, auteur du collectif Happiness, le grand livre du bonheur. Le seul moyen de générer du bonheur durable, c'est d'utiliser l'argent qu'on a pour faire du bien autour de soi. Acquérir des biens luxueux, comme en A, et même les partager, apporte une joie éphémère. Idem en C, où, pour être «authentique», vous en venez à vous imposer des règles régies par... l'argent!

 

Sourire

Normalement qui, de vous ou des autres, sourit en premier?

A. Aucune idée. C'est important?

B. Pour vous, le sourire est un accessoire indispensable. Vous souriez consciemment, allant parfois même jusqu'à vous imposer de sourire légèrement. Ça semble avoir un effet d'entraînement...

C. Vous êtes peu encline à sourire, mais toujours prête à répondre si quelqu'un vous sollicite et arrive à vous mettre de bonne humeur.

La voie du bonheur? Elle est en B. Eh oui, il faut se forcer un peu. Si vous voulez devenir bonne au badminton, il faut d'abord vous mettre en position de recevoir le volant, idem pour le retourner. S'efforcer de sourire - et de rire - déclenche des émotions heureuses. Il ne s'agit pas de faire semblant, mais bien d'être ouverte à sourire. Faites le test: une fois par jour, souriez à un pur inconnu. Voyez sa réaction. Neuf fois sur dix, la personne vous sourira en retour, et recevoir des sourires, ça rend aussi heureux.

Avec soi-même

Quels sont les moments où vous vous retrouvez seule?

A. Pour prendre ma douche et faire ma toilette personnelle et même là, il y a toujours quelqu'un qui a besoin de moi.

B. Je lis, à l'occasion, ou j'écoute quelques émissions, mais quand j'y arrive, je me sens coupable, car j'ai l'impression de perdre mon temps.

C. J'inscris consciemment des moments de solitude à mon horaire. J'admets que ça exerce parfois une pression sur la famille, mais j'essaie de m'accorder ne serait-ce que 15 minutes par jour.

La voie du bonheur? C. Entretenir un lien avec son espace spirituel est d'une importance capitale si on veut se sentir bien. Quand on se dispute avec quelqu'un qu'on aime, ou quand on pose une action qui n'est pas en harmonie avec ce qu'on est vraiment, il arrive qu'on éprouve un sentiment de torsion dans l'estomac. Pour conserver le bien-être, il faut rester en paix avec ses actions, ses décisions et, par extension, avec son destin. Et pas besoin de devenir moine bouddhiste pour autant! Parfois, 10 minutes suffisent pour faire le vide, se recentrer et prendre des décisions qui sont en lien avec nos valeurs.

 

Trop d'action!

Samedi, la corvée au jardin collectif tombe en même temps que la partie de soccer de votre fille Juliette. En plus, un collègue mal pris vous supplie de le remplacer au pied levé. Pour couronner le tout, votre meilleure amie vous téléphone en pleurant: elle aurait tellement besoin d'un peu de soutien!

A. Vous passez votre première heure à vous excuser auprès des uns, et à négocier une remise auprès des autres. Ce sera au plus fort la poche!

B. Vous dites oui à tout le monde, courez dans tous les sens et tentez de satisfaire un maximum de gens. Tout le monde a droit à un petit morceau de vous, même si vous passez comme un éclair.

C. Vous prenez le temps d'expliquer à chacun que vous avez besoin d'un préavis, et partez au soccer. Laisser tomber vos propres enfants pour les besoins des autres n'est pas dans votre manière d'agir.

La voie du bonheur? C. Établissez des priorités et mettez les gens qui comptent le plus en haut de votre liste. Vous alliez dire B? Heureusement que le pape allait bien ce matin-là, car vous auriez pu le remplacer à Rome! Et en A, la seule tâche de devoir négocier chaque morceau de votre vie à qui mieux mieux a de quoi rendre folle la plus saine d'esprit d'entre nous. Bien sûr, votre meilleure amie ou le gentil collègue sont importants, et il ne s'agit pas de les ignorer pour autant, mais en faisant passer vos relations personnelles en premier et en commençant par les plus proches, vous serez mieux équipée pour traverser la vie. C'est le principe du masque à oxygène dans l'avion. Si vous n'êtes pas heureuse, comment pourrez-vous propager le bonheur autour de vous?

Merci à la psychologue Lucie Mandeville, auteure de Soyez heureux sans effort, sans douleur et sans vous casser la tête et du Bonheur extraordinaire des gens ordinaires, à Claudine Bergeron, de Muses Coaching, et au psychologue Leo Bormans, auteur du collectif Happiness, le grand livre du bonheur. 

 

 

Commentaires

Partage X
Psychologie

Savez-vous reconnaître le bonheur?

Se connecter

S'inscrire